19 août 2012

ETIENNE DAHO : Tombé pour la France


Acquis à Reims en 1985
Réf : 80 163 -- Edité par Virgin en France en 1985
Support : 45 tours 30 cm
Titres : Tombé pour la France (Version maximum) -/- Et si je m'en vais avant toi (En duo avec Françoise Hardy) -- Arnold Layne -- Chez les yé-yé

Etant donné qu'il a été suivi de près par la presse dès ses débuts aux Transmusicales, j'ai suivi le parcours d'Etienne Daho avant même la sortie de son premier disque, mais je n'ai commencé à écouter sa musique et à acheter ses productions qu'avec le deuxième album La notte, la notte, surtout pour Week-end à Rome. Après coup, j'ai récupéré au fil des soldes ses premiers 45 tours (Le grand sommeil, Sortir ce soir) et j'ai même fini par acheter Mythomane, à un moment où c'était le mixage original qui était encore diffusé. Quant à ce maxi de Tombé pour la France, je l'ai acheté dès sa sortie, autant parce que j'aimais beaucoup la face A que pour ses trois reprises en face B.
Tombé pour la France est une réussite électro-pop et ses paroles en français sont pour beaucoup dans son succès. On sent dans la construction de cette "version maximum" quelques influences marquées de New Order (le séquenceur, les plages de synthé, la guitare, si c'en est bien une, dans la deuxième moitié), mais le rythme est beaucoup plus lent que sur les productions du groupe de Manchester et ça donne une transposition presque détendue de leur son. Côté paroles, on n'est pas si éloigné non plus des thématiques de couple basiques de Bernard Sumner, mais évidemment New Order ne se risquera jamais à chanter "Si tu r'viens n'attends pas qu'au bout d'une corde mon corps balance" comme Etienne Daho le fait ici !
Le seul défaut que j'ai toujours trouvé à Tombé pour la France, c'est cette expression militaro-patriotique qui lui sert de titre et dont j'ai toujours eu l'impression qu'elle arrivait comme un cheveu sur la soupe. Je parierais bien qu'à l'origine les trois refrains étaient comme le premier et que c'est la peur qu'une menace de suicide limite les chances de succès qui a entraîné un changement. S'il s'était intitulé Mon corps balance, ce single aurait été encore meilleur !
Avant d'être chanteur, on sait qu'Etienne Daho est d'abord un grand fan de musique, et il s'en donne à coeur joie avec les trois titres de la face B. Ses goûts de fan s'expriment également dans la maquette de la pochette, savamment pop-art, qu'il a réalisée lui-même.
Et si je m'en vais avec toi, la reprise de la très belle chanson de Françoise Hardy, figurait déjà sur La notte, la notte, mais là le chant a été réenregistré en duo, à l'occasion d'une émission des Enfants du Rock, apparemment. Quand ce disque est sorti, l'album original de 1972 n'avait pas encore été réédité et cette reprise a été, pour moi comme pour beaucoup je pense, l'occasion de découvrir ce titre méconnu de Françoise Hardy.
Ensuite, on a droit à une reprise très électronique de l'Arnold layne de Pink Floyd. Très bien mais, comme il l'a fait l'année suivante avec le Love at first sight de The Gist, devenu Paris, le Flore, Etienne aurait peut-être pu se risquer à adapter les paroles en français plutôt que de chanter en anglais. Il confirmera son intérêt pour les chansons de Syd Barrett en clôturant Pop satori avec une reprise de Late night, toujours en anglais mais dans une version plus acoustique.
Enfin, la reprise de Chez les yé-yé de Gainsbourg, avec une grosse basse synthétique, est excellente et fait parfaitement écho à l'ambiance de la face A.

Les quatre titres de ce maxi sont actuellement disponibles sur un CD intitulé Tombé pour la France, sur lequel on trouve en outre la version 45 tours du titre principal, une version en anglais, et La balade d'Edie S., face B du 45 tours original.


La pochette la moins courante du 45 tours. La première ?


La vidéo de la version 45 tours de Tombé pour la France, réalisée par Jean-Pierre Jeunet, qui s'est peut-être souvenu de son travail pour illustrer la phrase "Ce photomaton que t'aimais pas" quand il a réalisé Amélie Poulain des années plus tard.

3 commentaires:

Charlie Dontsurf a dit…

Où on apprend qu'Etienne Daho est un chanteur ...

Pol Dodu a dit…

C'est facilement méchant, Charlie, et je ne suis évidemment pas d'accord.
Il suffit de voir la liste des disques chroniqués ici pour comprendre que je n'accorde pas une importance excessive à la technique vocale (et tout le monde ne peut pas sonner comme les Beach Boys...). Des chanteurs anglais ou américains n'ont pas suscité ici ce genre de réaction, mais je ne suis pas tant surpris que ça tombe sur un français, qui partage beaucoup de goûts musicaux avec nous mais dont le succès le classe aussi dans les "variétés".

Charlie Dontsurf a dit…

C'était une plaisanterie facile, pas une méchanceté. Je partage ton goût pour ED, au moins les premières années. J'ai d'ailleurs ce maxi qui est magnifique. Et Tombé Pour La France est vraiment un très bon tube. Il est vrai qu'après, c'est la carrière du chanteur que j'ai un peu laissé tomber, même si plusieurs disques traînent à la maison.
Et puis, aurais-tu oublié que je suis encore plus fana de David Thomas que des Beach Boys ? :-)))

LinkWithin

Linkwithin