20 décembre 2010

CHARLES TRENET : Joue moi de l'électrophone


Acquis chez Emmaüs à Tours-sur-Marne vers 2008
Réf : CBS 7957 -- Edité par CBS en France en 1972
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Joue moi de l'électrophone -/- Prenez le temps de chanter

J'ai pris ce 45 tours à la pochette lettriste car l'association des titres des deux chansons, Joue moi de l'électrophone et Prenez le temps de chanter suscitait quelques espoirs en moi. La face A allait peut-être contenir des références à des disques des années cinquante ou soixante. Ou mieux, ce serait peut-être une ode visionnaire au platinisme, une anticipation du hip hop.
L'association des deux titres pouvait même laisser imaginer un concept 45 tours, un dyptique sur le son et la musique rivalisant de drôlerie avec Donne moi le micro d'IAM.
A l'écoute du disque, le retour à la réalité a été brutal. Ce 45 tours extrait de l'album du même titre d'un Charles Trenet déjà très loin de sa meilleure période mais encore loin de la retraite, même s'il allait faire ses premiers adieux sur scène trois ans plus tard, est très décevant.
Pour la face A, si Trenet demande bien qu'on lui joue de l'électrophone, ce n'est pas pour écouter des disques relativement récents mais pour entendre les airs de ses vingt ans à lui. On a donc droit à une marche qui évoque la musique militaire, les fanfares des fêtes et des défilés, avec un refrain assez énigmatique, "Rien n'est à moi, Tout est à eux, A eux, à eux, à eux, à eux.", qui contient peut-être une référence littéraire ou musicale que je n'ai pas saisie.
Prenez le temps de chanter démarre en valse avec des violons typiques de l'orchestrateur du disque, Caravelli. Trenet y fait son fou chantant optimiste, mais sans aucune énergie ni vraie gaité : "Prenez le temps de chanter, de rire, de vous amuser. Tout le monde sait bien qu'après tout la vie est souvent jolie quand on la prend du bon côté."
Au bout du compte, on a un disque de variété de style pompier, de la variété française revendiquée, dans le son et dans les paroles avec des références à la France avec un grand F sur les deux faces ("Des airs purs, gais et charmants, Des airs qui disent qu'on est en France, A présent et comme avant." et "Tout le monde sait bien qu'après tout en France nous avons la chance de pouvoir dire une vérité."). Le disque d'un chanteur poète déjà à bout de souffle, parfaitement dans le moule des émissions de télé des années 70 dans lesquelles Trenet a eu l'occasion de l'interpréter, en play-back la plupart du temps, notamment deux fois à deux mois d'écart au printemps 1972 dans Midi Trente, l'émission de Danièle Gilbert, dont une fois où l'émission était co-présentée par Dalida, ce qui convient parfaitement à l'esprit du disque. On peut jouer de l'électrophone et laisser chanter ce Trenet là. On n'est simplement pas obligé de l'écouter.

1 commentaire:

Charlie Dontsurf a dit…

Ouaahhh ! Le Dodu a la forme en cette période enneigée. On peut jouer de l'électrophone et laisser chanter ce Trenet là. On n'est simplement pas obligé de l'écouter. Quel final, quelle belle sentence !

LinkWithin

Linkwithin