24 décembre 2010

HARRY HOUGASSIAN, JEAN JACONELLI ET LEUR ENSEMBLE DES MERS DU SUD : Danses des mers du Sud


Acquis probablement chez Parallèles/Gilda à Paris vers 2009
Réf : 76.311 -- Edité par RCA en France en 1959
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Hula cha -- Bonjour chérie -/- Si t'as été à Tahiti -- Hula téquila

Allez, puisqu'il semble bien que nous soyons en hiver, évadons-nous vers le soleil et le bleu des mers du Sud. Evadons-nous, oui, mais pas en bateau, ça ne se fait plus trop de nos jours, et surtout pas en avion. Prenons le même moyen de transport que les musiciens qui ont enregistré ces quatre titres sans quitter la France, évadons-nous en musique !
Ce disque, qui fit partie pendant un temps des collections de la Discothèque centrale de la Radiodiffusion-Télévision Française, est l'un des multiples enregistrements de Harry Hougassian, maître français de la guitare hawaïenne.
Peu de temps après s'être attaqué sur un précédent 45 tours au Hula hoop, Harry Hougassian, Jean Jaconelli et leur Ensemble des mers du Sud de la banlieue parisienne abordent ici d'autres rivages, ceux de Cuba et du Cha-cha-cha avec Hula cha, une version hybride cubano-hawaïenne du célèbre Hawaiian war chant, et ceux de Tahiti avec le toujours excellent Si t'as été à Tahiti. Loin des musiques traditionnelles des îles, ils reprennent à la sauce hawaïenne un autre succès de 1958, Bonjour chérie, la version française d'un titre intitulé Return to me en anglais. Je ne sais pas qui l'a faite en français le premier, mais rien que cette année là, Sacha Distel, Tino Rossi et Dario Moreno en ont tous sortis leur propre version ! Le dernier titre n'est pas une reprise, mais c'est presque tout comme. Signé Jean Jaconelli, Hula téquila est un titre quasi rock, évidemment informé par le Téquila des Champs, un autre tube de 1958.
De bout en bout, le disque est excellent, avec un très bon son. Ce n'est pas évident avec ce type de répertoire, mais c'est énergique et plein d'attaque. En plus de la guitare hawaïenne, il y a de la guitare électrique, notamment une partie sur les cordes basses presque saturée sur Hula cha. On note aussi des cuivres bien tempérés sur Bonjour chérie et Si t'as été à Tahiti, et tout au long des percussions efficaces, notamment sur Hula téquila.
Ce n'est d'ailleurs sûrement pas un hasard si, en-dehors de Harry Hougassian et de Jean Jaconelli, le seul musicien de l'ensemble crédité par son nom, sur l'étiquette du disque, est le percussionniste Elie Touitou à la darbouka.
Touitou, ce nom m'a interpellé.  Je ne connais qu'un seul Touitou dans le monde de la musique, Jean Touitou de la société A.P.C., dont la section musicale a notamment réussi avec Think about Mustapha l'exploit d'associer sur un même disque Pascal Comelade et Jonathan Richman. Jean Touitou qui organisa en 1978 un concert Jonathan Richman and the Modern Lovers au Théâtre Mogador.
Pour ce qui est d'Elie Touitou, Libération dans son édition du 15 février 2000 nous apprend en annonçant son décès qu'il a surtout fait carrière sous le nom d'El Kahlaoui Tounsi. On trouve une biographie plus détaillée dans le programme de la soirée organisée au Bataclan pour lui rendre hommage le 13 mars 2002. Une salle particulière car, en plus d'une longue carrière de musicien, chanteur et chef d'orchestre, Elie Touitou a longtemps été propriétaire de la maison de disques Dounia, qui a édité un très grand nombre de chanteurs judéo-arabes, et il avait aussi acquis Le Bataclan et un petit studio d'enregistrement à la fin des années 1970.
Lili Boniche a longtemps enregistré chez Dounia mais, quand il est revenu sur le devant de la scène, c'est chez A.P.C. que ses disques sont sortis. Est-ce une simple coïncidence due à une homonymie ou bien Elie Touitou et le Jean Touitou d'A.P.C. sont-ils apparentés ? Si c'était le cas, cela aurait tendance à prouver que le gène de la musique et de la passion pour la musique est héréditaire !

 

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin