17 octobre 2009

B.B. KING : The soul of B.B. King


Acquis chez Emmaüs à Epernay vers le milieu des années 2000
Réf : US-7714 -- Edité par United aux Etats-Unis dans les années 1970
Support : 33 tours 30 cm
10 titres

A bientôt 85 ans, B.B. King est l'un des grands survivants du blues. Bizarrement, mes oreilles n'ont quasiment jamais croisé son chemin. J'ai pourtant écouté et acheté de nombreux disques de blues, dont beaucoup de compilations, mais au bout du compte je ne connais quasiment rien de ses enregistrements et, avant d'acheter cet album, les titres que j'avais de lui se comptaient sur les doigts de la main.
N'empêche, quand je suis tombé sur ce disque américain en parfait état, avec une pochette aux couleurs presque aussi flashy que celles de mon site Vivonzeureux!, je n'ai pas laissé passer l'occasion de l'acheter. C'est en rangeant l'album de George Thorogood l'autre jour que je suis retombé dessus.
Ce disque a une histoire éditoriale assez compliquée. Il a été sorti fin 1963 par Crown, le premier label de B.B. King, qu'il avait quitté en 1962. A l'époque le disque s'appelait tout simplement B.B. King et, puisque l'artiste avait quitté le navire depuis longtemps, il s'agissait bien sûr d'une compilation de fonds de tiroirs, inédits quand même, enregistrés entre le début des années cinquante et le début des années soixante (B.B. King enregistre depuis plus de soixante ans maintenant !).
Très vite, le disque a été réédité par deux sous-labels du même groupe, Custom et United, mais au passage il a été retitré The soul of a B.B. King, ce qui permet de le retrouver un peu plus facilement dans la discographie pléthorique du King (Sauf que, l'imagination n'étant pas au pouvoir chez United, une autre compilation de fonds de tiroir sortie plus tard s'est appelée The incredible soul of B.B. King !).
La discographie détaillée du label United m'indique que mon disque, avec son rond central violet, a été pressé dans les années 1970. La pochette doit aussi dater de cette époque, car visiblement ce disque a autant de pochettes différentes que d'éditions, tant et si bien que je n'ai trouvé la mienne nulle part en ligne.
A l'écoute de Going home, le premier et sûrement le meilleur titre de cet album, je me suis dit qu'il aurait presque pu être enregistré chez Stax. Sauf que le son est moins bon (globalement, le son du disque est très moyen et le mixage brouillon) et que, étant donné que les enregistrements datent de 1962 ou avant, il s'agit plutôt d'une anticipation du son Stax : du rhythm and blues cinglant à base de guitare électrique, de cuivres et d'orgue. Les autres titres avec les mêmes ingrédients, probablement issus des mêmes sessions, sont parmi mes favoris du disque (You never know, You won't listen, Sundown, The letter). Les blues électriques plus classiques, sûrement les enregistrements les plus anciens, sont d'une excellente facture également, notamment You shouldn't have left, et l'album se termine avec un instrumental endiablé qui porte bien son nom, House rocker, et un titre très jazz, Shake yours.

Ace Records a réédité cet album en 2003, actuellement disponible en CD et MP3. Pour ne pas simplifier les choses, ils lui ont redonné son premier titre, B.B. King, mais ils l'ont aussi agrémenté de huit titres rares en bonus.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

vu la guitare ce doit être une photo des 50's car après il a toujours joué à ma connaissance sur la fameuse lucille, un autre modèle gibson qui est désormais associé à bb King.

Pol Dodu a dit…

Effectivement, la photo doit dater des années 50, quand il était effectivement signé sur le label concerné. C'est la maquette de la pochette qui doit dater du début des années 70 : ce fond bleu discret, ces lettrages en jaune d'or, l'élégant cadre rouge autour de la photo...

LinkWithin

Linkwithin