01 juin 2009

CAMPER VAN CHADBOURNE : Camper van Chadbourne


Acquis chez AYAA à Reims en 1987
Réf : SAVE 46 -- Edité par Fundamental en Angleterre en 1987
Support : 33 tours 30 cm
14 titres

Un peu avant le milieu des années 1980, l'association A l'Automne Alité (AAA) est devenue la SARL AYAA. Quelques temps plus tard, au moment d'un passage financier difficile, AYAA a fait appel aux bonnes volontés et a ainsi obtenu la distinction d'être la seule société de laquelle je sois jamais devenu actionnaire. Actionnaire très symbolique (une seule action, à 300 F je crois), sans jamais participer à un seul CA ni recevoir un seul document financier, mais actionnaire quand même.
J'ai rarement visité l'entrepôt d'AYAA qui se situait rue Ponsardin à Reims. Trois, quatre fois peut-être. Mais à chaque fois, guidé par Etienne Himalaya qui connaissait bien mes goûts (de la musiqe qui peut être bien déjantée mais qui conserve au moins une vague structure pop-rock), j'en suis revenu avec des disques intéressants (Mute Drivers, Kalahari Surfers, An der shönen blauen Donau,...), dont celui-ci est sûrement le plus bel exemple.
Je connaissais Camper van Beethoven depuis que j'avais récupéré dans les entrepôts de Rough Trade Records un exemplaire promo pour mon émission de radio de leur premier maxi anglais, l'excellent Take the skinheads bowling. Le nom d'Eugene Chadbourne ne me disait rien à l'époque, mais il aurait dû me parler car je connaissais et appréciais Shockabilly, le groupe dont il avait fait partie avec Kramer et David Licht.
On peut d'ailleurs faire un lien entre Shockabilly et Camper van Chadbourne (une collaboration, vous l'aurez compris, entre Eugene Chadbourne et Camper van Beethoven, qui a produit plusieurs album de 1987 à 1999 : ceci est le premier). Les deux groupes ont fait énormément de reprises, et là où Shockabilly les traitait façon punk progressif super accéléré, Camper van Chadbourne les traite façon country-folk jazzy déjanté, plutôt ralenti. Je m'apprêtais à faire un rapprochement entre CvC et, par exemple, la collaboration entre les Flamin' Lips et les Butthole Surfers pour la version "bluegrass" de Turn it on quand j'ai appris que CvC avait justement repris très régulièrement sur scène un titre des Butthole Surfers, The Shah sleeps in Lee Harvey's grave.
Plutôt que ceux d'une sorte de super-groupe underground, les disques de Camper van Chadbourne sont avant tout des disques d'Eugene Chadbourne accompagné par Camper van Beethoven : les titres originaux sont tous signés Chadbourne, c'est lui qui assure le chant principal et les autres musiciens sont des potes à lui, mais la sauce prend excellemment avec le talent particulier des musiciens de CvB.
Je n'aime pas tout dans ce disque, mais tous les titres qui me plaisent je les trouve vraiment excellents et agréablement déjantés, surtout les débuts de face.
La A débute avec une superbe version de Reason to believe de Tim Hardin enchaînée avec une reprise de I talk to the wind de King Crimson. Est-il utile de préciser que j'ai très peu de titres de King Crimson chez moi (ceci est peut-être bien le seul) et que, après vérification, je préfère, et de très loin, cette reprise à l'originale ?
Lafayettenam est l'un des excellents titres originaux de ce disque, avec Boy with the coins, qui ouvre la face B, Psychadelic basement (le titre le plus punky du lot), Evil filthy preacher et They can make it rain bombs.
Les versions de cette chanson sont légion, mais celle qu'on trouve ici de The ballad of Easy Rider est ma préférée. Par contre, autant le choix du titre est excellent ("Axe" signifiant aussi bien "Hache" que "Guitare", et Eugene Chadbourne est bien sûr un guitariste), autant la reprise de Pink Floyd Careful with that axe, Eugene n'est pas pour moi. De même, je laisse aux fans de jazz les reprises de Thelonius Monk et de Pharoah Sanders (sauf peut-être la version Slight return un peu reggae de Ba-lue Bolivar ba-lues are), tout comme je laisse bien volontiers aux fans de Frank Zappa (qui sont en partie les mêmes), le fameux Zappa medley présent ici.
Eugene Chadbourne précise sur son site que ce disque est celui de sa pléthorique discographie qui s'est le plus vendu (plus de 15 000 exemplaires dans ses différentes éditions, CD y compris). Ce n'est pas étonnant, car ce disque est sûrement l'un des plus accessibles de Chadbourne et il a aussi tout pour plaire aux (relativement) nombreux fans de Camper van Beethoven.

Quatre concerts de Camper van Chadbourne de la fin des années 1980 sont disponibles en téléchargement sur archive.org.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin