13 juin 2009

LEE HAZLEWOOD : Baghdad knights


Acquis au Record & Tape Exchange de Notting Hill Gate à Londres le 22 juin 2007
Réf : BPX 8869701392 -- Edité par BPX 1992 en Europe en 2006 -- For promotional use only. Not for sale.
Support : CD 12 cm
Titre : Baghdad knights

A 4 £, le prix de départ de ce disque, je ne l'aurai même pas regardé (faut pas pousser). Mais, grâce à la pratique des Record Exchange qui veut qu'un disque qui n'est pas vendu baisse de prix au bout d'un certain temps, quand je l'ai trouvé ce CD était descendu en cinq paliers jusqu'à 10 p et dans le même temps de l'étage à la cave.
Il s'agit du tout dernier single édité par Lee Hazlewood dans sa longue carrière, extrait de son tout dernier album, Cake or death. Pour une fois dans ce contexte, "dernier" signifie dernier pour de bon car, quand ce disque est sorti, Lee Hazlewood se savait incurablement malade et l'information était publique. Il est d'ailleurs décédé dans les mois qui ont suivi, à 78 ans.
En tout cas, sur cette chanson Hazlewood ne sonne ni malade ni vieilli. Hormis le thème d'actualité, ce titre pourrait même très bien être extrait de ses meilleures productions des années 60. On y trouve d'ailleurs à la guitare son vieux compère Al Casey (décédé lui aussi peu de temps après l'enregistrement, en 2006) qui, comme l'explique Pitchfork dans sa chronique, reprend avec une guitare électrique bien forte et bien crade le riff dérivé du Smokestack lighnin' de Howlin' Wolf qui figurait déjà sur leur première collaboration, le hit The fool par Sandy Clark de 1956. Cette guitare très twang (Duane Eddy, aussi présent sur l'album, a débuté avec Hazlewood) est accompagnée de cuivres puissants qui rappellent ses plus grands tubes, d'une flûte qui ponctue le refrain et de choeurs féminins qui font quelques "Ah ah ah". J'ai écouté un bon paquet d'albums de Lee Hazlewood de toutes époques et on a là un de ses enregistrements les plus énergiques, que je préfère à bien d'autres plus réputés. Et maintenant que j'y pense, on n'est pas loin du tout dans l'esprit des productions du jeune John Barry.
Baghdad knights est bien sûr une chanson sur la guerre, écrite par un vétéran de Corée. Son thème est probablement parfaitement synthétisé par la devise qui figure sur l'illustration de pochette : "Respectez les chevaliers, détestez la guerre". Un soldat y raconte sa guerre dans une lettre : "Parfois on se bat, parfois on court. C'est comme jouer au football avec une arme".
Malheureusement, les chevaliers américains ont déjà passé plus de deux fois 1001 nuits à Bagdad depuis l'invasion de l'Irak en 2003 et, près de deux ans après sa mort, la chanson de Lee Hazlewood conserve toute son actualité.

Baghdad knights est en écoute sur Youtube.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin