20 janvier 2007

ORCHESTRE ROUGE : Soon come violence


Acquis dans une FNAC (probablement Montparnasse) à Paris en 1982
Réf : PB 8868 -- Edité par RCA en France en 1982
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Soon come violence -/- Kazettlers zeks

Martin Hannett au mixage, des passages dans Feedback (un concert en direct du Palladium le 16 mars 1982), c'était largement suffisant pour que je m'intéresse à Orchestre Rouge et que j'achète leur premier (et unique) 45 tours.
Et puis surtout, il y a eu le 20 octobre 1982 le concert d'Orchestre Rouge dans la grande salle de la Maison de la Culture André Malraux à Reims, qui m'a donné l'occasion juste après le concert de participer à ma toute première interview de grandes vedettes ! Oh, c'était très modeste, certes, puisque je n'étais là qu'en tant que troisième larron de l'interview d'Orchestre Rouge menée par Etienne Himalaya et Jules Berrisson (alias Dorian Feller), publiée dans le n° 9 du magazine Notes en mars 1983.
Ça a d'ailleurs dû être une grande joie pour moi quand ce numéro du magazine est paru, puisqu'on y retrouve également ce qui doit être les deux premières chroniques de disques que j'ai publiées ("Let's go to bed" de The Cure et "Moderne musique" de WC3 si vous voulez savoir) et même une fausse interview de Rock Feller rédigée entièrement par moi-même avec l'aide de Dorian. Précisons qu'à l'époque je signais du pseudonyme Stéphane Polarroc.
J'ai toujours préféré la face B du 45 tours, "Kazettlers zeks", reprise en 1984 sur la compilation "Des restes". C'est d'ailleurs cette chanson qu'on avait passée pour annoncer le concert le 4 octobre 1982, dans le deuxième numéro de Camisole, ma toute première émission sur La Radio Primitive (co-animée avec Philippe R.). J'aime bien la basse lourde, qui me rappelle le générique des films sans paroles qui passaient le dimanche après-midi à la télé, la guitare rythmique un peu reggae, l'autre guitare plus bruyante et le chant.
"Soon come violence" n'est pas mal du tout. Elle sonne vraiment de son époque, très new wave, pas loin de Marquis de Sade. L'intro et le premier couplet sont parfaits, mais après il y a une sorte de break qui fait perdre de son élan à la chanson. Et surtout, c'est peut-être avec raison que le groupe s'est un peu plaint du mixage de Martin Hannett. Tout est un peu assourdi, et la voix surtout semble engluée dans le mix.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

A propos d'Orchestre rouge, je suis persuadé d'avoir en ma possession deux 33 tours d'eux , je confirme leur maturité et perso c'est hachement mieux que les marquis de sade / mark seberg etc...
Graf d'Aÿ

L'Incohérent a dit…

Dis donc! Il ferait bon que tu translates l'ITW du Feller paru dans Notes afin que je puisse la lire. Sinon, de bons souvenirs du premier 33 d'Orchestre Rouge.
L'Incohérent (Mulhouse)

Pol Dodu a dit…

Yo L'Inco,
Je vais tâcher de remettre la main sur cette interview et je t'en enverrai une copie.

LinkWithin

Linkwithin