27 décembre 2015

THE POOP ALLEY TAPES


Acquis neuf en France vers mai 1996
Réf : WIN 010 -- Edité par Win aux Etats-Unis en 1995
Support : 2 x CD 12 cm
31 titres

J'étais en plein dans ma période Beck et j'ai acheté cette compilation avant tout parce qu'elle contenait une version inédite d'un de ses titres, Girl of my dreams.
Poop Alley, c'était le studio ouvert en 1991 par Tom Grimley, un producteur et ingénieur du son avec qui Beck a beaucoup collaboré à ses débuts. On trouve ici dans ces Poop Alley Tapes 31 groupes de Los Angeles qui sont passés par le studio et c'est édité par le label WIN, fondé au départ pour sortir les disques d'un des groupes de Grimley, Waldo The Dog Faced Boy.
"Poop", ça veut dire "Caca" en américain et, si on regarde bien la pochette, on se rend compte que le mec que je suppose être Tom Grimley et qui est en train de manger avec des baguettes au-dessus la table de mixage n'est pas sensé avoir du boudin noir dans son assiette !
31 titres, mais avant tout une bande de copains qui se donnent des coups de main et jouent ensemble. On retrouve notamment tout au long du disque Tom Grimley lui-même (avec The Rentals, Rump et Waldo The Dog Faced Boy) et les membres de That Dog (Anna Waronker et les soeurs Haden).
On écoute rarement plus d'une fois ce genre de compilation. Mais après plus de vingt ans, celle-ci garde une variété et une fraîcheur remarquables, parce qu'il y a plein de bons titres, et parce qu'elle est très variée aussi. Il y a même plusieurs instrumentaux plutôt expérimentaux...
Le titre d'ouverture est magistral et c'est sûrement le sommet du disque. Il s'agit de California, le tout premier enregistrement publié de The Rentals. En 1999 et avec des paroles modifiées, la chanson est devenue Barcelona sur Seven more minutes, le deuxième album du groupe, dans une version plus électrique que synthétique. Je préfère de loin la première version, où il y aussi plus de chœurs féminins.
Les groupes qu'on connaît et qui m'ont fait acheter le disque ne déçoivent pas : Girl of my dreams, par Beck avec That dog, est une bonne version en groupe de Girl dreams de One foot in the grave. C'est surtout la version Beck d'un classique de The Carter Family, Lover's lane. Dans le même ordre d'idée, Geraldine Fibbers reprend He stopped loving her today de George Jones.
Ten nights de Josh Haden est une première version du titre de The blue moods of Spain, sans le groupe mais avec Anna Waronker et Ridiculous de That Dog ne se trouve que sur ce disque. Bien avant son projet Sings : The Who Sell out, Petra Haden propose ici sous le nom de Recess une Etude n° 1 pour symphony n° 1 avec uniquement des voix.
A signaler également Nevadaesque par The Haves, qui comptaient April March parmi leurs membres.
Deux de mes titres préférés sont Kinda sorta maybe par The Strawberry Jams (avec encore Anna Waronker, apparemment) et Fading fast par Fleabag. Certes, pour ce dernier titre, il est indiqué sans plus de précision sur le livret "This is a cover", mais ce n'est aujourd'hui que j'ai appris que c'est une  reprise d'une chanson du premier album des Go-Go's, que je e connais pas. Je viens d'écouter la version originale, mais ça fait vingt ans que la version plus rapide et bruyante de Fleabag est gravée en moi et c'est toujours celle que je préfère !

The Poop Alley tapes est épuisé depuis longtemps et assez recherché. Le CD est donc plutôt cher d'occasion, mais les titres les plus intéressants sont sur YouTube (j'ai mis des liens), et je suis bien sûr qu'on doit assez facilement réussir à le télécharger.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin