13 décembre 2015

ENSEMBLES KANTE FACELLI ET KEITA FODEBA : Chants et danses d'Afrique


Acquis à la Bibliothèque Georges Pompidou à Châlons-en-Champagne le 5 décembre 2015
Réf : LDX 74.381 -- Edité par Le Chant du Monde en France dans les années 1960
Support : 33 tours 30 cm
12 titres

Un an pile après la précédente vente, où j'avais acquis un superbe album de Memphis Slim, je suis retourné au brade-livres de la bibliothèque de Châlons, où l'on trouve effectivement beaucoup de livres mais également des disques, pour la plupart des vinyls qui se trouvent en double ou en triple dans les réserves de la bibliothèque, du fait de sa mission régionale de conservation d'une partie des 33 tours acquis des années 1960 à 1980 par les médiathèques de la région. Je connais bien ce fonds, en fait, et son étude il y a une dizaine d'années à contribuer à me donner l'idée de démarrer ce blog...
Traditionnellement, les médiathèques étaient plus pointues dans le classique, la chanson, le jazz ou les musiques du monde que dans le rock. Ce n'est donc pas surprenant que, cette année encore, je sois revenu de Châlons avec deux albums "exotiques", l'un de chants traditionnels des Îles Salomon, l'autre présentant des Chants et danses d'Afrique.
Pendant longtemps, ce genre de disque de musique traditionnelle ne m'aurait pas intéressé, de même que les disques d'un groupe nommé Les Ballets Africains. Mais mes goûts changent, ma connaissance de la musique africaine s'améliore et, au moins depuis G.G. Vikey, je connais Kante Facelli et les Ballets Africains de Keita Fodéba, grâce surtout à son hommage à Kanté Facèli : "As-tu jamais entendu parler de Kanté Facelli ? Kanté Facelli fut un très grand guitariste africain. Sa guitare sous le bras, il fit le tour du monde. Il a chanté l’Afrique et sa Guinée natale. Tout Paris l’applaudit dans la troupe de Keita Fodéba. Les foules en un beau temps rêvaient de tous nos rivages. Mais, malheureusement, de retour d’une tournée, aux environs du Maroc, son avion s’écrasa. Kanté Facelli disparut corps et guitare. Hommage à Facelli et Kéita Fodéba. Ils ont chanté partout l’Afrique et la Guinée."
Kante Facelli a eu un destin tragique, mais Keita Fodéba également. Très impliqué politiquement, il est devenu ministre de la Défense et de la Sécurité de la Guinée indépendante sous Sékou Touré. Après avoir mené la répression pendant plusieurs années, il est tombé en disgrâce. Arrêté et torturé, il a été fusillé en 1969, à 48 ans.

La pochette de ce 33 tours trente centimètres, qui doit dater de la fin des années 1960, est particulièrement moche. Mais il s'agit d'une réédition. A l'origine, à la fin des années 1950, ces 12 titres ont été édités par Le Chant du Monde sous la forme de deux petits 33 tours 17 cm aux pochettes superbes :




Au début des années 1960, il y a eu une première réédition sous la forme d'un album 33 tours 25 cm avec, pour une question de place, seulement 10 des 12 titres :



Belle pochette aussi. Malheureusement, donc, pour la réédition suivante, la photo a été réduite énormément, et au passage on a aussi perdu les notes de pochette au dos, virées ici pour faire la promotion du catalogue du label. Kante Facelli y était notamment décrit comme "un authentique griot, ce troubadour des palabres africaines".
Les petits 33 tours étaient initialement crédités l'un à Keita Fodéba, l'autre à Kante Facelli, mais le peu de crédits qui est donné ici pour chacun des titres nous apprend que Kante Facelli est à la guitare sur tout le disque et qu'Achkar Marouf et Yansané Kerfala sont au chant la plupart du temps. On ne sait pas quelle est la contribution musicale du chef de la troupe Keita Fodéba.
J'ai été super content de découvrir Telephonista sur ce disque. Je ne sais plus trop comment j'étais tombé dessus l'été dernier, mais cette déclaration d'amour par téléphone m'avait suffisamment plu pour que je cherche en ligne à l'acheter en disque. Je n'avais rien trouvé dans mes prix, mais quelques mois plus tard, ça m'est tombé tout chaud dans le bec !
Parait-il que c'est une chanson de Casamance chantée en créole portugais, mais ça sonne très espagnol et, comme les autres titres crédités à Keita Fodéba, on sent une forte influence cubaine. Ces titres, Couri-Couri, Aloa, Carolina, Laïla, Saidouba, sont pour la plupart rapides, voire frénétiques, associant guitare électrique, percussions et chant.
A part Kikalama , qui semble issu des mêmes sessions, les titres crédités à Kante Facelli sont plus lents et plus acoustiques. Il y a Soda, un excellent instrumental associant percussions et guitares, Kadia blues, un beau duo de guitares avec Collet Philip, Mia bele, un chant à deux accompagné à la guitare acoustique, et Kankan et M'batilaya, chantés par Kante Facelli seul qui s'accompagne à la guitare.
Le tout fait un album superbe de bout en bout, qui n'a apparemment jamais été réédité en CD.
Ayant plus de cinquante ans, ces disques font partie du domaine public et ils figurent dans les collections publiques de notre Bibliothèque Nationale qui, ô joie, les a numérisés. Malheureusement, les budgets de la BNF n'étant pas prioritairement affectés à la musique, l'établissement a fait appel à un partenariat privé pour la numérisation. Ce qui signifie que, pendant quelques années encore, la BNF ne propose en ligne que des extraits de trente secondes des titres des mini-33 tours de Kante Facelli et Keita Fodeba. Pour écouter en entier ces chansons du domaine public issues de collections publiques, il faut débourser 1 € par titre pour les télécharger chez les partenaires privés. Va comprendre...! Sinon, il reste les vide-greniers...

2 commentaires:

Charlie Dontsurf a dit…

Par curiosité, combien est vendu un vinyle dans ce brade-livres de médiathèque ? Prix divers ou tout à 5 € ?

Pol Dodu a dit…

Tout à 2 € pour les vinyls ! C'est encore plus bradé pour les livres et les CD, quand il y en a, avec tout à 1 €...

LinkWithin

Linkwithin