20 décembre 2015

ASSOCIATES : Kitchen person


Acquis au Record and Tape Exchange de Notthing Hill Gate à Londres fin 1983 ou début 1984
Réf : SIT 7T -- Edité par Situation 2 en Angleterre en 1981
Support : 45 tours 30 cm
Titres : Kitchen person -/- An even whiter car

The affectionate punch, le premier album de The Associates, a été très important pour moi en 1980, mais j'ai un peu perdu le groupe de vue en 1981. Ils ont pourtant été très actifs après avoir quitté Fiction Records, en sortant pas moins de cinq singles chez Situation 2 (Tell me Easter's on Friday, Q Quarters, Kitchen person, Message oblique speech et White car in Germany), plus A girl named property, la face B d'un autre chez RSO, la face A étant créditée à un pseudo-groupe, 39 Lyon Street.
Oui mais voilà, tous ces singles n'étaient distribués en France qu'en import, et soit ils n'arrivaient pas jusqu'à moi, soit ils n'étaient pas des mes priorités en fonction de mes moyens.
De tous ces disques, je n'ai acheté après la bataille que ce Kitchen person, dans la cave du Record and Tape Exchange. Je l'ai eu pour pas cher du tout, 20 pence, et il devait traîner là depuis un moment car la pochette cartonnée est émoussée, et surtout il y a une autre étiquette Record and Tape Exchange sous celle qui a vu baisser le prix par étapes de 1,20 £ à 20 pence.
Huit des titres des singles ont été compilés à l'automne 1981 sur l'album Fourth drawer down. Celui-là, je l'ai acheté en 33 tours à la toute fin des années 1980, et encore, en CD à 1 £, en novembre dernier, dans une édition avec cinq titres bonus. C'est en écoutant le CD que je me suis dit que, toutes ces années, je n'avais pas assez prêté attention à mon, maxi Kitchen person.
La photo de pochette en noir et blanc de ce disque est due au photographe français Antoine Giacomoni. C'est lui aussi qui a réalisé la session de photos utilisées pour les pochettes de Fourth drawer down et White car in Germany, en couleurs celles-ci et sans son procédé habituel de photos dans le miroir.
Qu'est-ce qui m'a fait réagir en réécoutant Kitchen person ? Eh bien le fait que, autant que je sache, The Associates n'ont jamais rien enregistré d'aussi sauvage et brut dans toute leur carrière. Ça débute sur un rythme très rapide par de drôles de percussions, puis il y a une première guitare assez stridente et juste après une autre, plus grave, qui déroule un riff cyclique qui va se répéter pendant tout le morceau. Ajoutez là-dessus du xylophone, de l'orgue, et surtout le chanteur Billy MacKenzie qui débite des paroles a priori sans queue ni tête sur ce magma sonore concocté par Alan Rankine. Ça décoiffe. Musicalement, le côté répétitif me fait penser un peu à Suicide et on n'est pas loin non plus du Eno des débuts en solo.
Dans un article paru dans Uncut en 1997 après le décès de MacKenzie, on en apprend un tout petit peu plus sur les sons qu'on entend : à un moment, on il y a une boucle qui reprend le son du retour chariot d'une machine à écrire électrique et une partie du chant s'est fait à travers un tuyau d'aspirateur, en utilisant un peigne et du papier à four !
An even whiter car est une version instrumentale de White car in Germany. La version chantée est du Associates assez typique, dans la lignée du premier album, que j'apprécie encore assez, mais la version instrumentale est carrément sans intérêt pour moi.
En 1982, The Associates allaient encore sortir un excellent single, Party fears two / It's better this way, mais avec l'album Sulk et ses différents mixages allaient venir le succès, certes, mais aussi la basse slap funky et les tenues néo-romantiques. Le groupe serait alors perdu pour ma cause !

3 commentaires:

JPM a dit…

Super ! Je ne connaissais pas ce morceau et effectivement, ça décoiffe !

Michel a dit…

Ces singles situation2 étaient sortis "en temps réel"... Parfois moins de quatre semaines entre l'enregistrement en studio et la sortie du disque. La volonté de Billy et Alan était de squatter les charts indé pour faire monter le buzz en vue du prochain avènement de Sulk sur une major... Sulk, pour eux c'était un véritable ça passe ou ça casse... La mission fut accomplie. (Bizarrement, en fin de compte, c'est passé, et pourtant ça a cassé).

Concernant la face B, j'ai lu à plusieurs reprises qu'en 1981 Alan et Billy avaient été absolument subjugués par le duo allemand D.A.F. et leur LP "Alles ist Gut", phénomène underground au Royaume-Uni ce printemps là. Au delà de la filiation "Bowie zarbi" c'est sans doute de là que provient l'atmosphère de An Even Whiter Car... Qui n'est d'ailleurs pas tout à fait une version instru de White Car in Germany mais plutôt une part-two même si sortie chronologiquement avant la part-one!

Pour la petite histoire, le look "t-shirt noir sans manche" des Associates pour la pochette de 4th drawer down est, du propre aveu de Billy, aussi dérivé de DAF...

Pol Dodu a dit…

Eh bien, Michel, merci beaucoup de partager tes informations sur The Associates. Tu as l'air d'être très très calé sur la question !
En tout cas, pour moi, ça a cassé avec "Sulk". J'aime encore beaucoup "It's better this way" en face B de "Party fears two", mais plus sur l'album...

LinkWithin

Linkwithin