05 décembre 2015

RENE LACAILLE EK MARMAILLE : Gatir


Acquis par correspondance via Amazon en novembre 2015
Réf : 974472 -- Edité par Do Bwa en France en 2015
Support : CD 12 cm
14 titres

Par certains aspects, l'émission La prochaine fois je vous le chanterai de Philippe Meyer sur France Inter m'énerve. Principalement le fait que, année après année, non seulement les rubriques sont immuables (pourquoi pas à la rigueur) mais leur présentation l'est également, au mot près. C'était amusant la première année, la deuxième peut-être encore. Après, non seulement c'est devenu lassant mais en plus, ça finit par donner l'impression que M. Meyer, très occupé par ailleurs, a mieux à faire que de travailler à la structure de son émission.
N'empêche, la programmation musicale est éclectique et intéressante et, si je suis dans la cuisine le samedi entre douze et treize heures, j'allume généralement la radio.
C'était le cas le 7 novembre où, entre le ronronnement du four et le clapotis de l'eau de vaisselle, j'ai dressé l'oreille à l'écoute d'une chanson. J'ai tout laissé tomber pour me rapprocher de la radio et, effectivement, j'avais bien entendu des rythmes familiers et un chant créole, pour une chanson très sympathique présentée ensuite comme étant Père Fuzion de René Lacaille.
Je ne connaissais pas du tout René Lacaille avant d'entendre ce titre mais, après avoir passé une bonne partie de l'été à écouter des disques de La Réunion des années 1960 à 1980 après en avoir acheté un lot d'une cinquantaine, j'ai eu envie d'en savoir plus à propos d'une production contemporaine, ce nouvel album Gatir de René Lacaille.
La pochette, avec gravures, photos et illustrations  de Coline Linder, est très réussie.
Pour cet album, René Lacaille est accompagné de sa Marmaille. C'est le nom du groupe, mais il était tout trouvé puisque les membres en sont ses enfants Marco et Oriane. Le disque est issu d'un spectacle créé en résidence en 2014 au Rocher de Palmer en Gironde. Depuis, il tourne régulièrement et j'espère seulement ne pas en avoir raté de représentation près de chez moi.
L'enregistrement s'est fait en Anjou chez Lo'Jo, dont certains membres figurent parmi les invités, ainsi que, entre autres, le guitariste Titi Robin.
Ma chanson préférée reste sûrement Père Fuzion, qui évoque la situation à La Réunion ("Comment faire la révolution quand on court après les subventions ?"), mais tout l'album est agréable, et j'apprécie particulièrement, Kayemb, Gatir, Je suis un livre ouvert, chanté par Jerem, l'instrumental Tiap tiap ou le remix de Groix par DJ Click.
Le principal défaut du disque, mineur, c'est son séquencement : il y a quatre instrumentaux et un remix, trois titres en double version, et ça ne "coule" pas bien. A un moment, trois instrumentaux s'enchaînent et ça casse le rythme. L'instrumental de Père fuzion est au milieu du disque tandis que la version chantée est coincée en avant-dernière position, entre un instrumental et un remix. Bizarre.

Quelques dates sont annoncés pour le spectacle Gatir de janvier à mars 2016. L'album est disponible chez Do Bwa/L'Autre Distribution.



Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin