18 octobre 2015

ST THOMAS : A long long time EP


Offert par correspondance par Philippe D. vers 2006
Réf : 20222-2 -- Edité par City Slang/Labels Germany en Allemagne en 2003 -- For promotional use only
Support : CD 12 cm
5 titres

Cela fait maintenant huit ans que Thomas Hansen, alias St Thomas, est mort. Comme pour Vic Chesnutt ou Mark Linkous de Sparklehorse, il est au niveau public dans une sorte de purgatoire. On trouve encore les disques sortis de son vivant, mais presque plus rien ne s'écrit sur lui et les rééditions ou sorties d'inédits ne sont pas encore à l'ordre du jour, comme c'est déjà le cas pour Elliott Smith.
Si je me souviens bien, c'est peu de temps après la parution de ma chronique du premier album de St Thomas, Mysterious walks, que Philippe m'a envoyé ce disque en cadeau. C'était déjà lui qui m'avait offert l'album.
Cet EP à la très belle pochette a été commercialisé uniquement en Norvège, début 2003, au moment où St Thomas était au faîte de sa popularité dans son pays. L'album Hey harmony, qui a suivi ce disque de quelques semaines, est entré directement à la deuxième place des ventes nationales.
Mon exemplaire est une édition promo sous pochette carton éditée par son label allemand. Je n'ai pas trouvé de trace d'une édition équivalente commercialisée.
Le disque s'ouvre avec le titre principal, A long long time, une chanson très réussie, assez typique du style que St Thomas a développé pendant sa courte mais prolifique carrière, avec six albums publiés entre 2000 et 2006.
Comme on a retrouvé ce titre en ouverture de Hey harmony, on sait, après avoir réussi à déchiffrer les notes minuscules et manuscrites du livret du CD de l'album, que la chanson a dû être écrite dans son appartement à Berlin et produite par Mark Nevers à Nashville, avec notamment d'autres musiciens de la galaxie Lambchop.
Les quatre autres titres ne sont disponibles que sur ce disque. Ils font partie des vingt-sept du CD-R démo Hey, harmony, dédié à Kurt Wagner et tiré à une trentaine d'exemplaires, envoyé notamment à Mark Nevers et aux musiciens de Nashville en préparation de l'enregistrement de l'album.
En l'absence de crédits, difficile de savoir s'il s'agit des versions démos ou de titres inédits des sessions de l'album, mais en tout cas ce sont mieux que de simples ébauches.
Sugarmilk coffee ("In a Berliner Café", initialement), avec ses choeurs en "Pa pa pa la pa, pa la da da" et la mention de "London" m'évoque la gaieté du Smashing time des Television Personalities.
Ride a un groove marqué qui sonne très années 1970, ce qui n'est pas courant il me semble chez St Thomas. Il y a aussi une guitare électrique assez proéminente et de l'orgue. Celle-ci, je parierais bien qu'elle est enregistrée à Nashville.
Pour Something happened, c'est clairement à Calexico qu'on pense, pour le rythme et le son de guitare.
America est le seul titre lent du disque, avec des grillons et un accompagnement folky au banjo ou à la mandoline. Le son plus dépouillé fait ressortir son accent anglais assez particulier. Les paroles débutent par "So you left for America, the place I've never been". Clairement, ça allait vite changer...

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin