17 octobre 2015

JONATHAN FIRE EATER : These little monkeys


Acquis par correspondance via Discogs en octobre 2015
Réf : BLUFF 059CD -- Edité par Deceptive en Angleterre en 1998
Support : CD 12 cm
Titres : These little monkeys -- Tomorrow's news tonight -- The city never sleeps

Je ne sais plus ce qui m'en a donné l'idée, mais l'autre jour je suis allé vérifier si j'avais tous les titres de Jonathan Fire Eater. Loin de là, en fait, il me manque tout leur premier album, qui parait-il a un son pourri, et leur premier single, The public hanging of a movie star, tous les deux de 1995.
Il me manquait aussi ce single, extrait de leur album Wolf songs for lambs, mais j'en ai trouvé un exemplaire pas cher alors j'ai comblé ce manque. J'ai déjà chroniqué il y a bien longtemps le premier single extrait de cet album, When the curtain calls for you.
Sous une pochette très quelconque, on trouve ici trois excellents titres.
These little monkeys est plutôt bien choisi pour être tiré de l'album. Tout en tension, c'est un titre bien représentatif du style de ce groupe garage torturé qu'était Jonathan Fire Eater.
Au son, il parait clair que Tomorrow's news tonight est un titre issu des sessions de l'album. Il n'a pas été retenu, même s'il n'aurait pas déparé, avec son petit côté The Fall dans le chant. Notons tout de même que, même si musicalement ça n'a rien à voir, on entend l'expression "Tomorrow's new tonight" dans les paroles d'Impatient talent show, le dernier titre de Wolf songs for lambs.
Le dernier titre est une reprise. Après Harry Nilsson sur l'autre single, ils s'attaquent ici à une composition de Lee Hazlewood, ce qui donne une idée de la musique qu'ils aimaient. Sous son titre complet The city never sleeps at night était la face B de These boots are made for walking de Nancy Sinatra. Leur version et bonne, on y entend bien l'orgue Farfisa, et aussi les maracas du batteur, celles qui expliquent peut-être le dessin de pochette.
Le seul titre de gloire de Jonathan Fire Eater ces dernières années a été d'avoir engendré The Walkmen. Mais ce groupe est désormais séparé. On trouve encore, pour pas cher du tout, Wolf songs for lambs, un des grands disques des années 1990, mais peut-être que, les vingt ans de cet album approchant à grands pas, quelqu'un prendra l'initiative de le rééditer, en lui adjoignant les quelques titres de single et le mini-album Tremble under boom lights.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin