25 octobre 2015

PULP : Bad cover version


Acquis par correspondance via Discogs en octobre 2015
Réf : CID 794/582 900-2 -- Edité par Island en Europe en 2002
Support : CD 12 cm
Titres : Bad cover version -- Yesterday -- Forever in my dreams

Je crois que je n'ai jamais eu autant de mal à acheter un disque par correspondance. J'ai carrément dû m'y reprendre à quatre fois !
Ça s'explique par le fait que, quand ce single est sorti en 2002, a) les labels sortaient encore des singles et b) ils pratiquaient encore le multi-formatage, c'est à dire qu'un single donné sortait en trois, quatre ou cinq éditions différentes afin de gonfler les ventes. On avait connu les 45 tours simples et maxis, les double-45 tours, les cassettes, les CD en un, deux ou trois exemplaires, avec ou sans remixes ou versions live. Arrivés en 2002, une nouvelle hérésie avait fait son apparition, le DVD single, autrement dit un disque avec la vidéo du titre principal incompatible avec la plupart des chaînes stéréo !
Et, quelques années plus tard, quelqu'un a dû s'emmêler les pinceaux au moment de mettre en vente ce single en vente, tant et si bien que, les trois premières fois où j'ai commandé ce disque, chez Amazon ou Ebay, j'ai reçu des grosses boites qui mettent en vente ces disques d'occasion non pas ce CD single mais le DVD !
Certes, ces boites ne rechignent pas à rembourser rubis sur l'ongle quand elles se sont plantées, sans demander le retour de l'article envoyé par erreur, mais j'avais décidé que je voulais ce disque et finalement, c'est par l'intermédiaire d'un vendeur moins industriel sur Discogs que j'ai pu le commander, pour un peu plus cher, en m'assurant au préalable que je recevrais le bon disque.
Pourquoi je voulais ce disque ? Parce que je ne crache pas systématiquement sur le marketing et, quand je l'ai découverte, j'ai apprécié la campagne mise en place pour accompagner la sortie de ce titre extrait de We love life, l'album de Pulp de 2001. Ce single se trouve être le tout dernier disque sorti par le groupe avant sa séparation.
Au départ, il y a la chanson, Bad cover version, dans laquelle Jarvis Cocker dissèque les nouvelles amours d'une ex, qui ne peut que le regretter : "Car chaque contact te rappelle à quel point ça aurait pu être doux, et à chaque fois qu'il t'embrasse ça laisse le goût amer de la saccharine. Une mauvais reprise de l'amour ne vaut pas l'original.".
La première anecdote, et on ne saura jamais si elle est vraie, concerne la fin des paroles : "Chante ta chanson sur toutes les tristes imitations tellement à côté de la plaque : C'est comme un Tom et Jerry tardif quand ils parlaient tous les deux (...) comme les Stones dans les années 80 (...) comme la deuxième face de 'Til the band comes in."
'Til the band comes in, je ne le savais pas, mais c'est un album de Scott Walker de 1970, avec des titres originaux sur la face A et des reprises en face B, et parait-il que Jarvis ne savait pas quand il a écrit ses paroles que cette chanson serait produite par... Scott Walker lui-même ! Il était évidemment gêné au moment de l'enregistrer, mais pas Walker, qui ne doit pas être loin d'avoir le même avis sur ce disque, mais qui surtout ne se préoccupe pas de ses enregistrements de cette époque.
Il y a la pochette ensuite, et c'est pour ça que je voulais absolument cette édition du single, car les autres ont des pochettes différentes. Un seul coup d'oeil, et on comprend que cette pochette fait référence à l'album de 1972 The rise and fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars de David Bowie. Il est précisé dans les notes que le gamin sur la photo est Mark Webber, guitariste de Pulp et ancien secrétaire de leur fan club. Je pensais que Peter Saville et ses associés, crédités pour la pochette, avaient inséré numériquement la photo du gamin sur un fond similaire à la pochette de Bowie, mais c'est encore mieux que ça, comme on peut le lire chez ST33 : avant d'être fan de Pulp, Webber était fan de Bowie et, au tout début des années 1980, il a persuadé son père de trouver l'endroit exact où la photo de pochette de Bowie avait été prise pour s'y faire prendre en photo. Une pas très bonne version de la pochette, mais le groupe a eu une très bonne idée en décidant d'utiliser cette photo pour son propre disque.
Autre bonne idée pour le CD 2, que je n'ai pas acheté : il comprend en face B, deux, on le suppose "mauvaises", reprises de chansons de Pulp, Disco 2000 par Nick Cave et Sorted ? par Roisin Murphy. Eels avait aussi été contacté mais n'a pas pu enregistrer sa reprise dans les temps.
Pour promouvoir le single, une vidéo a été réalisée, bien sûr. C'est celle qu'on trouve sur le DVD. Là encore, la bonne idée, car la chanson s'y prête très bien, ça  a été de traiter la vidéo sur le même mode que les singles de charité à grand spectacle, comme Do they know it's Christmas ? de Band Aid. Sauf qu'on est dans la mauvaise copie, alors les stars sont toutes des sosies de vedette, y compris un Jarvis forcément pas très réussi, et Jarvis lui-même qui apparaît sous les traits de Brian May, le guitariste de Queen.

Apparemment, de nombreux titres ont été enregistrées en prévision de l'album We love life, dont beaucoup sont restés inédits. On en trouve deux ici, tout à fait corrects, surtout Yesterday. Ils ont été enregistrés quelques mois plus tôt et sont produits par Chris Thomas.

Je me retrouve avec trois DVD de Pulp sur les bras. Un seul me suffit, alors j'offre les deux autres (sans la boite plastique) aux deux personnes qui donneront en commentaire de cette chronique un exemple de reprise particulièrement mauvaise.
Les reprises que j'ai diffusées en tant que Pol Dodu ou JC Brouchard sont hors-concours, ainsi que Je survivrai par Régine, parce que c'est trop facile !



Pulp mime sur la version studio de Bad cover version, dans l'émission Top of the Pops le 26 avril 2002.

3 commentaires:

jean-marie a dit…

Je propose le cover de David Bowie "Nite flights " par Scott Walker (Walker brothers ,Nite Flights )
https://www.youtube.com/watch?v=eL03lUj89oY

et l'original :
https://www.youtube.com/watch?v=T9uIHjbt8zw

y'a pas photo comme on dit :-))

Pol Dodu a dit…

Chapeau bas, Jean-Marie, et bravo. Une reprise et un original par Scott Walker et David Bowie en lien direct avec le disque chroniqué, je n'en demandais pas tant !
Je ne connaissais pas du tout ce titre. Effectivement, je préfère l'original, mais ce qui est très drôle c'est que cette version originale sonne très Bowie !
Donne-moi ton adresse à vivonzeureux@wanadoo.fr et je t'envoie le DVD.
L'autre a été gagné par Olivier Julien qui a proposé sur Facebook Qui est ce grand corbeau noir ?" par Ringo, sa reprise de Video killed the radio stars.

Anonyme a dit…

Je passais mon tour de toutes façons car nous en avions parlé il y a quelque temps mais au top du top de la reprise de merde en ce moment chez moi c'est "le père de sylvia" reprise confondante de bêtise de "sylvia's mother", chantée par le bellâtre sacha distel signée v buggy et c carrère , original par Silverstein . C'est tellement crétin que le titre original cité est transformé en "sylvia's mothers". Mais nous sommes bien dans la lignée du grand corbeau qui est un exemple incontournable du genre. Ph

LinkWithin

Linkwithin