21 juin 2014

LEWIS FUREY : Hustler's tango


Offert par Philippe R. par correspondance en novembre 2013
Réf : 625.071 -- Edité par A & M en France en 1975
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Hustler's tango -/- Lewis is crazy

Allez, après Fire, Fame a la mode de Michel Polnareff, Alibis de Carole Laure et Sauverais-tu ma vie ? des Petites Filles, voici la dernière des chroniques qui marquent la parution de mon livre Lewis Furey : Joue-moi un tango. Et on finit en beauté avec Hustler's tango, l'un des classiques de Lewis Furey, le titre qui ouvrait son premier album en 1975.
J'ai beau tenir ce disque entre mes mains, j'ai encore du mal à croire à son existence. Il faut dire que, pendant plus de trente-cinq ans, j'ai justement été amené à penser qu'il n'avait jamais été édité. Je ne m'étais pas mis ça tout seul dans la tête. Au printemps 1979, Jean-Bernard Hebey, célèbre animateur de l'émission Poste restante sur RTL, avait diffusé Hustler's tango pour faire la promotion du spectacle de Lewis Furey et Carole Laure à Bobino. En désannonçant le titre, il avait expliqué avoir beaucoup diffusé cette chanson au moment de la sortie de l'album en 1975 et insisté sans succès auprès de la maison de disques pour qu'elle l'édite en 45 tours.
Donc, j'ai toujours été persuadé qu'aucun single n'avait été tiré en France de l'album Lewis Furey (et pas plus du deuxième The Humours of..., d'ailleurs).
Au fil des années, j'ai quand même mis la main sur un 45 tours Hustler's tango, mais il s'agissait d'un disque promo envoyé aux animateurs de radio américains. Aucune trace d'un 45 tours français, mais je ne men étonnais et je ne cherchais pas après : je n'en suis pas encore à courir après des disques inexistants !
Et puis, un beau jour, un message d'alerte dans ma boite de courrier électronique m'indique qu'un 45 tours Hustler's tango était en vente sur Priceminister. Je pensais qu'il allait s'agir du single américain, mais je suis tombé de ma chaise en découvrant que l'annonce concernait un pressage français, avec une pochette spécifique en plus !
J'avais bien envie de m'offrir cette rareté, mais le prix demandé était quand même élevé pour un disque dont je connais par coeur les deux faces. J'ai entrepris de négocier avec le vendeur et je m'en suis ouvert à Philippe R. qui m'a dit a) qu'il me fallait absolument ce disque, d'autant que j'étais en plein dans la rédaction de mon livre (il avait raison, bien sûr) et b) qu'il me l'offrait pour mon "cadeau de Noël en avance" ! Merci Philippe !!
En attendant que le facteur me livre la chose, j'étais encore persuadé que ce disque allait être un exemplaire promo, un truc hors commerce dont la diffusion n'aurait jamais dépassé un cercle de professionnels (sans même atteindre Jean-Bernard Hebey). Mais je me suis rendu à l'évidence quand j'ai finalement reçu le disque : il a un n° de catalogue (625.071), un code prix (EA) et absolument aucune mention laissant entendre qu'il n'était pas destiné à la vente. Barclay, qui distribuait A & M en France à l'époque, a donc bel et bien sorti ce disque, et ce dès 1975 si on en croit le apposé sur la pochette et l'étiquette du disque.
Pour la pochette, justement, on a fait efficace avec probablement un budget minimal. Du noir et blanc, avec le logo "Lewis Furey" de l'album en gros plus le titre de la chanson, et la photo de pochette de l'album sur un gros quart de la surface. Dans le style, ça me fait penser à des pochettes de 45 tours Barclay telles que celles pour Anarchy in the UK des Sex Pistols ou Wake up and make love with me de Ian Dury.
Côté musique, je ne vais pas encore vous faire l'article. Tout le premier album de Lewis Furey est indispensable. On aime ou on n'aime pas, mais les chansons elles-mêmes, l'orchestration, les arrangements très particuliers et l'interprétation, notamment la voix de Furey, me plaisent et me touchent toujours autant.
Le choix des titres est assez évident. Hustler's tango a toujours été considéré comme le titre phare du disque. C'est aussi la première chanson que j'ai entendue de lui, interprétée en direct à la télévision un mercredi après-midi de l'automne 1977.
Les américains ne s'étaient pas embêtés et avaient choisi de mettre le deuxième titre du disque, Last night, en face B de leur single. Chez Barclay, on a assuré en optant pour Lewis is crazy, qui ouvrait lui la deuxième face du 33 tours. Un choix qui se tient tout à fait. La chanson est excellente et j'ai découvert, également des années plus tard, qu'elle figurait dans une autre version sur le tout premier 45 tours de Lewis Furey, sorti trois ans avant l'album. Cette chanson a aussi été interprétée par Carole Laure sur son album Alibis, en français sous le titre Tout le monde dit dans l'édition la plus courante, mais en anglais sous le titre Carole is crazy dans l'édition allemande chroniquée il y a peu ici.
J'ai fouillé un peu partout en ligne, et je n'ai trouvé absolument aucune autre référence à cette édition française d'Hustler's tango. Par contre, des éditions promo ont été diffusées dans au moins deux autres pays, l'Australie, avec aussi Last night en face B, et, avec encore un autre titre de l'album en face B (Kinda shy), au Chili !!! En 1975 ! Le disque n'a pas de pochette mais les titres sont traduits en espagnol. Ça revient à 32 $ port compris et le vendeur ne semble pas vouloir baisser son prix, alors que le disque est en vente depuis des mois... Si vous voulez me faire un cadeau surprise, vous n'êtes pas obligé d'attendre Noël...


Lewis Furey, Hustler's tango, en concert au Festival International de Jazz de Montréal, en juillet 2008.


Lewis Furey, Hustler's tango, en direct dans l'émission Ce soir ou jamais, le 1er février 2010.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin