14 novembre 2010

COWBOYS INTERNATIONAL : Thrash


Acquis au Record & Tape Exchange de Shepherd's Bush au début des années 1980
Réf : VS 293 -- Edité par Virgin en Angleterre en 1979
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Thrash -/- Many times (Revised)

Je n'ai aucun souvenir d'être jamais allé au Record & Tape Exchange du 90 Goldhawk Rd dans le quartier de Shepherd's Bush à Londres, mais étant donné que c'est l'adresse indiquée sur l'étiquette de ce disque et que certains, en commentaire d'un blog, évoquent avec nostalgie la cave à 20 pence de ce magasin, justement le prix que j'ai payé pour ce 45 tours, je me dis que j'ai dû y faire au moins une visite, peut-être lors de mes tous premiers séjours à Londres en 1981 et 1982. A moins que le disque n'ait été transféré d'un magasin à l'autre de la chaîne, ce qui est toujours possible.
Thrash, leur troisième 45 tours, est sûrement le premier titre que j'ai jamais entendu des Cowboys International. Je dis ça parce que je me souviens très bien que c'est cet extrait de l'album Original sin que Bernard Lenoir préférait et qu'il a programmé le plus régulièrement dans son émission Feed back.
Plus de trente ans plus tard, ça fonctionne toujours aussi bien. Une rythmique synthétique oscillante avec la guitare et le synthé en contrepoint, une chanson archétypiquement new wave qui ne ressemble à à peu près rien de ce qui s'était fait avant, des paroles dont on ne saisit pas le sens général mais ce n'est pas grave car "The words they say won't mean anything", un chant sous influence Bowie, comme ce fut le cas pour d'autres groupes de l'époque (Ultravox!, Gary Numan ou les Associates, évoqués par Kill Me Sarah justement hier). Voilà un morceau qui résume parfaitement l'unique album de l'époque de Cowboys International, un classique de la new wave que je ne mettrais peut-être pas sur le même plan que le Colossal youth des Young Marble Giants (pas la même fraîcheur ni la même originalité), mais qui reste le coup de maître isolé de Ken Lockie, autour de qui le groupe s'est fondé avec des personnalités de la scène post-punk proches notamment de PIL et de Clash.
J'ai dû être vraiment content de trouver ce 45 tours car il y a en face B une chanson qui m'était inconnue. Many times, produite comme l'album par Dennis Mackay, est probablement issue des sessions d'Original sin, sur lequel elle n'aurait pas déparé. Si la version est dite Revised, c'est parce que Many times avait été éditée une première fois sur un disque souple joint au précédent 45 tours, Nothing doing. Je n'ai jamais eu l'occasion d'écouter la version originale car, si j'ai bien un exemplaire de Nothing doing, je ne possède du flexi que les morceaux de scotch qui ont servi à l'accrocher au verso de la pochette !

Ken Lockie a réédité en 2003 une version remaniée d'Original sin logiquement titrée Revisited, toujours disponible, sur laquelle on trouve les deux faces de ce 45 tours, et il a sorti dans la foulée un deuxième album du groupe, The backwards life of Romeo. Il a mis en ligne récemment un remix de Thrash.

Si vous voulez écouter l'Oncle Pol raconter ses histoires de new wave, rendez-vous samedi 11 décembre 2010 à 16 h 30 à la médiathèque Coeur de Ville de Vincennes pour une conférence musicale intitulée This is pop ? Les années new wave (1978-1982).

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin