21 novembre 2010

PRE-RELEASE VOL. 36


Acquis à la boutique YMCA de Southampton le 21 mai 2010
Réf : IPA 36 -- Edité par Island en Angleterre en 1997 -- For promo only - Not for sale
Support : CD 12 cm
15 titres

Au moment d'aller payer mon 45 tours de Chuck Berry, j'ai remarqué sur le comptoir une corbeille avec des CD en pochette cartonnée.
Depuis quelques années, on trouve beaucoup de ces disques en Angleterre, qui sont distribués à des centaines de milliers d'exemplaires avec des journaux et des magazines et qu'on retrouve pour rien ou presque dans les boutiques de charité.
Généralement, il s'agit au mieux de compilations d'oldies ou de réenregistrements live de vieux tubes, mais on a parfois une bonne surprise : c'est comme ça que je me suis finalement procuré Searching for the young soul rebels des Dexy's Midnight Runners !
Cette fois-là, quelques CD à pochette ouvrante ont attiré mon attention car il était évident qu'ils n'avaient pas été diffusés par la presse. Il y en avait notamment un qui reprenait des pochettes des 33 tours Hot Hits de Music For Pleasure, une série anglaise équivalente à notre Pop Hits, le hit-parade chanté cher à Mario Cavallero Jr. Il s'est très vite avéré qu'il ne s'agissait pas d'une réédition des Hot Hits mais d'une simple compilation promo. Ça ne m'a pas empêché de la prendre, ainsi qu'une autre, celle-ci, qui reprend une série de pochettes de disques surfant sur le phénomène James Bond, la plus drôle étant celle de The man from T.A.N.T.E. par James Blonde !
Il y a une chose à retirer de tout ça, c'est qu'on savait s'amuser au département promo d'Island Angleterre dans les années 90 ! Car il fallait oser envoyer ses compilations de nouveautés aux professionnels emballées comme ça dans des reproductions de pochettes qui n'avaient rien à voir. Sans compter qu'à chaque fois le dernier titre listé sur la pochette était une grosse blague.
Ici, il s'agit de Barry John censé nous interpréter Nobody does it better. Ils n'ont pas poussé le bouchon jusqu'à enregistrer spécialement un titre-blague, pas de Barry John sur le CD donc, mais en amateur de disques virtuels, j'apprécie la manoeuvre. Dommage quand même car j'aurais bien aimé écouter "A stunning sideways tribute to one of the world's best loved Bond themes from this ex-member of Barry Adamson and former international rugby star, remixed for the dancefloor by Leon of The Prodigy" !
Côté musique effectivement présente sur le disque, s'agissant d'une sélection de parutions du groupe Polygram en 1997, il y a à boire et à manger. Contentons-nous d'évoquer ce qui est agréable à nos oreilles, le reste étant soit de la dance, soit, pire, des ballades comme celle de Dru Hill, 5 steps.
Dans le lot, il y a deux vieux tubes, Walking on the moon de The Police, intact dans sa version originale, et Didi de Khaled, dans une version 97 énergique et efficace. Le titre le plus beau et le plus pur est sans conteste Inkanyezi nezazi (The star and the wiseman) de Ladysmith Black Mambazo, avec juste des voix et quelques discrètes percussions. Ce morceau de 1992 a eu un très grand succès en Angleterre en 1997 suite à son utilisation dans une série de publicités pour la marque Heinz.
Parmi les autres réussites, il y a surtout les Dust Junkys avec le très hip-pop Dylan Rhymes mix de Non-stop operation, Earl brutus avec The SAS and the glam that goes with it,  les très pop The 'O' avec Get wasted time et un peu de rap pour finir avec Aquasky.
Restent les Tindersticks, qui ouvrent magistralement l'album. Certes, je ne suis pas très jazz, mais la version swing de Rented rooms proposée ici constitue un écrin musical qui convient parfaitement à la voix de Stuart Staples.
En tout cas, toutes mes félicitations à ces anonymes chargés de promotion pleins d'humour et d'audace. Si d'autres pouvaient suivre leur exemple, ça me ferait de belles découvertes à faire...

1 commentaire:

Hectorvadair a dit…

Excellent !!
et vive l'humour (anglais, of course)!

LinkWithin

Linkwithin