05 avril 2009

JOHNNY CASH : Forty shades of green


Acquis sur le vide-grenier de Mareuil-sur-Ay un 1er mai un peu avant ou un peu après 2000
Réf : AGG20050 -- Edité par CBS en Angleterre en 1963
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Forty shades of green -- Bonanza! -/- Tennesse flat-top box -- Pick a bale of cotton

A l'époque où j'ai vraiment commencé à m'intéresser à la musique de Johnny Cash, dans la seconde moitié des années 90, j'ai acheté pas mal de CD mais il m'est aussi arrivé à plusieurs reprises de tomber sur des vinyls intéressants. Et parfois, la bonne affaire est presque littéralement au coin de la rue, comme ce fut le cas pour ce superbe EP ou pour un album sixties américain trouvé une après-midi de juillet à Avenay Val d'or. J'ai aussi récupéré plusieurs albums seventies plus ou moins intéressants, dont, un jour de chance à Douvres sous la pluie, une série de compilations cheap à l'origine mais intéressantes aujourd'hui, sorties chez Hallmark, une des étiquettes de la maison mal famée Pickwick, avec des titres superlatifs comme The great Johnny Cash, The mighty Johnny Cash ou The magnificent Johnny Cash !
Mais avec la mort de Johnny et le succès du film de sa vie version Hollywood, cette époque est belle et bien révolue. Tout ce qui porte le nom de Cash, même les rééditions merdiques ou les pires albums des années 80, doit être récupéré par les pros pour être revendu dans les bourses. Ça fait bien longtemps que je n'ai pas vu un seul de disque de Cash sur un vide-grenier mais par contre le rayon Johnny Cash dans les FNAC a quintuplé de volume en dix ans, une bonne partie des disques proposés étant des compilations de titres anciens à prix prohibitif.
Bref, ceci est mon seul 45 tours années 60 de Johnny Cash et il est probable qu'il restera le seul.
Les trois premiers titres figurent sur l'album Ring of fire, de 1963. Le dernier était la face B du 45 tours Bonanza!, paru l'année précédente.
Les notes de pochette de Joe Goldberg ont beau faire référence à la sobriété de l'accompagnement que les Tennessee Two fournissent à Johnny Cash, le premier titre du disque, dès les premières notes, le contredit totalement. En intro de Forty shades of green, on a droit à des choeurs et des violons envahissants, et ensuite Cash nous chante une ode à l'Irlande, vaguement folky et fortement vaseuse. C'est insupportable. Quand on pense que c'est sorti sur le même disque que Ring of fire...
Ça s'améliore grandement ensuite avec la reprise de la chanson de la série télé western Bonanza!. Il y a toujours des choeurs, mais là au moins on entend le tchikitak de l'accompagnement de Luther Perkins et Marshall Grant.
La face B est d'une toute autre qualité et ça s'entend dès l'intro de Tennesse flat-top box, un titre qui a été un tube aux Etats-Unis. Il n'a pas fait aussi fort que Ring of fire, mais ça a été un tube quand même. Les sons de guitare sont super (Norman Blake et Jack Clement sont probablement dans le coin...) et la chanson est rigolote et elle le reste même une fois qu'on s'est fait la remarque que la trame de la chanson est rigoureusement la même que celle que Dalida utilisera en 1974 pour son méga-tube Gigi l'amoroso !
Pick a bale of cotton est une très bonne reprise de la chanson de Leadbelly avec un accompagnement de basse, batterie et banjo. Une chanson qu'on ne trouvait donc sur aucun album avant les compilations et les rééditions avec titres bonus. Elle prend une saveur particulière quand on sait que Johnny Cash lui-même a passé une bonne partie de son enfance à ramasser du coton en famille, une activité à laquelle il a plusieurs fois fait allusion, dans ses chansons ou son autobiographie.
Voilà donc un disque qui est loin d'être parfait, mais, au moment où la saison des vide-greniers reprend, je me dis que je voudrais bien en trouver un comme ça toutes les semaines !

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin