06 mai 2012

SUPER FURRY ANIMALS : The international language of screaming


Acquis au Record and Tape Exchange de Notting Hill Gate à Londres le 18 avril 2012
Réf : CRESCD269P -- Edité par Creation en Angleterre en 1997 -- Promotional copy only
Support : CD 12 cm
Titres : The international language of screaming -- Wrap it up -- Foxy music -- nO.K.

Partis de 4 £, ces disques ne sont pas restés assez longtemps dans les rayons du Record and Tape Exchange pour atteindre le prix plancher de 10 pence, mais des singles en digipack de Super Furry Animals chez Creation en bon état à 50 pence, je n'allais pas les laisser passer !
J'avais déjà un single d'eux et pas mal de titres éparpillés sur des compilations, mais Super Furry Animals reste un groupe que je connais mal. Je n'ai d'ailleurs écouté aucun de leurs  albums.
Les trois disques que j'ai achetés sont sortis en l'espace de quelques mois en 1997 : il s'agit de trois des quatre titres extraits de leur deuxième album, Radiator. J'ai sélectionné The international language of screaming pour en parler ici parce que, des trois, c'est la face A que je préfère, mais en plus les trois faces B sont également excellentes et la pochette, dessinée, comme toutes celles de l'époque de Radiator, par Pete Fowler,  est très réussie. Les têtes de yéti bleu semblent presque annoncer le monstre égaré qui inspire David-Ivar d'Herman Dune depuis quelques temps, monstre qui, de façon très surprenante, s'est retrouvé vedette d'une collection de vêtements pour enfants au début de cette année.
The international language of screaming est une chanson dans le style psyché-pop barrée qui a fait la réputation de SFA, complète avec "La la la la", "Hou hou hou hou" et divers bruitages, cousine des plus belles réussites des Flaming Lips. nO.K., la dernière chanson du disque, associe le riff de guitare acoustique de The international language of screaming à une récitation de l'alphabet en anglais puis en gallois. Il manque à cet alphabet la lettre K, d'où le titre du morceau, soi-disant parce que les gars de Super Furry Animals ne supportaient pas le groupe Kula Shaker. Sans chercher bien longtemps, je suis bien sûr que, des Kinks à The KLF en passant par Kraftwerk, ils auraient pu penser à plusieurs groupes susceptibles de réhabiliter cette lettre.
Wrap it up et Foxy music sont deux excellentes chansons noisy, au son très années 1990, quelque part entre les Boo Radleys d'Everything's alright forever et Pavement.
Une confirmation s'il en était besoin de la qualité de ces faces B : lorsque Radiator a été réédité en 2005, on lui a adjoint un CD bonus contenant cinq des faces B du groupe éditées à cette époque. Cinq seulement sur treize, on se demande bien pourquoi, mais en tout cas les trois de ce disque en faisaient partie.


Super Furry Animals, The international language of screaming, en public peu de temps après la sortie du single, au Festival de Reading le 23 août 1997.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin