13 mai 2012

THE RONETTES : Be my baby


Acquis sur le vide-grenier de Plivot le 13 mai 2012
Réf : 116 -- Edité par Philles aux Etats-Unis en 1963
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Be my baby -/- Tedesco and Pitman

Il faisait beau ce matin, un temps très frais mais très lumineux. Sur le vide-grenier, on commençait à profiter des rayons de soleil sur les stands bien exposés. C'était calme, familial et sympathique; il n'y avait pas beaucoup de disques mais j'ai pris mon temps.
Un bonhomme avait une petite caisse de 45 tours à cinquante centimes. Pas grand chose d'intéressant, surtout de la variété, mais j'ai quand même repéré quelques 45 tours en pressage anglais. J'ai échangé quelques mots avec le gars et, pour faire durer le plaisir, j'ai tendu la main vers un sac plastique Continent qui, visiblement, emballait hermétiquement des 45 tours sans pochette.
Habituellement, je ne perds pas de temps à regarder les disques sans pochette. On l'aura compris, la pochette constitue pour moi un élément important de l'intérêt d'un disque et je déteste en avoir un avec la pochette qui manque. En plus, les disques sans pochette sont souvent, et fort logiquement, en mauvais état.
En tout cas, j'ai fait une exception ce matin, et j'ai regardé cette dizaine de disques, sortis probablement d'un juke-box (on avait élargi le rond central d'un disque anglais) et c'est comme ça que je suis tombé sur ce petit échantillon de l'histoire du rock, le 45 tours américain original de Be my baby des Ronettes !!
Et pas de regret à avoir, de toute façon, puisque ce disque, comme la plupart des singles américains de l'époque, n'a jamais eu qu'une pochette neutre de son label Philles...
Même sans pochette, on a quelques traces du parcours de cet exemplaire du disque en examinant son étiquette : en quittant le stand, j'ai d'abord remarqué qu'il y avait deux tampons de la maison de Champagne Canard-Duchêne de Ludes, ce qui m'a fait penser que le disque avait peut-être appartenu à l'entreprise ou à son comité d'entreprise. Mais avant d'être tamponné, un certain Robert, dont je n'arrive pas à déchiffrer le nom de famille, avait écrit dessus le lieu et la date de l'achat ("New-York Samedi 21 septembre 1963", c'est précis) et un petit mot pour la personne à qui il était destiné ("Pour Martine. Grosses bises"). En tout cas, Robert a acheté ce disque au moment pile où il rentrait dans le hit-parade français.
Je ne vais pas m'étendre sur l'importance et la qualité de Be my baby. Si on devait sélectionner un seul titre pour représenter le travail de Phil Spector, ce serait sûrement celui-ci. L'influence de cette chanson est considérable et continue sur tout le monde de la pop et du rock, sur les Beatles et les Beach Boys, mais aussi sur les Ramones et Jesus and Mary Chain !
En la réécoutant, il me venait en tête la voix de Sheila pour la version française de ce titre. Elle l'a bien interprété, mais des années plus tard. A l'époque, ce sont Les Surfs qui s'y sont attelés, avec leur premier succès, Reviens vite et oublie.
La face B est un instrumental jazzy, crédité aux Ronettes, mais aucune d'elles n'est bien sûr présente sur l'enregistrement. Il est sans grand intérêt, mais apparemment Spector faisait exprès de se consacrer vraiment aux morceaux importants. Le titre, Tedesco and Pitman, fait référence à deux guitaristes de session présents membres de la Wrecking Crew présents sur cet enregistrement, Tommy Tedesco et Bill Pitman. Il y a bien un solo de guitare, mais il y en a aussi un de saxo : le musicien concerné aurait mérité d'être aussi mis en avant... Ce titre a été réédité l'an dernier sur le CD Phil's flipsides du coffret Phil Spector presents the Philles album collection.
2012 est peut-être partie pour être mon année Spector ! Ses disques originaux ne courent pas les rues, mais je viens d'en trouver deux en deux mois. Et autant le Teddy Bears avait surtout un intérêt historique, autant celui-ci compte avant tout pour sa musique. Et il suffit de voir les Ronettes en public sur la deuxième vidéo ci-dessous pour constater qu'elles se débrouillaient très bien sans Spector pour chauffer une salle.


The Ronettes, Be my baby , dans l'émission Shindig! en 1965.


The Ronettes à la télé et en public : Be my baby et Shout. Sauf erreur et sous les cris, j'ai bien l'impression que c'est une excellente version, différente de celle du disque qu'on entend, les cuivres et la basse étant particulièrement remarquables.

3 commentaires:

debout a dit…

Le tailleur blanc leur va mieux au teint que le pyjama noir façon Véronique et Davina chez les vietcongs !

Anonyme a dit…

bon pour la référence au hit parade ça me paraît vaseux parce que de quel hit parade il s'agit? A ma connaissance il n'y avait rien de tel (pt être le classement SLC d'Europe 1. mais en 63?). Pour moi c'est du pipeau car éventuellement il s'agirait d'un truc lié aux ventes (hum hum on sait ce que ça vaut) mais pas d'un classement par les auditeurs eux mêmes. Donc on n'en avait pas connaissance. ph

Pol Dodu a dit…

Effectivement, Philippe, je me suis posé la question car je sais bien qu'en France avant le Top 50 il n'y avait pas de vrai classement national des ventes. Je pense aussi que le gars a dû repiquer des classements de radio ou de revue...

LinkWithin

Linkwithin