03 juin 2011

HAROLD SMART AT THE THOMAS ORGAN: Smart latin


Acquis dans une boutique de charité d'Ashford le 25 mai 2011
Réf : ARP-S2002 -- Edité par Ad-Rhythm en Angleterre vers 1970
Support : 33 tours 30 cm
12 titres

Je n'engrange pas systématiquement tous les disques d'easy listening que je vois, et j'ai déjà beaucoup de latineries à la maison, mais là, plusieurs petites choses ont fait que je me suis arrêté sur cet album et que j'ai décidé de l'acheter. La pochette d'abord, avec Harold, qui a l'air très smart, si je peux me permettre. Et même si une jeune femme en robe en tissu imprimé est allongée sur son orgue, l'ensemble reste de très bon goût. Sans compter que je crois reconnaître les congas qu'on trouvait sur la pochette du disque de Marcel Amont ! Il y avait aussi la présence d'une version d'Ob-la-di, ob-la-da, même si ce n'est pas absolument une référence, et un prix presque donné.
Harold a dû commencer à apprendre à jouer de l'orgue avant même de savoir marcher : son père Charles était organiste, il jouait notamment sur des orgues de cinéma, comme le seul exemplaire installé en Europe du Publix One de Wurlitzer (c'est un petit film d'Alan Ashton sur les organistes célèbres qui m'en a appris le plus sur Charles et Harold Smart).
Harold Smart, qui est mort le 6 décembre 1980, jouait plutôt de l'orgue électronique. Il a notamment participé dès les années cinquante à des émissions de télévision de la BBC, des jeux comme Take your pick ou des émissions musicales. Cet album fait partie d'une série d'au moins quatre qu'il a enregistrée au tournant des années 70 alors qu'il était sous contrat avec la branche anglaise du fabricant d'orgues Thomas. A ce titre, il était l'équivalent anglais de Lawrence Welk, qui avait un contrat équivalent outre-Atlantique. A tel point que le modèle d'orgue dénommé "Lawrence Welk" a été commercialisé en Angleterre en tant que "Harold Smart".
La musique gravée sur le disque se tient très bien et est assez à l'image de la pochette. C'est sûrement en grande partie grâce au fait qu'Harold n'est pas accompagné par un orchestre gluant et envahissant mais par une formation resserrée composée d'un bassiste et de trois percussionnistes.
Le disque commence très fort avec une version pleine de punch de Tea for two (Un titre qui, ce n'est pas un hasard, est celui qui a été le plus souvent joué pendant toutes les années qu'a duré le Lawrence Welk Show), enchaînée avec Besame mucho (et j'ai tendance à craquer pour à peu près toutes les versions de Besame mucho). Sur la même face, j'aime aussi beaucoup le sautillant Soul safari, une composition originale de Smart, et pas mal Quando quando (le seul des titres de ce disque dont j'ai trouvé une version en ligne).
Alors qu'il ne s'agit franchement pas d'une grande réussite des Beatles, je trouve très réussi l'arrangement qui est donné ici d'Ob-la-di, ob-la-da, à l'orgue et aux percussions latines. J'aime aussi le titre plus lent qui suit, une version de More, un air tiré du film Mondo cane.
Dans un style de musique instrumentale populaire où il y a quand même énormément de déchets, voici en fin de compte une belle trouvaille...

5 commentaires:

Anonyme a dit…

du dodu tout craché!Felt et Harold l'élégant en quelques jours, et dire que du coup je commence à ramasser des disques improbables, arrêtez le c'est contagieux!
Sonis Steph m'a refilé un "viva chaquito & that swinging latin soul" de chez fontana qui te ferait rosir de plaisir!Mais y a pas besame mucho hélas
ph

Pol Dodu a dit…

Au bout du compte, sans trop chercher, j'arrive même à trouver au moins deux points communs entre Felt et Harold Smart : l'orgue et le chic !

Anonyme a dit…

Salut les amis, ce blog ressemble de plus en plus à un petit forum pour les amoureux des VG.

Petite précision mon cher Ph, mon "pseudo" c'est sonic (en hommage aux SY) et pas sonis; un doigt qui aurait malencontreusement dérapé sur le clavier...ou un abus de chouchen? Le mystère reste entier.

Mais passons aux choses sérieuses. Depuis la dernière fois qu'on s'est vu j'ai mis la main sur deux nouvelles perles...

Tout d'abord The Hotvills
[http://the.hotvills.free.fr/] : At The Combo Club où l'on passe allègrement de la bossa nova au slow bolero en passant par la soul beat , le slow soul beat et même le bolero soul beat (véridique, c'est écrit au dos de la pochette, sous les moceaux!!!)

Et puis aussi le Torero Band , un Brass Band qui reprend les Beatles et dont on pourra écouter un extrait ici

http://www.youtube.com/watch?v=4tTRstvLIVY

Tout ça pour moins de 2 euros au total.
QUE DU BONHEUR !!!

SonicSteph(De Nantes...)

Pol Dodu a dit…

Steph,
J'ai aussi le Lennon & McCartney Tijuana style du Torero Band, qu'on voit assez souvent je crois. Par contre, si j'ai bien un ou deux disques des Hotvill's par-ci par-là, je n'ai jamais dû voir ce disque At the Combo Club. "Bolero soul beat", ça a de la gueule !

Anonyme a dit…

Quand on tape The Hotvills At The Combo Club sur google images on tombe entre autres niaiseries sur les images du disque des hotvills et sur celle de harold smart. Seriez vous messieurs pol et Son-hic en train d'influencer le net tout entier? Vous ai-je dévoilés?
J'ai regardé une ou deux vidéos, ils savnt jouer de l'harmo il n'y a pas de doute. A lal longue c'est un peu trop propre...Aux brocs camarades le ouikene est là!
ph

LinkWithin

Linkwithin