08 août 2010

THE JESUS AND MARY CHAIN : Upside down


Offert par Alan McGee en novembre 1984
Réf : CRE 012 -- Edité par Creation en Angleterre en 1984
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Upside down -/- Vegetable man

Upside down, le premier 45 tours de Jesus and Mary Chain, est sorti le 5 novembre 1984. Enregistré en une nuit en septembre, il allait être classé 96 semaines dans la liste des meilleures ventes des labels indépendants, dont un grand nombre à la première place. Au printemps 1985, 35 000 exemplaires avaient déjà été écoulés.
Venant un an après les premières sorties du label, ce succès inattendu a permis à Creation Records de vraiment décoller : louer un bureau une pièce dans Londres, faire signer JAMC chez Blanco Y Negro/Warner, continuer à pousser de jeunes groupes, en attirer d'autres comme Felt, créer un label en partenariat avec Warner (mais l'aventure Elevation fera long feu). Bref, sans le succès d'Upside down, il n'est pas du tout sûr que Creation aurait pu, jusqu'en 1999, sortir des centaines de disques et rencontrer le succès avec House of Love, Primal Scream, My Bloody Valentine, Teenage Fan Club et même Oasis.
Deux jours avant la sortie du disque, The Jesus and Mary Chain donnait son premier concert français à la MJC Claudel de Reims.
Pour ce qui me concerne, quelques semaines après avoir assisté à Londres à l'un des deux premiers concerts de Jesus and Mary Chain, j'avais quitté Londres pour de bon et j'étais retourné sur Reims. Avec Alan, nous nous étions dits que, si l'occasion se présentait, j'organiserais un concert Creation sur Reims.
En fait cette occasion s'est présentée assez vite puisqu'une tournée européenne (principalement allemande) a été organisée par Thomas Zimmerman à partir de la fin octobre 1984 et on a pu caler une date à Reims à la fin de la tournée. Je ne sais pas comment j'ai communiquer avec Alan pour organiser ça, sûrement par courrier  et peut-être par téléphone, sauf que je n'avais pas le téléphone chez moi à cette époque et que de toute façon je n'ai emménagé dans un logement fixe, au 52 rue du bastion, qu'une semaine ou deux avant le concert.
Jusque là, je n'avais jamais organisé de concert et j'aurais été bien incapable de me lancer tout seul dans l'aventure. Mais ça tombait bien, mon collègue Philippe Roger, avec qui nous avions produits pendant l'année 1982-1983 Camisole, ma première émission de radio, n'était pas resté inactif pendant mon absence. D'abord, il avait produit une nouvelle émission, Ne sois pas si bête, avec Antoine Proust, puis tous les deux s'étaient lancés dans l'aventure de l'organisation de concerts en créant l'association Un Autre Emoi, qui a organisé ses premiers concerts (Les Snipers et les Coronados) au printemps 1984.
C'est donc vers eux que je me suis tourné pour l'organisation de l'étape française de la première excursion des groupes Creation sur le continent, une tournée qui associait les "vedettes" du label, les Jasmine Minks, les premiers à avoir sorti un (mini-)album sur Creation, en septembre 1984, avec le groupe d'Alan, Biff, Bang, Pow !, déjà auteur de deux 45 tours, et les petits jeunes sur qui Alan misait beaucoup, The Jesus and Mary Chain.


L'affiche de la tournée Creation Package d'octobre-novembre 1984 (cliquer pour agrandir).
Ce collage pop-art façon Television Personalities met bien en valeur les Jasmine Minks comme tête d'affiche.
Une pochette de Revolving Paint Dream s'est glissée sur l'affiche, saurez-vous la repérer ?

Tout ce qui concerne l'organisation matérielle du concert lui-même a été assuré par Un Autre Emoi (sono, billetterie, bar, etc.). De mon côté, je me suis chargé des contacts avec Creation, j'ai fait quelques tournées de collage d'affiches et rédigé ce communiqué de presse :


Le communiqué de presse du concert du 3 novembre 1984, daté d'octobre. C'est tapé à la machine à écrire et les numéros de téléphone avaient encore 6 chiffres, mais pas pour longtemps. C'était il y a plus d'un quart de siècle, une autre époque, quoi. (cliquer pour agrandir).
Ce communiqué est une version raccourcie de celui rédigé en septembre 1984 dont j'ai donné un extrait ici


Le seul article suscité par le communiqué de presse (en tout cas, le seul que j'ai conservé), paru dans Champagne Dimanche le 27 octobre 1984 (Champagne Dimanche était alors, si mes souvenirs sont exacts, le nom de l'édition dominicale du quotidien L'Union).

J'ai commis une grosse erreur de débutant ce jour-là. En effet, pensant que les anglais auraient du mal à trouver la MJC Claudel, assez éloignée du centre-ville, je leur ai donné rendez-vous devant la Cathédrale.
J'ai donc poireauté sur le parvis de la cathédrale à partir du milieu de l'après-midi, jusqu'à la fin de l'après-midi puis jusqu'au début de soirée, à attendre un mini-bus anglais qui n'est jamais arrivé.
Régulièrement, j'allais à une cabine téléphonique appeler la M.J.C. pour savoir s'ils avaient des nouvelles, puis je retournais monter la garde, à scruter chaque véhicule qui approchait et à flipper comme un malade.
Finalement, assez tard (vers 20h peut-être), quelqu'un est venu me récupérer à la cathédrale car les anglais venaient d'arriver directement à Claudel. Leur grand retard s'expliquait principalement par le fait qu'ils avaient été retenus plusieurs heures à la douane suisse pour une fouille minutieuse, traitement assez souvent réservé aux rockers en goguette. Et pour confirmer si besoin était mon erreur sur leur lieu de rendez-vous, ils avaient aussi perdu un peu de temps à chercher la cathédrale à Reims, qui compte quelques autres églises assez grandes pour passer pour une cathédrale aux yeux d'anglais, avant de se faire indiquer le chemin de la M.J.C.
Moi je flippais tout seul et je n'ai donc été d'aucune utilité pour la préparation du concert, mais j'imagine que les gens d'Un Autre Emoi ne devaient pas en mener large non plus à Claudel, avec le public qui arrivait et aucun groupe en vue pour assurer le spectacle !
Finalement, ce public en a quand même eu pour son argent, avec deux concerts (sans balance) d'une bonne heure chacun de Biff, Bang, Pow ! et des Jasmine Minks, et entre les deux la prestation d'une grosse demie-heure de Jesus and Mary Chain.
Ce premier concert français de JAMC aura au minimum contribué à assurer le chiffre d'affaires du bar ce soir-là, puisqu'une bonne partie du public présent (la salle avait une capacité de 120-130 personnes en serrant bien, je dirais; je ne sais plus si c'était plein ce soir-là) a reflué vers le bar au bout de quelques minutes.
Il faut dire que la principale différence avec le concert que j'avais vu le 9 juin, c'est qu'à la saturation des guitares étaient venus s'ajouter entre-temps le larsen, le feed-back,le mur du son, bref, ce qui a fait la réputation des prestations scéniques de Jesus and Mary Chain en 1984-1985.
Dorian Feller, qui était chargé ce soir-là de la sono, a bien essayé dans un premier temps de jouer sur les potards de la table de mixage pour limiter le feed-back, mais il avait Joe Foster à côté de lui qui remettait tout à fond derrière lui alors il a vite abandonné.
De ce que j'en sais, les meilleurs moments du set ont été l'enchaînement de la reprise d'Ambition de Subway Sect avec You trip me up. Jim Reid devait manquer de paroles ou d'inspiration car pendant toute la deuxième moitié du concert, il semble n'éructer que des "Fuck", "Fuckin'" et "Fuckin' fuck", pour des morceaux qui peuvent être, ou ne pas être, ceux publiés plus tard sous les titres Suck et Jesus suck.
Je dis ça, mais en fait, si j'ai contribué à la rendre possible, je n'ai pas assisté à cette première prestation de Jesus and Mary Chain en France. En effet, comme il était question que toute la bande reparte le soir même pour aller prendre le ferry en Hollande (finalement, Alan, Joe et Big Mick, le fan n° 1 des Jasmine Minks sont restés une journée chez moi, les autres sont effectivement repartis aussitôt avec un des deux mini-bus), je me suis isolé à l'étage du dessus pendant le passage de Mary Chain pour faire une longue interview d'Alan, que j'ai diffusée quelques jours plus tard dans ma nouvelle émission, Buffet froid.
Avec le recul, je n'ai pas de regrets d'avoir raté ce concert, vu que j'ai quand même eu l'occasion de voir Mary Chain quatre fois sur scène en 1984-1985. J'en ai d'autant moins que c'est à la suite de la discussion avec Alan ce soir-là qu'il a eu l'idée de me dédier le premier album de Biff, Bang, Pow !, Pass the paintbrush honey. Par la suite, j'ai pris en charge Non Stop Movement, le fan club de BBP!, avant d'être intronisé conseiller spirituel d'Alan sous l'identité de JC Brouchard.


J'ai retrouvé cette photo de Jesus and Mary Chain (Bobby Gillespie, Douglas Hart et William Reid de dos), isolée dans une pochette avec des photos d'autres groupes et d'autres concerts. Je pense qu'il s'agit d'une diapo que j'ai fait tirer et je pense que cette photo est la seule que j'ai de JAMC à Reims le 3 novembre 1984.


Le verso de pochette de l'édition originale du 45 tours, qu'on reconnait à sa couleur (noir et rouge) et au fait que l'adresse personnelle des Reid à East Kilbride est donnée. Très vite, cette information a été arrachée des impressions suivantes. On se demande bien pourquoi...!

12 commentaires:

Anonyme a dit…

une soirée mémorable pour tous ceux qui étaient là,un de mes meilleurs souvenirs quant à moi (avec felt, les thugs et les coronados) ,mais bon faut rendre à dodu ce qui appartient à paul qui est le maitre d'oeuvre de cette soirée.
A propos de Jasmine je me demande si le foie de l'incroyable buveur de bière qui les accompagnait a résisté à tant d'épreuves!

Pol Dodu a dit…

Philippe,
Ce buveur de bière, c'était justement Big Mick. Il faudra que je me renseigne, mais aux dernières nouvelles son foie avait résisté !

Anonyme a dit…

ça a failli être mon 1er concert vu à la MJC Claudel. je devais rentrer d'une ballade à Paris le soir même mais il y a eu une grève (ou une panne ?) de train...
Je crois que seul Jasmin Minks sont repassés là-bas, vers 1986, et cette fois j'y étais ; leur concert était super bien.
lvt

Anonyme a dit…

... à moins que je ne confonde avec le concert des Surfadelics (après une petite visite sur la page des tickets de concert du site Reims Punk n roll) ?...
lvt

Pol Dodu a dit…

Cher Vieux Thorax,
Biff, Bang, Pow ! est repassé à Claudel le 25 octobre 1986 (le concert annoncé pour février 1988 a été annulé, comme toute la deuxième moitié de leur tournée française) et les Jasmine Minks ont rejoué à Claudel le 7 mars 1987.
Les Surfadelics, que j'avais eu l'occasion de voir trois fois à Londres en une semaine en 1984, notamment à la Living Room (Ils m'avaient dédié une chanson, leur reprise de "Louie Louie"), ont aussi joué à Claudel à une autre occasion, comme le montre le ticket sur Reims Punk'n'Roll, mais je n'y étais pas.

Anonyme a dit…

hello,
à bien y repenser, je crois que j'ai du voir et les Surfadelics et les Jasmin Minks (au 2ème passage) ; par contre je ne savais pas que j'avais raté Biff Bang Pow 2 fois ! Dommage. ;)
bon, c'est quand la tournée de reformation ?.. :))
lvt

Christophe a dit…

Argh, même si j'avais à nouveau quitté Reims en octobre 84, je ne crois pas que mes parents m'auraient laissé aller voir un concert un soir à la MJC Claudel. Car mùême si je fréquentais assidument les MJC (Croix-Rouge, en l'espèce), mes 15 ans ne me permettaient pas alors d'aller voir autre chose que... téléphone !
Bon, et puis, même si j'ai aujourd'hui les Upside down noir, rouge, bleu, jaune et rose, tout ceci n'a été compilé que tardivement, n'ayant découvert jamc que fin 88.
Et là, j'ai profité à quelques concerts encore sauvages, même si cela devint un peu plus conventionnel après la tuerie de l'Elysée Montmartre de décembre 90 (? mes souvenirs ramollissent).

Quand je pense que mes grands frère et sœur étaient en âge de profiter des progs rémoises de qualité au mitan des 80'z et qu'ils écoutaient Mama béa et Yes !

Pol Dodu a dit…

Christophe,
Oui, ça ramollit...
Selon April Skies, l'Elysée Montmartre c'est le 20 avril et le 3 mai 1992...!
Sinon, ça ne m'étonne pas pour tes frères et soeurs, il y avait à Reims du public pour le hard, mais aussi pour des gens comme Mama Béa, qui a dû y jouer plusieurs fois et Yes (Je ne sais pas s'ils sont venus à Reims, mais Bill Bruford est venu en 1979).

Anonyme a dit…

mama béa a joué à l'opéra et peut être aussi une fois aux cordeliers, à sa décharge ses concerts étaient plus intéressants que ses disques... yes non! ouaf ouaf, trop facile! ph

Perico a dit…

The Jesus and Mary Chain a également joué à l'élysée-montmartre en décembre 1989, deux soirs, lors de la tournée Automatic. L'album Automatic,très attendu, grosse déception à l'époque pour nous les fans, avait assez bien marché en France avec 50000 exemplaires vendus sans aucun passage télé. (Grosse déception au point qu'il a fallu que les Pixies reprennent "Head On" pour qu'on se mette à apprécier le titre...)

Sur scène, par contre c'est sans doute la meilleure époque du Mary Chain: un gros son sauvage-mais-pas-trop, les débuts de Ben Lurie en second guitariste et l'excellent Richard Thomas à la batterie, Jim et William qui n'avaient pas encore sombré dans l'auto-parodie, un light show assez dément... A mon avis c'est le concert de 89 que Christophe a vu, pas celui (mou du genou) de 92.

D'une manière générale, le site April Skies présente une liste des concerts du groupe plutôt incomplète...

Pol Dodu a dit…

Perico,
Merci pour ces infos. Je n'ai jamais aimé "Automatic" non plus. A tel point que ça fait des années - et plus - que je ne l'ai pas réécouté pour voir si j'ai changé d'avis !

Pol Dodu a dit…

C'était il y a pile trente ans aujourd'hui : The Jesus and Mary Chain jouait pour la première fois en France, à l'occasion du dernier concert de la première tournée européenne de Creation. Un concert que j'ai organisé à la MJC Claudel de Reims avec l'association Un Autre Emoi.
Deux jours avant la sortie de son premier disque, "Upside down", le groupe a joué ses habituelles 15-20 minutes bien bruyantes à l'époque. Un court moment au cours d'une journée marathon qui les a vus partir de Suisse dans une camionnette bien pourrie, être bloquée des heures à la frontière avant de reprendre la route juste après le concert pour attraper le ferry.
JAMC revient en France dans moins de deux semaines à La Cigale à Paris. Les conditions seront bien plus confortables, mais la nostalgie sera de rigueur puisque le groupe jouera en entier "Psychocandy", son premier album de 1985.

LinkWithin

Linkwithin