11 juin 2010

PULP : The sisters EP


Acquis à la Petite boutique primitive à Reims en 1994
Réf : CID 595 / 858703-2 -- Edité par Island en France en 1994
Support : CD 12 cm
Titres : Babies -- Your sister's clothes -- Seconds -- His 'n' hers

La dernière fois que mon regard a croisé celui de Jarvis Cocker, c'était il y a quelques semaines dans l'Eurostar. Il n'était pas dans le train (en tout cas, je ne l'ai pas vu), mais il était présent à toutes les places en couverture du magazine publicitaire de la ligne. En effet, à force de faire la navette entre Londres et Paris, Jarvis a signé un contrat avec Eurostar pour faire leur promotion. Du coup, j'ai fait une entaille à l'un des mes principes qui veut que je repousse dédaigneusement les revues de ce type et je l'ai ouverte pour y lire l'interview de l'ex-chanteur de Pulp.
La seule fois où j'ai vu Jarvis Cocker en personne, c'était le 30 novembre 1995 à L'Usine de Reims pour un concert dont je garde principalement un souvenir, celui des acrobaties de Jarvis, ce grand dégingandé, qui s'est rendu compte à un moment qu'il pouvait grimper à un poteau et avancer sous le plafond jusqu'au-dessus du public en s'agrippant à des tuyaux, ce qu'il n'a pas manqué de faire à plusieurs reprises tellement visiblement ça l'amusait.
A ce moment, mon intérêt pour Pulp commençait déjà à décliner, même si le tube Common people me plaisait encore pas mal. En fait, en regard de la longévité du groupe, et même si j'avais depuis lontemps et complètement par hasard le premier enregistrement publié du groupe, cet intérêt aura duré très peu de temps, grosso modo de 1992, à la sortie de l'album Separations, jusqu'à 1994 avec l'album His 'n' hers et ce EP qui l'a suivi. Vers cette époque, grâce notamment à des rééditions, j'ai pu découvrir avec retard et apprécié certains disques de Pulp des années 80, notamment l'album Freaks et le single Little girl with blue eyes.
Babies est sorti à l'origine en 1992 chez Gift, un label qui a sorti en tout trois singles de Pulp qu'Island s'est empressé de rééditer en mini-album sous le titre Intro pour faire monter la sauce quand ils ont signé le groupe. Mais cette chanson était tellement bonne qu'elle a été incluse dans une version à peine rebidouillée sur l'album His 'n' hers. Mieux encore, après avoir extrait de cet album Lipgloss et l'excellent Do you remember the first time ?, Island a ressorti Babies en single, sous l'intitulé Sisters EP. Ça a plutôt bien marché puisque ce disque a bien préparé le terrain pour le succès de Common people en atteignant la 19e place des charts anglais.
De ce que je connais de la production du groupe, Babies est l'une des chansons de Pulp que je préfère. En plus, sortie pile au milieu de la carrière du groupe, ayant eu à la fois pas de succès (la première fois) et du succès ensuite, elle est parfaitement représentative du parcours tortueux de Pulp. C'est aussi une espèce rare dans le pop-rock indépendant anglais, une chanson qui, sans rien devoir à dance music, est vraiment dansante, parfaite pour ce qu'ils appellent outre-manche les "indie discos".
Les trente premières secondes instrumentales de la chanson sont parfaites, de l'intro à la guitare façon New Order (Ceremony ?) aux petits riffs qui suivent, de la ligne de basse iconoclaste et accrocheuse aux petits coups de synthé rétro façon Denim. Ensuite, Jarvis entreprend de nous raconter son histoire, une sorte de marivaudage ado où il est question d'écouter avec une copine les ébats de la soeur aînée de celle-ci dans la chambre à côté. Mais écouter ça ne suffit pas longtemps, alors pour voir le narrateur se cache dans l'armoire de la chambre, avant de se faire surprendre deux fois de suite, d'abord dans l'armoire par la grande soeur et ensuite par la petite soeur, en pleine action sur le lit avec l'aînée.
Cet EP s'appelle Sisters car, comme il est indiqué sur la pochette,Your sister's clothes met en scène les deux soeurs quatre ans plus tard et donne l'occasion à la plus jeune de se venger. Sauf que cette nouvelle chanson, narrée par Jarvis sur le ton de la confidence, n'est pas du tout au niveau de Babies. C'est même carrément celle que j'aime le moins de ce disque.
Seconds démarre aussi un peu mollement et sur le même ton de confidence, mais elle est un peu plus enlevée et au moins il y a un refrain assez accrocheur.
His 'n' hers fait partie de cette catégorie bizarrement assez peuplée, dont il était question récemment dans Mojo, de chansons qui ne figurent pas sur l'album à qui elles ont donné leur titre. Elvis Costello, qui ne fait jamais les choses à moitié, a fait le coup au moins deux fois, avec Almost blue et Imperial bedroom. La chanson elle-même est très bonne. Elle aurait sûrement mérité de figurer sur l'album, mais il n'est pas impossible qu'elle ait été écartée parce qu'elle ressemble de trop près à d'autres chansons. Je n'arrive pas à mettre l'oreille dessus, mais du petit coup de synthé en intro à la rythmique, cette chanson me parait très familière. Faudrait peut-être creuser du côté de The Band of Holy Joy ou des Adventure Babies. 

(Mais c'est peut-être une coïncidence : par exemple, je n'ai absolument pas fait exprès de terminer ce billet par le mot "Babies". De même, mais ce n'est pas entièrement un hasard car les trois groupes sont anglais et plus ou moins de la même époque, je viens de constater avec stupeur que les CD de The Band of Holy Joy, Adventure Babies et Pulp sont justement classés l'un après l'autre dans cet ordre sur mes étagères)


L'excellente vidéo réalisée en 1992 pour le single original de Babies.


La vidéo moins réussie réalisée en 1994 pour la version de Babies qui figure sur ce Sisters EP.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin