09 août 2009

PABLO MOSES : A song


Acquis à Châlons-sur-Marne vers 1981
Réf : 6313 047 -- Edité par Island en France en 1980
Support : 33 tours 30 cm
8 titres

L'autre jour, j'ai aperçu la couverture d'un livre consacré aux 100 albums essentiels du reggae. Je n'ai pas pris le temps de le feuilleter, et donc je ne sais pas si ce disque de Pablo Moses figure bien dedans. Je sais parfaitement que ce type de sélection est par définition très subjectif, mais à mon sens aucune liste de ce genre ne pourrait se passer de A song, un album parfait, qui occupe une place à part dans l'histoire du reggae.
C'est Daniel C. qui m'a fait découvrir ce disque, en cassette, sur un chantier d'été en pleine Champagne crayeuse. Dès que j'ai pu, j'ai acheté ensuite le 33 tours. Le reggae, le soleil, l'été, ça va parfaitement ensemble, mais A song est un disque pour toutes les saisons, pour les après-midis de printemps, les soirs d'automne et les dimanches matin d'hiver.
Si on devait utiliser un seul mot pour qualifier ce disque, celui qui conviendrait le mieux serait sûrement "cool". Cool, comme calme et doux. Doux, comme le chant de Pablo Moses et
sa voix haut perchée. Calme comme les rythmes de l'album, enregistré à Kingston et mixé à Londres, avec une liste de pointures du reggae longue comme le bras parmi les participants, des frères Chung (c'est Geoffrey qui produit) à Robbie Sakespeare et même Sly Dunbar sur un titre, d'Earl "Wire" Lindo à Cedric Brooks, avec même parmi les choristes deux des I-Threes et Freddy McGregor.
La bio de Pablo Moses chez AllMusic nous apprend que, entre la parution de son premier album Revolutionary dream et celui-ci, son deuxième, il aurait étudié pendant deux ans à la Jamaica School of Music. Cette information est éclairante pour comprendre cette album car, comme le titre du disque, qui est aussi celui du premier morceau, l'indique, la première face de ce disque est consacrée à des chansons sur la musique : outre A song, nous avons Music is my desire ("It sets my heart on fire, It's what I require, yeah ah", une proclamation que je pourrais faire mienne), une ode au dub (Dubbing is a must "To enjoy reggae music") un peu surprenante dans ce contexte car la production suave et délicate de cet album est à l'opposé du côté rentre-dedans de bon nombre de remixes dub, et enfin une chanson sur une danse, le Revolutionary step.
Dans la même veine musicale, la face B aborde des thèmes plus courants du reggae, sur la spiritualité, Jah et les rastafaris. Les deux sommets de la face sont Each is a servant et Protect I, mais même sur One people, peut-être le titre le moins exceptionnel du disque à mon goût, la finesse du mixage des cuivres est impressionnante.
Evidemment, quand l'album Pave the way est arrivé dans les bacs l'année suivante, je me suis précipité pour l'acheter... et j'ai été immensément déçu ! C'est loin d'être un mauvais disque, mais il n'a pas l'atmosphère et le son particulier de A song, c'est juste du reggae ordinaire. Pendant longtemps, j'ai quand même mis de l'espoir dans l'écoute de Revolutionary dream pour retrouver la magie de A song, mais quand j'ai enfin fini par avoir l'occasion de l'écouter, j'ai aussi été déçu. Je ne retrouve pas non plus sur ce bon disque, le plus réputé de Pablo Moses (qui pour le coup figure dans une autre liste des 100 meilleurs albums de reggae), la magie de A song.
Au bout du compte, je pense qu'il faut se contenter d'apprécier pleinement le plaisir de l'écoute de A song, sans chercher à le renouveler ou le prolonger ailleurs. Ce disque est un monde à lui seul, un monde cotonneux et sophistiq
ué. Pas grand chose à voir musicalement, mais si on devait lui trouver un équivalent, ça pourrait être un autre très grand album de 1980, le Colossal youth des Young Marble Giants.
Pablo Moses tourne encore. En juillet 2009, il était même en concert en France, notamment à Mulhouse. Quant à cet album, il ne semble pas être actuellement disponible à la vente, ce qui est un scandale, d'autant plus qu'Island célèbre en fanfare cette année ses cinquante ans.
Une édition Deluxe de l'album aurait été sortie par Young Tree en 2005, avec un disque de titres dub et live en bonus. Un classique comme celui-là n'a pas vraiment besoin d'être dilué ou complété, mais de toute façon, si Pave the way existe bien en Deluxe sur ce label, je ne suis pas sûr que A song ait effectivement été distribué sous cette forme car on n'en trouve aucun exemplaire en vente. Du coup, les exemplaires de l'édition CD chez Mango/Island de 1991 commencent à s'arracher à prix d'or. Sinon, on trouve l'album en téléchargement sur plusieurs blogs, ou à emprunter dans les bonnes médiathèques, comme celle d'Epernay.

11 commentaires:

Anonyme a dit…

J'écris quelques mots juste pour insister : il ne faut pas passer à côté, même si on n'est pas un grand amoureux de reggae.
Pol a tout dit : "cool", "cotonneux" ... Ce disque est admirable et merveilleux.
Charlie Dontsurf

Anonyme a dit…

Je ne me veux pas spécialement anonyme mais je ne me souviens plus de mon mot de passe ! Et puis, ce n'est pas le sujet ....
Bon, il n'y est pas le Pablo dans le bouquin. Toute sélection est obligatoirement subjective mais il aurait pu prendre la place de Sinnead O'Connor, Pierpoljack, Grace Jones ou je ne sais pas qui encore. J'ai lu un commentaire d'un acheteur sur le site Amazon : son avis est que 50% du bouquin est à jeter. Ceci dit, le livre est un bien bel objet et, sur le fond, les classiques des années 70 ne semblent pas avoir été oubliés : Congos, Culture, Burning Spear, Gladiators, etc.... Je ne vous parle pas de Marley ! La maison d'éditions, Scali, a fait faillite. Il est donc plus difficile de dénicher ce livre.
Bonne lecture, néanmoins.
Charlie
www.ubudance.com
PS : J'ai fait mon Dodu pendant les vacances, faudra que je vous raconte ça un jour. M'enfin, le Sous-Marin Vert par les Compagnons de la Chanson, c'est quelque chose !

Pol Dodu a dit…

Charlie,
En fait c'est à ma Médiathèque que j'ai vu le bouquin. J'ai juste pas eu le courage de me déplacer exprès pour l'emprunter au moment de faire ce billet !
Ah, "Le sous marin vert" des Compagnons de la Chanson, tu ne crois pas si bien dire. Encore dimanche dernier, j'ai eu le EP en main, avec son sous-marin dessiné sur la pochette. J'ai failli l'acheter, mais je me suis retenu. Je ne sais pas quel âge tu as, mais j'étais gamin quand "Le sous-marin vert" est sorti. Ça passait beaucoup à la radio, et on le chantait tout le temps. Ce n'est que bien plus tard que j'ai vraiment découvert le "Yellow submarine", et ce changement de couleur a dû m'intriguer au moment où je commençais à apprendre l'anglais !

Anonyme a dit…

Euh ... 50 ans.
Je ne sais pas si c'était à l'époque de sa sortie, mais je me souviens aussi avoir entendu ce titre à la radio. A moins que ce ne soit la version de Maurice Chevalier. Jojo Richman devrait en faire une reprise.
A part ça, je n'aime pas du tout cette chanson.
Charlie

Anonyme a dit…

l'album 33t "A song" est disponible sur Priceminister...
à 100 euros ! bon OK, pressage jamaicain nickel, mais quand même, ça fait ch(i)er. ;)
lvt

Pol Dodu a dit…

Yo Le Vieux Thorax,
Effectivement, ça douille, même si c'est moins cher qu'un billet d'avion pour la Jamaïque.
Chez Amazon, c'est guère mieux avec le CD d'occase est entre 35 et 50 €.
Espérons qu'Island ou un autre label va se réveiller...

Charlie Dontsurf a dit…

Bonne nouvelle ... A Song & Revolutionnary Dream viennent d'être réédités en cd.

Adrien a dit…

Un album superbe d'un artiste reggae bien trop méconnu.
A ce procurer bien que le 33t soit difficile à trouver.
J'adore cet album!

Charlie Dontsurf a dit…

Pablo Moses est en concert ce mercredi (8 juin) au New Morning. J'ai eu envie, je me suis lancé, j'ai mon billet. A suivre :-)
Pas de chronique cette semaine, Dodu ? Une honte ...

Pol Dodu a dit…

Ah, je vois que tu suis ! Il aurait dû y avoir un billet au moins hier... Çadevrait être pour aujourd'hui, et le suivant sera sûrement avant le week-end prochain. Bon concert !

Charlie Dontsurf a dit…

Quand je suis sorti du New Morning hier soir, je me suis retrouvé dans les rues de Kingston, Jamaïque ... téléporté par Pablo Moses, reggae warrior !
Le New Morning, transformé en bouge jamaïcan, par un Rasta et son backing-band ... français !
Dès les premières mesures de Music Is My Desire, j'ai su que c'était gagné.
Grand Concert, Jah Rastafari !
Music is my desire
It sets my heart in fire, now
Music is my desire
It's what I require, now
Oh yeah, I
Oh la la
Y'a bien longtemps que je n'avais pas autant remué du popotin lors d'un concert.
Jah rastafari !

LinkWithin

Linkwithin