10 juin 2007

URBAN DANCE SQUAD : Deeper shade of soul


Acquis probablement à La Petite Boutique Primitive à Reims en 1990
Réf : 663.180 -- Edité par Ariola en Allemagne en 1990
Support : CD 12 cm
Titres : Deeper shade of soul (Dancemix) -- Deeper shade of soul (Radiomix) -- Man on the corner -- Deeper shade of soul (Freakmix)

Voici encore l'un des disques fondateurs et importants de la hip-pop optimiste : c'est gai, dansant, mélangé, pas sectaire...
Pendant longtemps, je me suis demandé sur quel titre de soul ce single extrait du premier album des hollandais Urban Dance Squad était basé. Ce n'est qu'hier, en lisant un billet du Goûter du Mercredi, que j'ai eu le fin mot de l'histoire : il s'agit, non pas d'un titre de rythm'n'blues américain comme je le pensais, mais de "A deeper shade of soul" de Ray Barretto, sorti sur l'album "Acid" en 1972. J'aurais dû y penser, puisque que "Raymond Barretto" est bien crédité comme co-compositeur de la chanson.
Du rythm'n'blues, il y en a de toutes façons plein dans "Deeper shade of soul", avec des bouts de "Hold on, I'm coming" de Sam and Dave, de cuivres qui viennent probablement de chez Otis Redding et plein d'autres trucs que je ne suis pas capable d'identifier. Il faut dire que cette période charnière des années 80-90 était un âge d'or pour le sampling. Les groupes pouvaient encore se risquer à créer de nouveaux titres à partir de collages sans craindre d'avoir à refiler la totalité des droits et plus jusqu'à la fin de leur vie aux artistes concernés ou à leur label. Aujourd'hui, des batteries d'avocats sont convoqués pour le moindre échantillon et, à moins d'être un auto-produit inventif, l'art du sampling est fossilisé (voir à ce sujet la mésaventure arrivée à Jens Lekman à propos de son prochain album - à lire à la date du 4 mars).
"They call it rogue-rock, but it's a deeper shade of soul" dit la chanson. Un titre dansant, sans être rapide, un groove élastique, une guitare hi-life à la King Sunny Adé, une ligne de basse dans le refrain qui me rappelle "Melody Four ? Si, señor!" de Melody Four (mais cela est sûrement dû à l'origine latine commune aux deux titres), un chant un peu rappé très efficace : "Deeper shade of soul" est une réussite de bout en bout, et un classique de ces années-là. En plus, le "Dancemix" rallongé passe très bien, ce qui est une exception à la règle, et le "Freakmix", qui est je crois celui que je passais le plus souvent dans l'émission Vivonzeureux!, est très bien aussi (mais pas meilleur).
Le problème que j'ai eu par la suite avec Urban Dance Squad, en fait dès que j'ai eu acheté "Mental floss for the globe", le premier album, c'est que c'était avant tout un groupe de rock bien électrique, du rock fusion, certes, mais, à part "No kid" je crois, je n'avais pas trop apprécié l'album et je n'étais pas allé les voir lorsqu'ils étaient venus jouer à Reims, à L'Usine probalement.

2 commentaires:

SdC a dit…

Ca fait plaisir de voir qu'UDS ne tombe pas dans les limbes de l'oubli!!
Oui groupe mythique, fondateur d'une vision cross over de la music et dont les performances live laissaient pantois (dommage pour toi ;) !!
Entre autres anecdotes c'est la Mano qui les a fait tourner en 1° partie

musicadelbarrio a dit…

J'ai le CD aussi genre EP ou Maxi avec plusieurs versions remixées de Deeper Shado of Soul. UDS était largement en avance, préfigurant les Red Hot Chili Peppers.
http://musicadelbarrio.wordpress.com

LinkWithin

Linkwithin