10 mai 2015

JONATHAN RICHMAN : O Sun


Acquis par correspondance chez Blue Arrow aux Etats-Unis en mars 2015
Réf : BAR-001 -- Edité par Blue Arrow aux Etats-Unis en 201
Support : 45 tours 17 cm
Titres : O Sun -/- Wait wait

C'est ici même, grâce à un commentaire de Charlie Dontsurf, que j'ai appris la sortie imminente de deux nouveaux 45 tours de Jonathan Richman, sur Blue Arrow, un nouveau label créé par les disquaires de la boutique du même nom à Cleveland (le trombinoscope de la boîte vaut le détour...).
Dans l'article du Cleveland Scene indiqué par Charlie, on trouve le récit de la rencontre entre Blue Arrow et l'artiste il y a dix-huit ans juste après un de ses concerts au Grog Shop : "Lui et Tommy Larkins étaient logés à L'Alcazar sur Cleveland Heights. Il aime bien leur carrelage. Après le concert, ils marchaient dans la rue en portant leur matériel. On les a vus et on les a conduits à l'hôtel et du coup on a dîné ensemble.
Il y a environ trois ou quatre ans, il nous a demandé de l'accompagner sur quelques dates de la côte Est pour tenir un stand. A un moment, est venue dans la discussion la question de sortir des disques. (...) Richman travaille sur un album et on espère qu'il sera prêt à l'automne."
C'est assez typique des aventures de Jonathan, et cela signifie peut-être que la relation avec Vapor, le label fondé par Neil Young, est venue à son terme après plus d'une quinzaine d'années.
J'ai commandé les deux disques dès leur sortie. L'autre disque comporte en face A un hommage à Keith, pas aussi bon par exemple que l'hommage au Velvet Underground d'il y a une bonne vingtaine d'années, avec en face B une bonne chanson, They showed me the door to Bohemia, un peu longue mais pas suffisamment pour expliquer pourquoi le disque tourne à seulement 33 tours par minute. Et je ne trouve pas la pochette très réussie.
C'est pourquoi j'ai choisi plutôt de chroniquer ce disque, avec une pochette gaie et colorée, de la main de Jonathan lui-même (même si ce n'est pas crédité) et un vinyl bleu ciel veiné de bleu et de rouge.
O Sun est, sans surprise, une ode au soleil, avec l'instrumentation habituelle des concerts de ces dernières années, guitare acoustique et percussions de Tommy Larkins, plus ici un groupe de copains qui scandent le titre en choeur tout au long du morceau. Pas mal, mais mon titre préféré des quatre est, de loin, Wait wait, en partie inspirée par un poème 1916-1917 de Juan Jamon Jimenez tiré du recueil Eternités. Je n'avais jamais entendu parler de ce poète espagnol, pourtant suffisamment réputé pour s'être vu décerner le prix Nobel de littérature en 1956 !
Dès le riff d'intro, toujours à la guitare acoustique, on sent qu'on est dans ces ambiances entraînantes de certains titres de Jonathan Richman, sur une base classique à la La Bamba/Louie Louie, comme avec Parties in the USA par exemple. Arrivé au refrain, on est comme les potes qui font les chœurs, on ne peut pas s'empêcher de claquer des doigts, de taper dans les mains en dansant, d'autant qu'un orgue insistant vient nous surprendre en jouant quelques notes jusqu'à la fin de la chanson.
On va pouvoir attendre l'album en dansant tout l'été...

O Sun et Keith sont en vente chez Blue Arrow.

2 commentaires:

Pol Dodu a dit…

Jonathan Richman, s'amuse des jours-ci !
Selon le Jojoblog qui cite News review, il apparaît actuellement sur scène dans une version scénique de Casablanca, sous le pseudonyme de Michel de Ménilmontant. Il tient le rôle équivalent à celui du pianiste Sam dans le film, accompagnant la pièce de musique d'ambiance instrumentale à la guitare acoustique "à l'accent français". Il chante aussi une chanson en français et la chanson du film As time goes by.

Pol Dodu a dit…

On retrouve O sun et Wait ! wait ! avec neuf autres titres, dont une reprise de L'âme des poètes de Charles Trenet, sur Ishkode ! ishkode !, le nouvel album de Jonathan Richman.
Il est lui aussi édité par et disponible chez Blue Arrow Records.
Le CD est déjà disponible, une édition vinyl sortira dans quelques semaines.

LinkWithin

Linkwithin