01 novembre 2014

JOHNNIE TAYLOR : I could never be President


Acquis sur la braderie-brocante d'Ay le 26 octobre 2014
Réf : 169 055 -- Edité par Stax en France en 1969
Support : 45 tours 17 cm
Titres : I could never be President -/- It's amazing

Généralement, à cette époque de l'année, je n'attends trop rien de la braderie-brocante d'Ay, où le côté braderie prédomine et où les brocanteurs sont surtout des professionnels concentrés ici car il y a très peu de manifestations organisées les dimanches d'automne.
Pourtant, il peut faire beau, même en automne, et on peut trouver des disques à prix correct, même chez certains pros. Dimanche dernier, j'ai été tout content d'acheter quelques disques sur trois stands différents, dont quatre 45 tours années cinquante et soixante très intéressants, auprès d'un collectionneur qui vend une partie de son surplus. 5 € les quatre disques, ça reste dans mes prix, et ce disque de Johnnie Taylor faisait partie du lot.
En fait, je ne connaissais pas vraiment Johnnie Taylor, même si je dois avoir son Who's making love et d'autres de ses titres sur des compilations, et même si Philippe R. m'avait justement parlé de lui il y a quelques semaines.
Si j'ai choisi ce disque, c'est pour Stax, bien sûr, et pour l'association entre la photo de ce noir très chic en veston-chemise-cravate et le titre I could never be President. En voyant ça, j'ai aussitôt pensé que, si Johnnie "ne pourrait jamais être Président", c'est parce qu'il est noir et je me suis dit que les choses avaient un minimum évolué quarante ans plus tard avec l'élection d'Obama.
Il s'avère que, si le narrateur de la chanson "ne tiendrait pas une journée" comme Président, ça n'a rien à voir avec une couleur de peau, qui n'est pas explicitement mentionnée dans les paroles. C'est un peu décevant, mais la chanson a en fait l'apparence d'une chanson d'amour, tout en faisant passer quelques messages politiques : "je baisserais les impôts juste pour te faire plaisir" et "je rapatrierais les gars du Vietnam pour les stationner devant ta porte afin que le monde ne te fasse pas de mal".
La très bonne nouvelle, c'est que la chanson est très bonne, un funk léger propulsé par une bonne partie des MG's, avec des cuivres et des choeurs et une bonne prestation de Taylor.
En face B, It's amazing, n'est pas mal du tout non plus. Il y a des cordes, mais ça reste funky, dans une ambiance qui anticipe un peu les BO de Shaft.
On retrouve ces deux titres sur son album The Johnnie Taylor philosophy continues, lui aussi sorti en 1969. Cet album a été édité en France à l'époque, avec une pochette différente et au recto un autre titre, Testify, celui de la chanson d'ouverture.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin