17 novembre 2014

THE SHAKY HANDS : Lunglight


Offert par Philippe Dumez à Paris le 3 juillet 2014
Réf : VVR1051942P -- Edité par Memphis Industries en Angleterre en 2008
Support : CD 12 cm
13 titres

Voilà donc le disque de The Shaky Hands dont l'écoute m'a donné envie de ressortir mon Duende de Shrimp Boat.
Comme pour beaucoup des disques offerts par Philippe D. l'été dernier, c'est un CD promo sous pochette cartonnée, sans aucune indication sur la composition du groupe et la production du disque. Et à chaque fois je profite de l'occasion pour découvrir ces groupes inconnus avec le minimum de préjugés, en évitant absolument de me renseigner sur eux avant d'avoir écouté le disque.
Là, dès les premières secondes, j'ai senti qu'il y avait quelque chose de spécial. Un rythme surprenant, des sons décalés, qui pourraient aussi évoquer Pavement, mais c'est donc bien à Shrimp Boat que j'ai pensé lors de cette première écoute. Il n'y a pourtant sûrement aucun rapport direct, et je parierais bien que les membres de The Shaky Hands ne les connaissent pas mais, même à presque une génération d'écart, avec les mêmes ingrédients et en essayant pareillement de se tenir à la marge des normes de la chanson pop-rock, on arrive à un résultat assez proche dans l'esprit, même si Les Mains Tremblantes sont sûrement un peu moins décentrées que le Bateau à Crevettes.
The Shaky Hands est un groupe de Portland, qui a sorti quatre albums pendant son existence de 2003 à 2011. La formation était des plus volatiles : la simple lecture des multiples changements de personnel dans leur biographie a commencé à me donner le tournis. Lunglight est leur troisième album et c'est un excellent disque, qui commence par un enchaînement imparable de quatre titres, A new parade, Loosen up, Air better come et We are young, qui n'est pas sorti en single mais pour qui une vidéo a été diffusée. Par la suite, comme avec Shrimp Boat, les rythmes varient, avec des sonorités un peu reggae (No say), voire tropicales (Show me your life). Le groupe se lâche un peu sur la fin avec trois titres un peu plus longs qui s'enchaînent aussi très bien, Love all of, Wake the breathing light et Oh no.
Après Deerhoof et The Shaky Hands, j'espère qu'il me reste encore d'aussi bonnes découvertes à faire dans la pile de disques de Philippe !

Des extraits de tous les titres du disque sont en écoute chez Juno.

2 commentaires:

Anonyme a dit…



Alors ce concert des Jesus ?

Pol Dodu a dit…

Alors, j'ai passé un très bon moment, hier, au concert de The Jesus and Mary Chain. Ca reste un plan nostalgie mais, contrairement à certains groupes reformés qui ont du mal à refaire aussi bien qu'à l'époque, JAMC a désormais la volonté et la capacité musicalement de reproduire fidèlement "Psychocandy" sur scène. Ils n'avaient ni l'une ni l'autre en 1985...
Et quel album ! L'enchaînement des 14 titres est impressionnant. En plus, il a été précédé de six ou sept autres chansons, d'"April Skies" à un excellent "Upside down".

LinkWithin

Linkwithin