20 mai 2013

'O' LEVEL : We love Malcolm


Acquis au Record & Tape Exchange de Notting Hill Gate à Londres début 1984
Réf : KR 002 -- Edité par King's Road en Angleterre en 1979
Support : 45 tours 17 cm
Titres : We love Malcolm -- Leave me -/- Everybody's on Revolver tonite -- Stairway to boredom

(Ce billet est le premier d'une série de cinq qui va nous mener à la 1000e publication de ce blog)

Voilà l'un des quelques disques que je n'aurais pas achetés sans avoir consulté au préalable International discography of the new wave de B George et Martha Defoe. En effet, avant d'avoir fiévreusement compulsé ce gros pavé, je n'avais jamais entendu parler d' 'O 'Level, mais j'avais pris bonne note de ce nom quand j'étais tombé à l'entrée Television Personalities sur la mention "{Also MISSING SCIENTISTS}. Also work as O Level ?".
Coup de chance (et récompense de la persévérance car à cette époque je fréquentais la boutique au moins deux fois par semaine), j'ai trouvé ce 45 tours quelques semaines plus tard, même pas au rayon collector, non, mais comme d'habitude dans la cave à soldes, où le disque avait été baissé du prix de départ tout à fait honnête de 40 pence jusqu'à 20 pence.
On sait que, dès leur débuts, Ed Ball et Dan Treacy ont beaucoup collaboré, mais chacun avait ses propres projets. Pour Dan, ce fut principalement TV Personalities. Pour Ed, il y a eu 'O' Level, puis Teenage Filmstars et ensuite The Times (je passe pour l'instant sur les multiples projets de la fin des années 1980 et des années 1990).
Ceci est le deuxième single d' 'O' Level. Le premier, East Sheen, était encore très ancré dans la satire punk, avec un chant parodiant Johnny Rotten et une face B, Pseudo punk, certes moins bonne que Part time punks mais antérieure de quelques mois au classique des TVP's.
Sur ce disque, apparemment interprété par Ed Ball tout seul, on est plus proche de l'esprit pop sardonique des premiers disques de Dan Treacy. Certains des titres auraient pu avoir leur place sur And don't the kids just love it, et on n'est pas encore dans la nostalgie anglophile développée ensuite avec The Times.
We love Malcolm, avec ses "La la lalala lala", est bien sûr un hymne à Malcolm McLaren, le roi de King's Road, l'épicentre du punk, où se tenait la boutique Sex qu'il avait lancée avec Vivienne Westwood, une rue qui était aussi le terrain de jeu d'Ed et Dan (d'où le nom du label). Je ne comprends pas trop les paroles, mais avec un refrain tel que "On aime Malcolm, même si on doit être les seuls", nul doute que cette ode est des plus sincères et au premier degré.
Leave me, un point de vue différent de la plupart des chansons de rupture, et Stairway to boredom, un slogan punk sur le mode reggae rock dans la lignée du classique des Buzzcocks, sont deux chansons de très bonne tenue, mais ma préférée, avec We love Malcolm, reste Everybody's on Revolver tonite.
Pendant des années, je me suis demandé ce que pouvait bien vouloir dire cette expression "be on Revolver". Pour comprendre, il a fallu attendre que je tombe en préparant ce billet cette semaine sur la description d'une vidéo sur Youtube, qui précise que Revolver était une émission musicale de télé anglaise produite par Mickie Most, qui n'a eu que huit numéros en 1978. Pour le coup, cette chanson, enregistrée une semaine après l'autre, est vraiment le pendant de Part time punks, et on peut penser que les deux titres ont été inspirés au moins en partie par l'une des émissions de Revolver. Là où Part time punks fait référence, entre autres, aux Banshees et à 'O" Level, Everybody's on Revolver tonite cite les Banshees aussi et, en toute logique, TVP's, et les paroles  mentionnent à la fois les "pseudo punks" et les "part time punks".

Les quatre titres de cet excellent petit disque ont été repris en 1992 sur le CD 1977-1980 : A day in the life of Gilbert and George chez RevOla, qui associait rééditions et inédits d' 'O' Level et de Teenage Filmstars. Le CD est ressorti en 2007 chez Artpop, le label d'Ed Ball, avec des titres en plus, mais il ne semble pas être actuellement disponible.


La pochette du tirage original du EP, datant de fin 1978, un feuillet A4, plié ensuite à la bonne taille.
Le disque s'appelait alors clairement The Malcolm EP. Sur la réédition en CD, c'est le titre The Malcolm McLaren life story EP qui est donné, mais sur mon édition du disque, la deuxième, sortie quelques semaines après la première, aucun titre générique n'est mentionné.



Je trouve l'illustration du deuxième tirage très réussie. En voici deux autres exemples trouvés en ligne, en rouge.


'O' Level, We love Malcolm. D'habitude, je choisis de ne pas intégrer des vidéos faites après coup, mais celle-ci est sympa et bien dans l'esprit de la chanson.





2 commentaires:

Anonyme a dit…

excellent et ...pointu l'ami, pour ce 1er coup de gong dans les startin blocks du 1000ème billet chapeau tu tiens la forme.
Le morceau est effectivement bien , encore un qui manque chez moi ph

debout a dit…

ah, "the international discography of the new wave"... le volume rouge-rose d'abord puis, quelques mois plus tard, ce lourd pavé bleu... des heures, à l'époque, à consulter cette somme avec ses renvois d'avant l'hypertexte et autres fantaisies numériques... je ne le consulte plus que comme madeleine cuisinée façon Proust... on a l'âge et les souvenirs que l'on mérite !

LinkWithin

Linkwithin