11 mars 2011

THE MONOCHROME SET : Dante's casino


Acquis à La Clé de Sol à Reims au début des années 1990
Réf : ASKCD 4 -- Edité par Vinyl Japan en Angleterre en 1990
Support : CD 12 cm
10 titres

Le concert de Monochrome Set à l'Aéronef de Lille avait été initialement annoncé pour la fin 2010. A l'époque, j'avais formé le projet de faire le voyage, bien qu'en règle générale je ne me précipite pas aux concerts de groupes reformés sur le retour. Mais le Monochrome Set, c'est un groupe que j'ai toujours beaucoup aimé, dont les disques sont restés très bons, même après reformation.
Le concert avait été reporté, pour raison de santé je crois, et il aura finalement lieu demain samedi 12 mars, le seul concert en France annoncé pour leur tournée 2011. Dommage, je ne me sens pas l'envie de faire 500 bornes dans la journée pour ce concert ou d'aller passer mon week-end à Lille. Ce n'est donc pas demain que je verrai ce groupe en concert pour la deuxième fois, vingt-sept ans et deux jours après une première expérience à Londres.
Mais à défaut de concert, rien ne m'interdit de me replonger dans les disques du groupe de Bid et consorts, avec pour l'occasion cet album sorti en 1990, le premier d'une série de cinq qui a suivi leur reformation (Le groupe s'était séparé quelques temps après The lost weekend et le fiasco de l'expérience avec Blanco Y Negro/Warner).
C'est suite à une forte demande de leurs fans japonais, concrétisée par une proposition de tournée, que The Monochrome Set s'est reformé fin 1989. Les concerts ont conduit à l'enregistrement d'un album et le groupe a ainsi vécu une deuxième décade d'existence (Les tournées plus récentes sont ponctuelles et je ne pense pas que le groupe ait pour projet d'enregistrer de nouveaux disques). Ils ont ainsi été l'un des premiers grands groupes de la new wave à en arriver au stade de la reformation, après Wire, certes, mais avant Gang Of Four. Pour l'occasion, on a célébré le retour au bercail de leur premier guitariste vedette, le canadien errant Lester Square, épaulé par un certain Orson Presence.
C'est d'ailleurs Lester, sous son vrai nom de Thomas Hardy, qui signe la pochette de l'album. Une pochette qui ne me plait guère et qui a d'ailleurs été changée (en mieux, quand même) pour la réédition par Cherry Red en 2001.
Si le style Monochrome Set est resté à peu près inchangé pour ce Dante's casino, le son est globalement plus rock, avec une batterie très appuyée et des guitares à l'électricité plus marquée que pour les disques de la première époque. Le fait qu'un certain Rock Hard (un pseudonyme, je présume, comme pour le joueur de pedal steel Tex Axile) soit crédité comme producteur a peut être quelque chose à y voir.
Bella Morte et Walking with the beast ouvrent l'album dans la plus pure tradition du Monochrome Set (Je veux dire par là qu'on aurait pu les retrouver, produits différemment peut-être, sur n'importe lequel des disques précédents du groupe).
Parmi les titres que j'aime beaucoup, il y a Golden waters, une ballade aux accents gospel dans l'esprit Jacob's ladder, et le très rock Mindfield, qui me fait penser dans un style proche à Oblivion, le plus électrique des albums de Biff, Bang, Pow !.
Bizarrement, mes deux titres préférés sont les deux derniers de cet album. White lightning est une chanson au tempo moyen dans laquelle Bid se répond à lui-même pour ce qui semble bien être le récit d'une expérience psychédélique ("All I see from where I lie are rainbow colours in the sky. When the clouds begin to part, white lightning strikes your heart (...) I am red and I am blue and I am purple, I am green. I am gold and I am silver, I am everything"), renforcé par quelques touches orientalisantes dans le chant. C'est parfait et je mettrais ce titre sans hésiter sur n'importe quel best-of du Monochrome Set. Mais le titre que j'ai le plus écouté à la sortie du disque, et le plus passé dans mon émission de radio, c'est le tout dernier, Reverie, où il y a carrément des solos de guitare bien sauvages et même un clavier façon clavecin qui me rappelle les Stranglers.
En 1990, je faisais encore des listes de mes nouveautés préférées en fin d'année. Dante's casino m'avait suffisamment marqué pour figurer à la septième place de mes albums préférés, entre Boogie Down Productions et Mantronix.
En attendant que The Monochrome Set vienne peut-être jouer un jour en bas de chez moi, ou presque, je viens de me commander l'album qui a suivi celui-ci, Jack. Et ça c'est bien, car, bien que j'achète leurs disques depuis plus de trente ans maintenant, il me reste des découvertes à faire dans le répertoire de ce groupe.

Dante's casino est toujours disponible chez Cherry Red.




Bid raconte l'histoire du Monochrome Set dans une longue interview avec Ian McNay, fondateur de Cherry Red, pour Cherry Red TV.

13 commentaires:

Charlie Dontsurf a dit…

Des découvertes ? Certes. Des surprises aussi ... "Jack", c'est du hard-rock ! (enfin, je crois que c'est cet album là qui est dur). Ca va te faire drôle.
Bid a merdé sur ce coup là : c'est bien la peine d'être inscrit sur des mailing-lists ou autres forums, je n'ai pas eu l'info pour le concert de Lille. Ma fille aînée est étudiante là-bas et nous avons donc un pied-à-terre. Raté.
Un concert avait été annoncé sur Boulogne-Billancourt. Espèrons.

Pol Dodu a dit…

Charlie,
Je n'ai fait que parcourir le disque rapidement pour l'instant, mais effectivement c'est bien bourrin (même si on reste bien sûr loin du hard rock).
Il y a notamment une version assez massacrée de "Black are flowers".
Sinon, c'est amusant, mais j'évoquais le "Oblivion" de Biff, Bang, Pow ! à propos de "Dante's casino" et il se trouve que Jack a été enregistré dans les mêmes Alaska Studios de Londres.

Charlie Dontsurf a dit…

The Monochrome Set Is Back !
Drôle d'ambiance au concert de samedi dernier, au Carré Belles Feuilles de Boulogne-Billancourt, dans le cadre du festival BBMIX.
Large scène, fauteuils confortables, très belle salle mais bien trop grande vu le nombre de spectateurs : au meilleur de la soirée, elle ne sera qu'au tiers pleine, au passage du MS, à minuit, un quart au maximum.
Ces conditions ne rendront pas le concert très chaleureux. Autour des 3 membres historiques, Bid (chant, guitare), avec toute sa classe, Andy Warren (basse) et Lester Square (guitare), un batteur inconnu (de moi) et une violoniste qui, à mon avis, n'apporte pas grand chose au son du groupe. Plus de claviers. La guitare de Lester est rock, très rock, même si enfouie par le mix. Seul Bid s'adresse au public. Il dira rapidement que le groupe veillera à ce que les spectateurs ne ratent pas le dernier métro ! Andy a l'air de faire la tête mais sourira une ou deux fois aux private-jokes du chanteur.
Côté set-list, la part belle est faite aux premières années (Monochorme Set, Alphaville, Eine Symphony, Jet Set Junta ...) avec des incursions dans le monde moderne (Forever Young, Bliss) et notamment deux nouveaux titres.
Le groupe est efficace, la musique superbe, les applaudissements présents mais ... il manque quelque chose. Le concert est néanmoins très bon même si ce sont surtout les spectateurs déjà convaincus qui ont du/pu apprécier.
Je quitte la salle après Jacob Ladder, dernier morceau, pour cause de ... métro. Y a t'il eu un rappel ?

Pol Dodu a dit…

Charlie,
Conditions peut-être pas idéales et un petit quelque chose qui manque, mais quand même, tes impressions semblent confirmer ce qu'on m'avait dit après le concert de Lille, c'est à dire que le groupe actuel est très bon sur scène.
A guetter, donc, s'ils tournent encore à nouveau par chez nous...

Charlie Dontsurf a dit…

Plein de très belles photos du concert ici : Photos Concerts.
Quelle classe ! Quelle distinction toute anglaise.
Comme David Thomas de Pere Ubu, notez que Bid dispose maintenant d'un prompteur manuel sur scène!

Charlie Dontsurf a dit…

Le nouvel album du Monochrome Set est disponible : Platinum Coils

Pol Dodu a dit…

Merci pour l'info, Charlie. C'est une bonne nouvelle. J'avais noté au moins une annonce ce concert pour ce printemps (en Angleterre), mais je ne savais pas qu'un nouvel album arrivait...

Charlie Dontsurf a dit…

Platinum Coils est de très haute tenue. Superbe.

Pol Dodu a dit…

Je l'ai commandé moi aussi suite à ton info. C'est à confirmer car je ne l'ai encore écouté qu'une seule fois, mais je suis d'accord avec toi pour dire que c'est un album d'excellente tenue...

Charlie Dontsurf a dit…

Plusieurs écoutes, en fait au moins 2 :-), sont nécessaires. La première laisse un peu circonspect mais les suivantes font découvrir tout le charme du disque. Cela ne m'étonnerait pas que quelques uns des titres deviennent des classiques du groupe.

Dj Flup a dit…

Bonjour à toutes et à tous, j'ai le plaisir de vous annoncer que le Monochrome Set sera en concert le samedi 30 novembre 2013 à Lambres Lez Douai (59).entrée : 4 euros
informations-réservations (début septembre): mjclambres@nordnet.fr
0033 (0)3.27.87.16.07,
43 RUE DU MARECHAL LECLERC
59552 Lambres-lez-Douai, France
http://www.mjclambres.fr/
Le concert sera retransmis en direct sur le 94.10 fm de Radio Scarpe Sensée.
http://radioscarpesensee.com/index.html

Pol Dodu a dit…

Salut DJ Flup,
Merci pour l'info. Je ne promets rien, mais si j'en ai l'occasion je ferai le déplacement pour ce concert.
Je ne sais pas si tu as vu mon billet sur The jet set junta, mais j'ai finalement pu revoir The Monochrome Set sur scène il y a quelques semaines.

Charlie Dontsurf a dit…

MS à Paris/Saint Ouen, le 15 mars 2014 (Mains d'Oeuvre)

LinkWithin

Linkwithin