23 septembre 2010

CHANTS ET DANSES DES NOUVELLES-HEBRIDES - ILE VATE


Acquis chez Emmaüs à Essey-les-Nancy le 18 septembre 2010
Réf : AS 71175 -- Edité par MF en France dans les années 1960
Support : 33 tours 17 cm
Titres : Avec le "Bambou-Lagon" -- Chant d'amour -/- Chant célébrant les charmes de l'île de Vaté -- Chant de bienvenue, d'amitié et de départ

En week-end à Nancy, notamment pour assister à un concert de Jeffrey Lewis, je m'étais réservé un temps pour passer chez Emmaüs le samedi et un autre pour arpenter deux vide-greniers le dimanche.
Si les vide-greniers d'Essey et de Boncourt-sur-Meuse ont été plutôt décevants, ma récolte chez Emmaüs a été presque miraculeuse. En quelques minutes, alors que le rayon des 45 tours n'était pas d'une taille énorme, j'en ai sélectionné une quinzaine, dont quelques-uns, c'était d'emblée évident, finiront par être chroniqués ici. J'ai bouclé l'affaire en trouvant au dernier moment, alors que j'avais failli le rater et que j'étais revenu en arrière de quelques disques, un superbe album années 60 de Tahiti par Eddie Lund et ses Tahitiens.
Pour tout dire, ce disque-ci est le premier sur lequel mes yeux se sont posés en arrivant. Pendant longtemps dans le passé, il m'aurait laissé parfaitement indifférent mais mes goûts et mes intérêts se sont fortement diversifiés.
Ces enregistrements sont des documents recueillis par Maurice Bitter lors de ses voyages en Océanie. Il a publié de nombreux livres les relatant, dont Iles merveilleuses du Pacifique en 1976, et aussi des disques. On voit assez souvent ceux concernant Tahiti et la Polynésie, mais je n'en connaissais pas venant de Mélanésie (L'archipel des Nouvelles-Hébrides constitue depuis 1980 un état indépendant, la République de Vanuatu. La capitale se situe sur l''île Vaté, appelée également Efaté).
Maurice Bitter s'en excuse presque dans les notes de pochette, en justifiant l'authenticité de la musique produite par les jeunes musiciens, mais ce disque a été enregistré sur l'esplanade de l'hôtel Le Lagon. Cet exemplaire du disque a lui fait au moins une fois un tour du monde complet : fabriqué en France, il a été acheté en souvenir de l'île Vaté sur place par un marin du porte-hélicoptéres français "Jeanne d'Arc" le 30 janvier 1974.
Ces chants, accompagnés à la guitare ou au ukulélé, ne sont pas très différents des chants tahitiens, à un instrument près, dont Maurice Bitter détaille la description au dos de la pochette : "L'instrument que vous entendez et qui ressemble curieusement à une contrebasse n'a en réalité pas de nom. Il est composé de 12 bambous évidés, attachés ensemble et de taille croissante. Ils vont de un mètre à trois mètres environ. Cette sorte d'orgue tropical est manié par un jeune garçon qui en joue... en frappant sur les trous de bambou avec une vieille savate. Et voilà ce qui donne cette musique assez proche du jazz ma foi et réellement mélodieuse."
La description me disait quelque chose et cela a été confirmé à l'écoute dès les premières notes : cet instrument, dont le son très particulier fait effectivement tout le sel (marin) de ces enregistrements, est le même ou un très proche cousin de l'ensemble de douze tuyaux pilonnants que j'ai entendu il y a quelques temps sur un CD en accompagnement de l'ensemble de flûtes de Pan 'aré'aré des Îles Salomon.
En fouinant, j'ai trouvé la trace d'un autre 33 tours petit format chez MF enregistré par Marurice Bitter sur l'île Pentecote. Je pense que ce sont ces deux petits disques qui constituent l'album Chants et des danses des Nouvelles-Hébrides édité chez Visages du Monde.

Deux des titres de ce disque sont en écoute dans le radio-blog ci-contre.




La pochette de l'album des enregistrements recueillis par Maurice Bitter.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

bon visiblement ce maurice n'est pas resté amer vu tout ce qu'il a enregistré (ouaf deux fois), par ailleurs une pêche "miraculeuse" à propos de lagon ça s'imposait, enfin je ne saurais trop conseiller de jeter un coup d'oeil sur la vidéo suivante qui vient d'un gang de potes de l'ouest avec une réelle analogie avec l'instrument décrit par le père (et non pas l'amer j'insiste lourdement) Bitter. Ph
http://www.youtube.com/watch?v=_JMvAqXEfQ8&feature=related

Pol Dodu a dit…

Ben Philippe, t'es aussi déchaîné que l'océan à l'approche d'un cyclone tropical !
Tu as raison, je n'avais pas fait le lien avec Brewen et ses Copains mais les instruments semblent bien similaires, même si celui des bretons est en métal et n'est pas frappé par des savates !

Anonyme a dit…

dire qu'on nous bassine avec la mondialisation et ça qui vient du vietnam, la culture bien avant le net a tjrs lancé des ponts entre les continents!
http://www.youtube.com/watch?v=xlVtBUQUa5A&feature=related

LinkWithin

Linkwithin