09 avril 2018

INTERNATIONAL POP HITS 1968


Acquis chez Radio Primitive à Reims le 10 février 2018
Réf : PR 19 -- Édité par CBS en France en 1968
Support : 33 tours 30 cm
10 titres

L'autre jour, je regardais l'un des films inspirés du Tueur du Zodiaque. Celui réalisé par Alexander Bulkley en 2006. C'est loin d'être le meilleur du lot, mais à un moment j'ai dressé l'oreille car on entendait en fond sonore un excellent titre rock que je ne connaissais pas, digne du meilleur des Rolling Stones de la fin des années 1960.
A peine le film fini, j'ai cherché et trouvé rapidement les références de ce titre. Il s'agissait de Time has come today par The Chambers Brothers. Je me suis fait la réflexion que je ne connaissais pas ce groupe, que j'aurais tendance à confondre avec The Statler Brothers, qui ont souvent accompagné Johnny Cash et qui enregistraient également chez CBS.
J'ai commencé à me balader sur Discogs et j'en étais même à regarder les prix de l'édition française du 45 tours, au cas où je voudrais l'acheter pour le chroniquer ici, quand un lien vers le nom du groupe signalé comme "déjà visité" par mon navigateur m'a fait retrouver la mémoire et a confirmé une fois de plus que j'ai le cerveau qui flanche, comme celui de l'oncle de La java des bombes atomiques.
En effet, il y a moins de deux mois, j'ai acheté cette compilation International pop hits 1968 lors de la razzia que j'ai faite à la Radio Primitive. Je l'ai écoutée quelques jours plus tard et j'ai trouvé excellente cette chanson des Chambers Brothers qui occupait une bonne moitié de la face B (en me faisant la réflexion que je ne connaissais pas ce groupe, que j'aurais tendance à confondre avec les Statler Brothers), ainsi que celle d'Aretha Franklin. J'ai hésité, puis j'ai décidé de ne pas chroniquer une compilation sixties de plus (à la pochette très colorée due au photographe Michel Laguens) et j'ai rangé le disque dans une étagère. Erreur, car Time has come today, ici dans sa version album de près de 11 minutes (les faces A de 45 tours durent de 2 à 5 minutes suivant les éditions), est vraiment une réussite. Les deux premières minutes forment un tout digne d'un classique du rock. Après, évidemment, pour dépasser les dix minutes il y a diverses phases, dont certaines bien délirantes, mais le tout se tient très bien et je suis étonné de ne pas avoir vu souvent citer ce titre (ou alors je n'ai pas prêté attention) parmi les classiques du rock psychédélique.
Time has come today a été un succès à l'époque de sa sortie mais, cinquante après, il est surprenant qu'on ne cite pas plus souvent The Chambers Brothers dans la même phrase qu'un groupe comme Love. C'est peut-être parce que le parcours du groupe, qui court de 1952 à 1966, est assez disparate et ne comporte pas que cette phase assez psychédélique.
Notons que les Ramones ont repris ce titre en 1983 sur l'album Subterranean jungle.
L'autre pépite du disque, c'est Soulville par Aretha Franklin, un excellent tube rhythm and blues que je ne connaissais pas du tout. J'ai été tout étonné de découvrir qu'il s'agissait en fait d'une reprise de Dinah Washington (!), dont la version originale de 1963, tout à la fin de sa vie, était aussi déjà très enlevée.
La reprise par Aretha Franklin est sortie à l'origine en 1964 sur l'album Unforgettable : A tribute to Dinah Washington. Soulville est sorti en single aux États-Unis uniquement en face B de deux 45 tours différents en 1964 et 1968. En France, ce fut une face A en 1965 sur un EP, et en 1968 sur un 45 tours. Pour cette dernière édition, il est clair que l'objectif était de capitaliser sur le succès qu'Aretha avait sur son nouveau label Atlantic.
Le reste de la compilation est d'une bonne tenue et généralement très agréable.
Sur la face A, on trouve surtout des enregistrements américains, dans un registre pop psyché typique de l'époque. On se rend compte à cette occasion que la pratique de reprendre des titres très récents était encore très en vogue vers la fin des années 1960.
Pour Hush par Billy Joe Royal, c'est la version originale de la composition de Joe South qu'on a ici. Mais Deep Purple a eu autant voire plus de succès avec sa reprise et, par chez nous, Johnny Hallyday a fait Mal en l'incluant sur un de ses albums.
On reste Royal avec James et son Call my name, son plus grand tube. Apparemment, cette chanson fait partie de la bande-son de mai 68. 
My world fell down de Sagittarius donne lieu à un intéressant jeu de miroirs. A l'origine, cette chanson a été composée par The Ivy League, des anglais très fans des Beach Boys. Surprise !, de l'autre côté de l'Atlantique, elle a été reprise par Gary Usher, co-auteur de chansons avec Brian Wilson, qui a fait appel pour sa version à Glen Campbell et Bruce Johnston, membres de la version scénique des Garçons de Plage. Sans surprise, cette version est encore plus Pet sounds que l'originale.
On passe un peu au folk avec Mornin' dew de Tim Rose. Là, la version originale était chantée par Fred Neil, mais la chanson a aussi souvent été reprise par Grateful Dead.
Les deux titres que j'aime le moins sur l'album, sont Two little kids, par le duo très variété Peaches & Herb et The ballad of Bonnie and Clyde, le tube de Georgie Fame aux accents rétro.
Je croyais ne pas connaître Suddenly you love me des Tremeloes mais, comme tous les français, j'ai reconnu aux premières notes Siffler sur la colline de Joe Dassin. Mais les deux sont des reprises, d'un chanson italienne, Uno tranquilo.
Le disque se termine avec Les Platters. C'est un cran en-dessous de la chanson d'Aretha Franklin, mais dans le même esprit : Sweet sweet lovin' est un titre un peu tardif pour ce groupe, mais il est suffisamment rythmé pour être catalogué Northern soul. Une bonne surprise.
Au bout du compte, ce disque donne une bonne idée des enregistrements non-francophones qu'on écoutait par chez nous il y a pile cinquante ans. Et surtout, il met en valeur The Chambers Brothers, dont l'album The time has come est un classique un peu méconnu, il me semble.


The Chambers Brothers, Time has come today, en 1968 dans le Ed Sullivan show.


The Chambers Brothers, Time has come today, en direct pendant près d'un quart d'heure à la télévision allemande en 1969 (son et image un peu décalés). Je trouve qu'il y a des côtés Velvet Underground dans le dernier tiers.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

tout à fait vrai pour cette chanson des chambers,zxceptionnelle de vitalité qui a été un gros succès et que j'ai découvert à l"époque en public dans une des rares émissions musicales de la télé et c'était juste au moment de la sortie de l'album. Ce qui est frappant c'est à quel point ce morceau est exemplaire de son époque (à juste titre love est évoqué) car time has come today est en même temps typiquement musique rythm n blues et absolument rock en même temps. Pour les autres albums c'était moins inspiré. Quant à hush c'est bien billy joe qui a remporté la timbale en france et en allemagne le deep purple est arrivé après et de ttes façons n'a pas eu de succès chez nous. Quant à Tim Rose sa vie et sa carrière sont hors du commun et il fait partie de la cohorte de ceux qui ont connu le plus et le plus bas avec une poisse pas banale puisque c'est au moment où tout devient bon pour lui que le coeur le lache.

LinkWithin

Linkwithin