04 septembre 2016

THE ROLLING STONES : (Got live) If you want it


Acquis chez Carrefour à Châlons-sur-Marne vers 1977
Réf : 278.018 -- Édité par Decca en France en 1973
Support : 33 tours 30 cm
12 titres

Cet été, je suis monté au grenier fouiller dans mes quelques boites d'archives de vieux papiers pour y retrouver un document particulier.
A un moment, je suis tombé sur une "liste de disques (33t)" tapée à la machine sur du papier pelure. Je l'ai passée, comme je l'ai sûrement fait plusieurs fois ces dernières années, avant de la reprendre pour y jeter un coup d’œil :



Et là, j'ai eu un flash. Cette liste de disques n'était pas une quelconque liste de disques parmi d'autres, c'était tout simplement la liste de tous les disques que je possédais au moment où je l'ai tapée !
Pour la dater, ce n'est pas difficile. Je me suis fait offrir le premier album de Lewis Furey pour mes quinze ans en mars 1978, et c'est à peu près à cette époque que j'ai acheté This year's model d'Elvis Costello, sorti en mars 1978, et Street hassle de Lou Reed, sorti en février 1978. Il n'y a aucun disque qui leur est postérieur dans la liste, c'est donc qu'elle a été tapée au printemps 1978.
Quelqu'un de la famille ou du voisinage nous avait prêté une machine à écrire, et j'ai passé des heures à taper des listes ou des paroles de chansons. J'ai notamment recopié l'intégralité des paroles du premier album de Lewis Furey, ce qui m'a aidé à mieux les comprendre et m'a incité à travailler l'anglais.
L'étude de cette liste de dix-sept disques est intéressante.
Dans le lot, il y a cinq disques que je n'ai plus. Le premier Peter Gabriel, Too old to rock 'n' roll : Too young to die de Jethro Tull et Pictures at an exhibition d'Emerson, Lake and Palmer, je m'en suis servi comme monnaie d'échange, sûrement dès l'été 1978, pour racheter des manuels scolaires à un copain du quartier.
Pour ce qui concerne
Physical graffiti de Led Zeppelin, que je n'appréciais pas particulièrement, et Bat out of hell de Meat Loaf, que j'ai beaucoup écouté et que j'aimais bien, j'ai fini par les laisser à mon frère car ils étaient bien plus dans ses goûts.
Restent donc douze disques, parmi lesquels quatre albums des Beatles, relégués en bout de liste. Ce n'est absolument pas un hasard, car on voit bien que l'ordre de cette liste, qui n'est pas alphabétique, est réfléchi. Si les Beatles sont tout à la fin, c'est parce que, en 1978, ma phase Beatles, qui a dû culminer en 1977 et qui explique l'importance numérique du groupe dans cette liste, était déjà passée. J'ai cependant conserver ces disques, et je les apprécie toujours, et j'en ai acquis bien d'autres d'eux depuis. Mais aucun n'a été chroniqué ici, car ce sont des albums très connus, qui n'ont rien de particulier (sauf mon pressage allemand de Magical mystery tour, à la pochette violette plutôt que jaune) et qur lesquels j'ai peu d'anecdotes à raconter.
Restent donc huit disques. On va mettre à part le premier Lewis Furey, que je n'ai pas chroniqué ici, mais qui est mentionné dans un article plus ancien sur Vivonzeureux!. J'ai aussi et encore recopié toutes les paroles pour les mettre en ligne, et bien sûr j'ai écrit un livre entier sur Lewis Furey !
Plus que sept disques, donc. Et sur ce nombre, six on été chroniqués ici : The humours of... Lewis Furey, This year's model, Street hassle, Roxy & elsewhere de Frank Zappa / Mothers, Stupidity de Dr Feelgood, et Autobahn de Kraftwerk, que je considère comme le tout premier 33 tours que j'ai acheté.
Ne reste donc plus qu'un seul disque, (Got live) If you want it des Rolling Stones, auquel nous allons nous intéresser aujourd'hui, en souvenir de ce temps où la liste complète de mes 33 tours tenait sur une demi-page. Il est évident que, dès 1979, ma collection avait au moins doublé en volume, et depuis elle n'a fait qu'exploser...

La particularité de cette édition de (Got live) If you want it, c'est qu'elle fait partie de la collection "L'âge d'or" des Rolling Stones, dont elle est le sixième volume. Cette collection du début des années 1970 est sûrement l'un des premiers exemples de rééditions historiques systématiques dans le rock. Le verso des pochettes n'était pas le même que pour les éditions originales, mais on avait droit à l'intérieur de la pochette ouvrante à un livret de quatre pages avec interviews, chroniques, photos et autres documents se rapportant à la carrière française des Stones.
Si j'ai acheté (Got live) If you want it, c'est sûrement parce que je voulais avoir Satisfaction. Ça veut donc sûrement dire que, le jour où j'ai acheté ce disque, le volume 4 de la collection, justement titré Satisfaction, n'était pas dans les bacs de Carrefour. Sinon, j'aurais mieux fait de le prendre, car il contient la version studio de ce tube et plein de bonnes choses, alors qu'ici on a le premier album en public des Rolling Stones, réputé pour avoir un son ultra-basse fidélité. Mais au bout du compte, je suis assez d'accord avec la conclusion de Philippe Rault dans Rock 'n' Folk en mars 1967, reproduite dans le livret pour dire que l'excitation l'emporte, notamment pour les deux titres d'ouverture, Under my thumb et Get off of my cloud : "La prise de son n'est pas absolument fantastique en ce qui concerne les guitares mais, avec la pagaille qui devait régner dans la salle, on comprend que les opérateurs se soient heurtés à quelques problèmes techniques. Néanmoins, les défauts d'enregistrement disparaissent au contact de l'excitation communicative qui se dégage de l'ensemble. Pour les "fans" des Stones et les autres, une excellente acquisition.".
L'histoire discographique de cet enregistrement en public est particulièrement chaotique.
Got live If you want it !, au départ c'est un 45 tours, le premier disque en public des Stones, sorti en Angleterre en 1965 (Première complication : l'édition française n'avait pas tout à fait les mêmes titres).
En 1966, les Stones devaient un album à leur distributeur américain pour conclure un contrat. On décide alors d'y sortir (Got live) If you want it, présenté comme étant enregistré au Royal Albert Hall de Londres. Sauf que le concert de Londres avait été tellement émeutier qu'il semble bien que les enregistrements publiés aient plutôt été faits à Newcastle et Bristol les 1er et 7 octobre 1966. Enfin, pour ceux qui sont réellement en public, puisque Fortune teller et I've been loving you too long sont des versions studios de 1963 et 1965 respectivement, trafiquées avec une bonne dose de cris pour donner l'impression d'être en concert.
Cet album est sorti en France en 1967 sous ce titre, ainsi que dans de nombreux autres pays, mais pas en Angleterre où on le trouvait seulement en import. Il y a bien eu une édition pressée en Angleterre, titrée Have you seen your mother live !, mais elle était destinée à l'export dans certains pays européens.
Et c'est comme ça que, en 1971, Decca a pu sortir la compilation Gimme shelter, avec la face A en studio et des extraits de (Got live) If you want it en face B, et se permettre d'écrire en toutes lettres sur la pochette "Including 6 live tracks never before released in the UK". Et cela explique pourquoi la moitié des titres (pas spécialement les meilleurs) du volume 17 de "l'âge d'or" des Rolling Stones, que possède KMS, sont des duplicatas de ce volume six !
Donc, tout le monde s'accorde que ce disque est un bon exemple de l'exploitation commerciale la plus crasse possible par l'industrie, puisque le son n'est pas digne d'un enregistrement pirate (ça a peut-être donner des idées aux gens qui, dans ces années-là, ont commencé à se lancer dans l'édition pirate), mais il n'empêche que l'énergie rock 'n' roll passe l'écueil du son et cet album, qui fait quasiment aussi office de best of de l'époque, et permet quand même de bien s'éclater, au moins sur les titres rapides, qui sont heureusement majoritaires, comme Not fade away, The last time, 19th nervous breakdown, I'm alright (même pas crédité à Bo Diddley sur l'édition originale), Have you seen your mother, baby, standing in the shadow ?, et Satisfaction bien sûr.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

ce qui m'a fait craquer qd le lp original est sorti c'est la photo de pochette qui est une réussite complète, les deux versions du EP (fr et GB ) sont excellentes et indispensables pour les aficionados des stones à la différence de ce LP (je le garde pour la photo) quant à la série l'age d'or des RS c'est de bout en bout une escroquerie de decca fr pour faire cracher l'oseille des fans. Ph

LinkWithin

Linkwithin