07 août 2016

OSCAR DENAYER : Oscar plays Elvis


Acquis chez Oxfam à Marcinelle le 2 août 2016
Réf : MLP 0225/850 -- Édité par Metronome en Belgique sûrement dans les années 1970
Support : 33 tours 30 cm
14 titres

J'ai fait une petite virée en Belgique cette semaine et, comme souvent, j'en suis revenu avec quelques bonnes trouvailles, faites surtout cette fois-ci dans des boutiques de seconde main ouvertes par l'organisme caritatif Oxfam.
Ce disque-ci m'a sauté aux yeux d'emblée et je m'en suis saisi sans hésiter ! Oscar plays Elvis, c'est en plein dans la lignée de Aimable joue Françoise Hardy mais ça sonne quand même mieux... En plus, Oscar est en galante compagnie sur la pochette et tous les deux sont juchés sur une Harley Davidson. Ce qui vaut à cette pochette, comme à celle de James Last, d'avoir été répertoriée dans un article de Juke Box Magazine. Dans une autre partie de l'article, on trouve aussi une fameuse pochette de Georges Jouvin avec Dominique, celle de La trompette mène la danse, avec là aussi une Harley en vedette.
Oscar, c'est Oscar Denayer, un accordéoniste belge. Je n'ai trouvé en ligne aucune information biographique le concernant, mais on peut être certain qu'il a eu un parcours similaire à celui d'accordéonistes populaires français comme André Verchuren, Marcel Azzola ou Émile Prud'Homme. La différence, c'est qu'Oscar s'attaque ici au répertoire d'Elvis Presley, ce que ses homologues français n'ont sûrement pas fait. Je ne pense même pas qu'il y ait un album de Johnny Hallyday à l'accordéon...
Ce qui surprend à première écoute, c'est que, même si c'est du Elvis, ça sonne exactement comme n'importe quel disque de variétés à l'accordéon. Ça s'explique sûrement par le choix du répertoire : quasiment rien de l'Elvis rock 'n' roll des années 1950 et une majorité de titres des années 1960, dont plusieurs scies tirées de ses bandes originales de film. Les accordéonistes musettes n'ont sûrement pas attendu Elvis pour jouer O sole mio (It's now or never), Plaisir d'amour (Can't help falling in love with you) ou la chanson populaire allemande sur laquelle est basée Wooden bird (co-signée par le chef d'orchestre Bert Kaempfert). D'autres succès d'Elvis composés à partir d'airs populaires, comme Love me tender, (Let me be your) Teddy Bear et Surrender, ne déparent pas dans le lot.
Il n'empêche, à l'exception notable de (Marie's the name) His latest flame, on retrouve ici un grand nombre de mes titres favoris d'Elvis, avec In the ghetto et aussi deux des titres joués par Bill Drummond dans une fameuse session radio en 1986, Are you lonesome tonight ? et Wild in the country. Et surtout, il y a Can't help falling in love with you. Depuis 1997 et la sortie d'une version de cette chanson par David Thomas et 2 Pale Boys dans le coffret Monster, je la chante très souvent. Désormais, je dispose d'un accompagnement instrumental pour le faire. Malheureusement, la version d'Oscar est bien plus rapide que celle de David...
Je n'ai trouvé aucun extrait de ce disque en ligne. Pour que vous puissiez vous faire une idée, j'ai sélectionné la version de You're the devil in disguise, un 45 tours à succès d'Elvis en 1963.

Oscar Denayer: You're the devil in disguise.

2 commentaires:

Charlie Dontsurf a dit…

Puisqu'on parle de David Thomas, signalons la présence de The Pere Ubu Moon Unit le 27 août à Nantes, dans le cadre du festival gratuit des Rendez-Vous de l'Erdre.

Pol Dodu a dit…

Eh eh, tu es vraiment très attentif, Charlie. En glissant là une référence à Pere Ubu, je me demandais si tu la verrais.
Je ne pourrais pas être aux Rendez-vous de l'Erdre à Nantes, mais j'étais au courant. Je signale que l'accès au Festival est gratuit...

LinkWithin

Linkwithin