04 août 2016

THE FALL : The frenz experiment


Acquis chez A la Clé de Sol à Reims vers 1989
Réf : BEGA 91 + FALL 1 -- Édité par Beggars Banquet en Angleterre en 1988
Support : 33 tours 30 cm + 45 tours 17 cm
10 + 2 titres

Ce n'est pas si souvent que ça arrive, mais la lecture de la chronique de Renégat par Stéphane Deschamps pour Les Inrockuptibles m'a donné envie de lire le livre. Il s'agit des mémoires de Mark E. Smith de The Fall, récemment parus en français chez Le Serpent à Plumes. Du coup, je me suis commandé l'édition originale anglaise du livre de 2008 et je l'ai lue avec beaucoup de plaisir.



Je suis d'accord avec Stéphane Deschamps quand il dit que Smith est "Un peu réac, mais pas aigri". C'est le principal défaut du livre, le côté vieux con qui nous guette tous avec l'âge, qui pousse à croire que, dans le temps les choses étaient plus simples, les gens plus libres et qu'aujourd'hui tout va mal et les jeunes sont amorphes devant leur télé/ordinateur/téléphone (l'appareil change au fil des années). Alors qu'en fait, on le sait bien, la principale différence c'est qu'il y a quarante ans, les vieux cons étaient jeunes, vivaient la vie sans se poser de questions alors qu'aujourd'hui ils l'analysent au prisme de leur expérience. Ils devraient juste penser que, de tout temps, les gens ayant atteint leur âge, à commencer par leurs parents, ont fait ce genre de réflexion.
Bref, une fois qu'on réussit à passer par-dessus ça, qui est surtout sensible dans les premiers chapitres, la lecture est réjouissante. Mark E. Smith y raconte sa vie, qui se confond en grande partie avec le parcours de The Fall, et dézingue à tout va, à commencer par les (nombreux anciens) membres du groupe, mais aussi des musiciens, journalistes, politiciens. A de nombreuses reprises cependant, il prend le temps de souligner le rôle positif et le soutien, ici d'un label, là d'un musicien. Il prend aussi le parti de Liam Gallagher contre Noel...
Mais l'intérêt principal du livre, c'est quand Mark E. Smith parle de son parcours avec The Fall, de ses choix artistiques (la répétition, la recherche du faux rythme et du léger manque de justesse,...) et de l'écriture des paroles. C'est révélateur et ça explique comment il a pu mener la barque The Fall contrez vents et marées depuis 1976.

Renégat est disponible chez Le Serpent à Plumes. 4 extraits à lire en ligne.



Par rapport à la production du groupe (plus de trente albums, des dizaines de singles, de disques en public et de compilations), j'ai peu de disques de The Fall. Mais pour fêter cette lecture de Renegade, j'ai ressorti un de mes albums préférés du groupe, The frenz experiment, que j'avais acheté 25 francs en solde chez A la Clé de Sol. Il s'agissait de la première édition anglaise en 33 tours, qui comportait un 45 tours en bonus.
Cet album est sorti au moment où le groupe a connu ses plus gros succès commerciaux (c'est tout relatif), quand l'épouse de Mark Brix était membre du groupe et quand une série de reprises (Mr. Pharmacist, There's a ghost in my house, Victoria) a été éditée en single et s'est retrouvée classée dans les meilleures ventes.
On retrouve Victoria ici. C'est une très bonne version de la chanson des Kinks, suffisamment courte pour passer en radio et qui sonne quand même comme du Fall. Et justement, sans cette reprise Frenz experiment resterait un excellent disque, car on y retrouve les éléments qui, de façon très stable tout au long de son parcours, sont la marque de fabrique de The Fall, et donc du seul membre permanent du groupe, Mark E. Smith : la musique avec certains aspects répétitifs même si elle est variée d'un titre à l'autre, le chant, et les paroles, marquantes et originales rien qu'à la lecture des titres des chansons : ici, Carry bag man, Guest informant, Oswald defense lawyer et Mark'll sink us (Mark nous coulera, il ne faut pas négliger la part d'humour de Smith !).
Aujourd'hui, mes titres préférés sont ceux avec des choeurs (Carry bag man, Oswald defense lawyer),ou une deuxième voix (Frenz), mais aussi Athlete cured (réputé pour pomper le riff de Tonight I'm gonna rock you tonight de Spinal Tap) et Bremen nacht.

On trouve toujours assez facilement The frenz experiment en CD. Il y manque une des faces du 45 tours bonus, mais il y a six titres en plus.


The Fall : Victoria, ci-dessus dans une émission de télé et ci-dessous en vidéo.


The Fall : Carry bag man, en direct sur la chaîne italienne Rai Uno en 1988.

1 commentaire:

Pol Dodu a dit…

Mark E. Smith dans Mojo n° 275 à l'occasion des 40 ans de The Fall : "C'est drôle que tu me parles de Renegade. J'en ai environ 50 exemplaires qui me servent à caler une porte, hé hé ! Je n'en ai jamais lu plus de cinq pages...".

LinkWithin

Linkwithin