26 août 2016

M. MILTON : J'ai ma combine



Acquis sur le vide-grenier de Sillery le 24 juillet 2016
Réf : DF 180 -- Édité par Columbia en France en 1930
Support : 78 tours 25 cm
Titres : J'ai ma combine -/- C'est pour mon Papa

Après celui de Mahjouba, voici un deuxième disque pris dans mon lot de 78 tours acheté 2 € à Sillery.
M. Milton, Georges de son prénom, j'avais déjà vu passer son nom mais je ne connaissais rien de son parcours. Il a connu un grand succès en 1927 avec sa chanson La fille du bédouin et est resté très populaire pendant toutes les années 1930.
Sur l'étiquette, on le présente comme étant "du Théâtre des Nouveautés", chez qui il devait alors être en contrat et où les opérettes dans lequel il apparaissait étaient créées. Sur ce disque, il est accompagné par "l'Orchestre de jazz" du prolifique chef d'orchestre Pierre Chagnon.
Les étiquettes indiquent aussi qu'on à affaire à des "motifs" du film Le roi des resquilleurs. Ce terme de motif me surprend un peu. Dans un contexte musical, ça me fait penser à quelque chose de simple et bref, voire à un air, alors qu'ici ce sont des chansons complètes et parfaitement formées.


Ces chansons sont extraites du film Le roi des resquilleurs de Pierre Colombier. Il est sorti en 1930, au tout début du cinéma parlant. Sur ce sujet, même si c'est très annexe dans le livre, j'ai trouvé quelques  paragraphes intéressants pages 32 et 33 du livre Georges Brassens : Histoire d'une vie de Marc Robine et Thierry Séchan (1991) :
"En ce début des années 30, l'accession du cinéma à la parole est une invention quasi miraculeuse. Surtout pour les chanteurs et les chanteuses. Désormais - alors que la télévision n'est qu'embryonnaire - l'image peut accompagner la diffusion de leur voix.
On bâtit donc en vitesse, autour d'une poignée de chansons, des scénarios sans autre finalité que de mettre tel ou tel artiste en valeur. Qu'importe en effet l'intrigue, le jeu des autres comédiens ou l'écriture cinématographique, puisqu'il ne s'agit au fond que d'un music-hall à domicile, permettant au public le plus populaire de voir des vedettes qui, surtout en province, ne viendront jamais jusqu'à lui, faute de salles et de circuits appropriés. Ainsi, des films, qui ne laisseront pas une ligne dans l'histoire du cinéma, drainent-ils des foules compactes se pressant pour applaudir Milton, Henri Garat, Alibert, Albret Préjean ou Tino Rossi."
Le roi des resquilleurs fait bien sûr partie de ces films. Georges Milton y interprète le personnage de Bouboule, qui aura un tel succès qu'il réapparaîtra dans quatre films de 1931 à 1939. En 1945, Jean Devaivre en tournera même une nouvelle version, avec Rellys dans le personnage principal, renommé Mimile.
Chez 5962.fr, on peut voir le programme de la séance du dimanche 18 décembre 1932 à l'Idéal Cinéma Parlant d'Audruicq, qui programmait Le roi des resquilleurs.
Les deux chansons de ce disque ont elles-aussi eu beaucoup de succès (il y a même, sous la référence DF 360, une autre édition de ce 78 tours, sortie en France et en Angleterre). Elles sont toutes les deux intéressantes, avec des arrangement de qualité
J'ai ma combine, nous explique le resquilleur Bouboule sur la face A, dans une veine résolument hip-pop optimiste : "J'ai ma combine, jamais dans la vie rien ne me turlupine. J'ai ma combine, je garde mon p'tit cœur blanc comme la blanche hermine. Les soucis, merci, ça m'est égal, les ennuis, tant pis, j'm'en fiche pas mal. J'ai ma combine, c'est banal mais c'est jovial, c'est le principal.".
Pas mal, mais je crois que je préfère la chanson comique C'est pour mon papa, dans laquelle un enfant conte les malheurs de son papa, comparé à sa maman :
"Ma maman chaque matin fait sa petite ballade en auto
Papa s'lève plus tôt et s'tape le métro
Maman, au five o' clock boit l'thé avec ses amis
Elle ne revient pas avant huit heures et demi
Papa ne rouspète pas, c'est lui qui fait l'repas
Il reçoit les livraisons et balaye la maison
Faire les oeufs sur l'plat, c'est pour mon papa
Faire du boniment, c'est pour ma maman
Le tango c'est tout l'temps pour ma mère
Le balai, c'est tout l'temps pour mon père
Faire la soupe au chat, c'est pour mon papa
S'payer d'l'agrément, c'est pour ma maman
Quand elle flirte un peu trop avec les gigolos
Faire pisser Mirza, c'est pour mon papa !".
C'est léger et caricatural, mais pas désagréable. Notons que j'ai peut-être bien entendu cette chanson pour la première fois interprétée par Charlotte Julian en 1987. Je préfère la version de 1930 (!), et j'espère que je vais continuer à trouver des disques qui me font explorer l'histoire de la chanson. 


2 commentaires:

Le Colonel a dit…

J'y étais l'année dernière et j'ai vu tout ça... je te les ai laissé !

Pol Dodu a dit…

Merci, merci cher Colonel !
Mais surtout, quand tu trouveras un EP de Thirteenth Floor Elevators à 50 centimes, prends-le moi et je te le rembourserai : contrairement à un 78 tours, je ne suis pas sûr qu'il m'attendra un an sur le stand...

LinkWithin

Linkwithin