20 septembre 2015

EXUMA : 2 - We got to go


Acquis à La Petite Boutique Primitive à Reims vers la fin des années 1980
Réf : XBLY 920 291 T -- Edité par Barclay en France en 1970
Support : 33 tours 30 cm
7 titres

Un des avantages je suppose quand on est disquaire, c'est qu'on peut être son premier client !
Je n'ai jamais été disquaire mais quand nous avons lancé avec Radio Primitive la Petite Boutique dans le sous-sol de nos studios, nous avons fait passer une annonce dans l'hebdo gratuit local et, avec Phil Sex, nous avons récupéré deux ou trois lots de disques, dont certains ont fait étape chez moi avant d'être mis en vente.
C'est comme ça que j'ai dû écouter ce disque d'Exuma, dont je n'avais jamais entendu parler (et je n'en ai pas plus entendu parler depuis...). Avec un nom pareil, je m'attendais à quelque chose dans le style Santana, ou à de la musique africaine. Ce n'était pas vraiment ça, mais ce que j'ai entendu m'a suffisamment plu pour que je décide à acheter le disque.
Tony McKay est né aux Bahamas. Installé à New York, il y a joué de la musique tout au long des années 1960 et, rebaptisé Exuma the Obeah Man, en référence à la fois à l'île des Bahamas Exuma et à la religion afro-américaine Obeah (pratiquée aux Bahamas et plus largement dans les Caraïbes, cousine si l'on peut s'exprimer ainsi du vaudou ou de la santeria), il a signé en 1970 chez Mercury avec son groupe/collectif, lui aussi nommé Exuma.
Ceci est leur deuxième album, sorti quelques mois seulement après le premier. Ce n'est pas du rock, ce n'est pas non plus de la musique traditionnelle, pas du calypso non plus, mais une sorte de mélange de tout ça dans un gros chaudron autour duquel devaient danser pas mal de hippies : rien qu'à lire la liste des instruments, on a l'impression de sentir des effluves de patchouli.
En fait, c'est surtout une musique de transe, rythmée et suffisamment structurée et, vingt-cinq ans après, je suis toujours un peu surpris que ça me plaise autant.
Mes titres préférés sont Damn fool, Fire in the hole, A place called Earth et Zandoo. We got to go, avec sa guitare, n'est pas mal non plus. C'est ce titre qui a choisi par Barclay comme face A de 45 tours en France. African rhythm est bien barré et me plait encore pas mal. En fait, seul Paul Simon nontooth n'est vraiment pas trop ma tasse de thé.
Cet exemplaire français de l'album a une particularité : Barclay a choisi une illustration de pochette au recto différente de l'édition originale américaine. Va savoir pourquoi, mais bon, à la limite ça donne une rareté particulière à cette édition.
Il y a par contre une autre particularité dont on se serait bien passé : bien qu'il figure normalement en deuxième position de la liste des titres au verso de la pochette, pas de trace de Baäl sur l'étiquette du disque ni dans ses sillons. Là, la seule hypothèse que je peux avancer c'est que, à près de 23 minutes, la face 1 du disque était trop longue pour les usines de pressage de Barclay. Mais c'est bien dommage car, avec sa guitare acoustique, ce titre n'est pas mal du tout, et pour ma part j'aurais plutôt viré Paul Simon nontooth ou, à tout le moins, j'aurais tenté de mettre Baäl en face B du 45 tours (même si à 6'26 ça faisait encore bien long pour une face...).
Exuma a sorti des albums jusque dans les années 1980. Tony McKay est mort en 1997 à 55 ans.

L'album entier est en écoute sur YouTube.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin