12 septembre 2015

THE CHIEFS : Enchiladas !


Acquis sur le vide-grenier de Germaine le 30 août 2015
Réf : RE-U 10.009 -- Edité par London en France en 1958
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Enchiladas ! -- Moments to remember -/- Apache -- Dee's dream

Voici un autre de mes disques trouvés à Germaine. Comme le Bobby Lewis, à peu près de la même époque et qui appartenait sûrement à la même personne, la pochette est en état correct mais le disque et ses étiquettes sont très usés.
J'ai vu The Chiefs décrits en ligne comme un "Surf band" (Discogs) et leur musique comme du "R & B pop corn soul titty shaker"(un vendeur sur Ebay qui tente désespérément de refiler sa camelote). Il ne faut quand même pas exagérer !
Comme le laisse entendre la mention "Directed by Sid Bass" au recto, on a affaire ici à la compilation en un EP des deux 45 tours sortis aux États-Unis par un orchestre de danse sous le nom de The Chiefs plutôt que sous celui moins sexy de Sid Bass and his Orchestra. Dans le style, c'est sympathique, mais il n'y a quand même pas de quoi crier au génie. 
Enchiladas ! fait dans l'hispanisant avec guitare espagnole, castagnettes, choeurs et saxophone.
Moments to remember, est une version instrumentale avec chœurs, accélérée et plus rythmée, d'un titre sorti par The Four Lads en 1955, également repris par Lawrence Welk and his Orhestra dès 1956.
Apache (rien à voir avec le titre ultérieur des Shadows) fait dans l'indien et dans le léger avec des "Yip yip", un saxo et quelques coups de guitare qui se répondent, avant qu'une voix grave ne réclame "One more scalp" !
Mon titre préféré est peut-être le dernier, Dee's dream, le seul que je n'ai pas trouvé en ligne, avec une guitare électrique en intro puis assez présente, relayée par un motif au piano puis des cuivres.
Il y a le disque, pas inintéressant donc, et il y a sa pochette.
J'aime beaucoup le recto, un dessin tout simple, mais qui évoque très bien les gratte-ciel de New York. Je suppose que le thème a été choisi en raison de l'information qui est donnée sur le label original : "Recorded by GREENWICH in New-York".
Le dessin est signé Jean Cayré. Ce n'est pas de bol car le site de l'Echo du Berry est inaccessible ce matin, mais la semaine dernière j'ai pu y lire l'article Jean Cayré de la pub à la peinture, qui retrace son parcours. Il y explique notamment que, débutant et jeune père de famille, il complétait ses revenus de salarié de l'agence de publicité où il a fait carrière en réalisant des dizaines de pochettes pour des labels comme London ou Decca, avec un budget minimal et dans des délais très courts.
Il a publié en 2010-2011 le blog Arjoie, avec des reproductions de ses peintures et sculpures.
Je ne suis pas le seul à avoir apprécié cette pochette : il y a trois trous de punaise sur mon exemplaire qui montrent qu'il a dû être affiché quelque part à un moment ou  un autre depuis 1958.
Si on retourne la pochette, on peut continuer de rêver avec l'extrait du catalogue London : Ricky Nelson, The Chordettes, la version originale de Witch doctor, Tequila de The Champs, une reprise de Raunchy par Ernie Freeman... Et puis, et surtout, Chuck Berry n° 1, le tout premier disque de Chuck Berry sorti en France ! Celui-là, le jour où je tombe dessus sur un vide-grenier, je le chronique ici dans l'heure ! Mais le plus sûr moyen d'approcher ce 45 tours ces jours-ci, en-dehors d'une simple mention comme là, c'est de se procurer la réédition en fac-similé qui vient de sortir en édition limitée chez Caméléon, l'un des labels issus de l'excellent site 45vinylvidivici.


3 commentaires:

René Claude a dit…

Merci de ces précieux éléments. Je venais de consacrer un billet à un 45t des Chiefs quand j'ai découvert votre blog.

René Claude a dit…

PS : Je vous ai chipé la pochette que je trouve pas mal du tout dans le genre early 60's.

Pol Dodu a dit…

Pas de problème, René. Les pochettes sont là pour tout le monde.
La pochette est effectivement très réussie.

LinkWithin

Linkwithin