01 mars 2015

THIS MOMENT AGAIN AND AGAIN : This moment again and again


Acquis par correspondance chez This Moment Again And Again le 24 février 2015
Réf : [sans] -- Edité par This Moment Again And Again aux Etats-Unis en 2013
Support : 10 x MP3 + 1 x pdf + 3 x jpg
10 titres

Ça a commencé lundi par une courte note sur le Jojoblog, l'annonce, avec un an de retard et des excuses, du projet musical d'un collectif artistique, This Moment Again And Again.
Quel rapport avec Jonathan Richman ? Aucun, a priori, à part que l'info a été diffusée sur le blog de ses fans. Mais deux indices quand même, quand on arrive sur le site : le groupe est localisé à San Francisco, la ville de Jonathan Richman depuis des années maintenant, et le lettrage dessiné utilisé pour le nom du groupe rappelle celui fait par Jonathan pour le single That Summer feeling. Mais c'est tout, à part l'intro du titre initial, Come walk with me, qui m'a fait penser un instant qu'il pouvait y avoir une proximité musicale directe, et un titre comme The streets remember (They were once fields...), sur un thème proche de celui de Corner store.
Non, si je devais donner deux caractéristiques de ce disque, ce serait d'un côté son calme, qui est la constante sur l'ensemble, un peu comme certains disques de Little Wings, et de l'autre la façon dont les voix d'Ari gelardin et Jacob Palmer (les deux membres du groupe, accompagnés d'un batteur pour l'occasion) s'associent qui évoquent le souvenir des Moldy Peaches, mais des Moldy Peaches tout détendus, donc, assis sur la plage au coucher du soleil à San Francisco plutôt que tout stressés à New York.
Le tempo est tellement tranquille d'un bout à l'autre qu'on en oublierait presque que l'instrumentation varie un peu. Par exemple, Just like honey n'est pas une reprise de Jesus and Mary Chain, mais ce n'est sûrement pas complètement un hasard si on entend justement une guitare saturée sur ce titre. Pour les paroles, le groupe indique avoir inséré des fragments d'oeuvres de Billy Collins, Ron Padgett, Jim Harrison, Hafiz, Pablo Neruda, Walt Whitman.
L'ensemble se déguste d'une traite en une vingtaine de minutes. La séquence des quatre premiers titres est particulièrement réussie. J'ai une petite préférence pour These frail engines of love mais tout est au minimum agréable.
Le disque est accompagné d'un livre numérique, The story of death and migration, avec entre autres des collages qui pour le coup me rappellent un peu ceux des pochettes de Grandaddy.

Ari Gelardin et Jacob Palmer sont très actifs à San Francisco avec des actions artistiques dans la ville, notamment l'intéressant projet Store Front Lab.
Sur le site d'Ari Gelardin, on trouve en plus de cet album une vidéo à la musique atmosphérique et deux titres, Sail on, sailor et Big Sur, extraits d'un autre album (à venir ?) intitulé This Moment Again and Again Go to the Beach !.


3 commentaires:

debout a dit…

https://www.youtube.com/watch?v=YTC-PZdK4iE&list=PLCE271DE793B22F12

vous devriez écouter ces deux là... d'autant plus que n'existant plus (en tant que duo, s'entend), la totalité de l’œuvre est d'autant plus facile à rassembler !

Pol Dodu a dit…

Je ne connaissais pas Parker & Lily, mais je saisis bien le rapport, surtout question tempo.
Attention, question intégrale, on n'est jamais à l'abri d'une reformation ou de la sortie d'inédits !

Anonyme a dit…

excellent du début à la fin, belle découverte et effectivement pas de rapport avec jojo mais ça fait rien
Ph

LinkWithin

Linkwithin