07 mars 2015

LOLO LOLITTA & TCHICO : Le retour des évadés de Ponton la Belle


Offert par Fabienne M. à Mareuil-sur-Ay le 4 mars 2015
Réf : BIR (LP) 001 / Badmos (LP) 001 -- Edité par Badmos International Records en Côte d'Ivoire vers 1983
Support : 33 tours 30 cm
Titres : Jeannot -- Zena-Maiga -/- Anta : N'écoute pas les on-dit -- Aminata Haiball

Avertissement : Le disque chroniqué ici contient des manifestations de violence domestique. Et en plus, c'est irrésistiblement drôle !

Comment je suis arrivé à ce disque ? A cause des Flying Lizards ! Quand j'ai chroniqué Money, j'en ai profité pour réécouter leurs deux premiers albums. Du coup, j'ai pensé à Vivian Goldman, qui chante The window, un titre que j'adore. Je me suis dit que je devais avoir l'intégralité de la courte discographie de cette journaliste-chanteuse. Je suis allé vérifié chez Discogs et j'ai constaté que c'est loin d'être le cas, même si j'ai son 45 tours et les disques de The Gist, The New Age Steppers et Prince Far-I and The Arabs où elle apparait.
J'ai découvert à cette occasion l'existence de It's only money, l'unique single de Chantage, sorti en France chez Celluloid en 1982. Chantage était un duo composé de Vivian Goldman et sa copine Moona. Je suis allé de suite écouter ce titre, et je l'ai trouvé sympathique, bien de son époque, mais bizarrement presque plus russo-pop au'afro-pop. En cherchant des infos sur Chantage, j'ai trouvé un article de 2007 sur le site de Vivian Goldman, où elle répond à des courriers reçus. Un certain S.W. lui parle justement de Chantage et la remercie par ailleurs de lui avoir fait connaître Jeannot où est le sérieux ?.
Moi, je ne connaissais pas Jeannot où est le sérieux ? et je n'allais pas laisser passer plus longtemps un titre pareil. Direction YouTube, où je suis d'abord tombé sur Où est le sérieux ?, un titre de Franco de 1973 crédité à Lo-Langalwa-Djo Pene Lwambo Makiadi et Orchestre TP OK-Jazz. Très bien, mais pas de Jeannot. Le bon titre, c'était bel et bien Jeannot par Lolo Lolitta et Tchico.
Un chemin bien détourné pour y arriver. D'autant que, quand je lui en ai parlé, Philippe R. m'a rappelé qu'il avait acheté ce disque il y un ou deux ans et qu'on en avait parlé. C'est vrai, mais si on l'avait écouté ensemble, c'était pas assez attentivement, car Jeannot est inoubliable. Plus qu'une chanson, c'est une saynète et même du théâtre sociologique. Intro superbe de quinze secondes à la guitare, puis :

Elle : Jeannot, Jeannot, tu m'excuses pour le rendez-vous d'hier.
Jeannot : Quoi ? Tu t'excuses, hein. D'ailleurs, qu'est-ce que tu avais fait hier, toi, toi ?
Elle : Mais quoi, et si je n'avais pas le temps ?
Jeannot : Mon Dieu.
Et là, un silence, et puis la baffe, bien sonore. C'est généralement là que j'éclate de rire.
Les sanglots arrivent aussitôt, bien sûr, puis une deuxième baffe pour faire bonne mesure, et la scène continue.  "Elle :Tu veux me marier pour me faire souffrir ?"

On n'en est alors à même pas une minute d'une chanson qui en dure presque neuf. Viennent ensuite des parties chantées ("Tu me fais la jalousie mais pas de promesses. Où est le sérieux ? Où est la vérité ?) et, ce qui fait beaucoup pour la réussite de l'ensemble, des parties musicales excellentes, de la ligne de basse ronde et funky aux guitares électriques et aux cuivres qui enchaînent les solos dans les longues parties instrumentales.
Un morceau d'anthologie que j'ai tout de suite eu envie d'avoir sur disque, et je suis bien content d'avoir pu me faire offrir cet exemplaire de l'édition originale (il existe une édition française créditée uniquement à Pambou-Tchicaya Tchico).
Aucun des trois autres titres n'est aussi exceptionnel que Jeannot, mais ils sont quand même tous d'excellente qualité, avec du synthé uniquement sur le dernier Amanita Haiball, et de bout en bout les voix mêlées de Lolo Lolitta et Tchico.
Le titre de l'album fait référence à Ponton la Belle, alias Pointe Noire, un port de la république du Congo,jumelé avec Le Havre, peut-être bien la ville d'origine de Lolo et Tchico. Et si les évadés sont de retour après s'être fait la belle, c'est parce que Les Evadés de Ponton la Belle était le nom de leur orchestre (sur un album nigérian de 1976, par exemple) et aussi le titre d'un de leurs autres albums.
Mais qui sont Lolo Lolitta et Tchico ? Là, il a fallu creuser un peu pour trouver des infos.
C'est sur le site Musiques d'Afrique de Frank Bessem que j'ai trouvé le plus d'informations biographiques sur Tchico Tchicaya.
Son parcours a débuté en 1970 à Brazzaville au sein du groupe Manta Lokoka. Puis, le monde étant décidément petit, il a été de 1972 à 1974 l'un des chanteurs solo des Bantous de la Capitale. Il a enregistré quatre albums au Nigéria entre 1977 et 1979, époque de son duo avec Lolo Lolitta. Il est venu à Paris en 1983 où il a beaucoup enregistré. En 1988, pour ses vingt ans de carrière, il a enregistré une deuxième version de Jeannot, une sorte de suite de la première, pas mauvaise mais plusieurs crans en-dessous de l'originale quand même. Il s'est installé en Australie dans les années 1990, où il a fondé le groupe Warako Musica avec Passi Jo.
J'ai eu plus de mal à trouver des infos sur Lolo Lolitta, et c'est logique puisque, peu de temps après le succès de Jeannot, il a été victime d'une paralysie faciale qui l'a obligé à interrompre sa carrière. Mais il a trouvé Dieu et va beaucoup mieux.
Je ne mentionne plus souvent la hip-pop optimiste, mais Jeannot est un parfait exemple de ce que c'est : un morceau de musique qui met en joie et donne la pêche. Et ce qui est bien, c'est que je sais qu'il m'en reste beaucoup à découvrir.

On peut télécharger Le retour des évadés de Ponton la Belle chez Global Groovers.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Ceci dit c'est politiquement incorrect par les temps qui courent pour la défense de l'intégrité du corps féminin!
.Ne soyons pas tjrs sérieux!
Morceau exceptionnel c'est vrai. Ph

Jyuza a dit…

Hé hé, moi-même ayant déménagé il y a peu sur Pointe-Noire, cela fait plaisir de lire que certains de nos artistes on encore la cote.
Je vous (ou te) conseillerais d'écouter "Aminata Haiball" avec plus d'attention, toutefois.
C'est super morceau, certes, pas supérieur à "Jeannot", mais très bon quand même... Surtout sur la fin...

Superbe blog, soit dit en passant.

LinkWithin

Linkwithin