20 avril 2014

JULIAN COPE : Fear loves this place E.P.


Acquis chez O'CD rue des Ecoles à Paris dans les années 1990
Réf : CID 545 + CIDX 545 -- Edité par Island en Angleterre en 1992 -- n° 6633
Support : 2 x CD 12 cm
4 + 4 titres

Julian Cope a débuté son parcours chez Island en 1986 avec World shut your mouth et Saint Julian. Il l'a terminé fin 1992 quand le label a mis fin à son contrat juste après la sortie de JehovahKill, un album qu'il avait initialement refusé d'éditer. Ce disque, présenté comme "A JehovahKill companion" est le seul single qui en a été extrait.
En tout cas, jusqu'au bout Island aura investi fortement dans l'emballage des disques de Cope. JehovahKill a eu droit à un plastique bleu particulièrement seyant, mais pour ce Fear loves this place on a carrément un coffret cartonné et doré et des CD également dorés. Grosse différence cependant avec un précédent double single, l'excellent Sunspots, sorti en 1984 : en 1992, pour avoir les deux disques, il fallait les acheter séparément, à une semaine d'écart, pour aider à faire gonfler les ventes (et bien sûr, Sunspots était sorti en 45 tours, pas en CD...).
Le label avait envoyé le coffret avec ses deux disques à La Radio Primitive au moment de sa sortie. Je le connaissais donc bien et je n'avais pas investi dans l'achat de l'objet au prix fort, mais j'ai été bien content de le trouver d'occasion quelques temps plus tard.
Reste cependant que, en tant que single, Fear loves this place est à classer parmi les faces A plutôt faiblardes dans la production de Julian Cope. La chanson est un peu molle du genou, surtout dans les premières secondes, le chant n'est pas convaincu. Heureusement, le refrain est à peu près passable et il y a une partie instrumentale un peu remuante vers le milieu.
J'ai toujours trouvé que le titre suivant, même s'il est livré ici avec un son un peu démo, aurait fait une meilleure face A. Seul souci, ce n'est qu'aujourd'hui que j'ai appris que I have always been here before, est une reprise de Roky Erickson, sorti initialement en 1990 sur la compilation-hommage Where the pyramid meets the eye. Outre que je ne connais pas le titre original, j'ai une bonne excuse pour mon ignorance : contrairement au CD 2, il n'y a absolument aucun crédit d'auteurs-compositeurs pour le CD 1 du coffret. En tout cas, je constate que, sans avoir acquis l'album, j'ai quand même chez moi quatre des dix-neuf titres de l'hommage à Roky, puisque, outre celui-ci, Slip inside this house de Primal Scream est sur Screamadelica, Reverberation (Doubt) de Jesus and Mary Chain est en face B d'Almost gold et I had to tell you est sur un EP de Poi Dog Pondering !
Les deux autres titres du CD 1, Sizewell B. et Gogmagog, sont deux excellentes faces B, surtout Gogmagog, qui est un peu comme une suite de Mik mak mok en plus crade, plus bourrin et plus délirant.
Le CD 2 poursuit dans la même veine, mais un ton en-dessous, avec Paleface, qui sent son improvisation krautrock en studio, Nothing, un titre acoustique enregistré au dictaphone (ça s'entend !), et Starry eyes, une histoire narrée avec illustration sonore de sept minutes qui évoque notamment les mégalithes chéris de Cope.

Les rééditions en double CD actuellement disponibles de JehovahKill contiennent les sept titres de ce double single.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin