18 février 2011

THE DAVE CLARK FIVE : Glad all over


Acquis chez Age Concern à Douvres le 29 décembre 2010
Réf : DB 7154 -- Edité par Columbia en Angleterre en 1963
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Glad all over -/- I know you

Après le Lonnie Donegan et le Johnny Kidd, voici un troisième et probablement dernier disque pris dans la petite pile de 45 tours sixties trouvés chez Age Concern à Douvres fin décembre.
Comme Shakin' all over, Glad all over a été n° 1 des ventes en Angleterre, début 1964, ce qui explique qu'il puisse en traîner des exemplaires comme ça dans la province anglaise des années plus tard. Le n° 1 précédent était I want to hold your hand et, comme pour beaucoup de groupes anglais de l'époque, c'est tout le parcours du Dave Clark Five qui s'est fait dans l'ombre des Beatles, y compris aux  Etats-Unis où ils ont été le deuxième groupe de l'invasion British à passer au Ed Sullivan Show. Le Dave Clark Five est un groupe qui a eu beaucoup de succès, mais qui n'a pas très bonne réputation et est plutôt relégué dans les annexes de l'histoire du rock. Significativement, j'avais peut-être un de leurs titres ou là sur des compilations, mais c'est bel et bien le premier disque d'eux que j'achète, même si j'avais depuis relativement peu de temps une reprise d'époque de Glad all over par les Pop Paraders.
J'ai pris la peine d'écouter en entier l'album de 1964 sur lequel ce single figure et, si le groupe est efficace et dynamique, sa place de second couteau semble artistiquement méritée. Le chant, souvent à plusieurs voix, est complètement Beatles, comme chez des centaines de groupes de l'époque. Au niveau musique, c'est très souvent dérivatif, avec des décalques crédités aux membres du groupe de Twist and shout (No time to lose) et de Tequila (Chaquita), un titre inspiré du folk et du gospel (Doo Dah) et une bonne reprise de Do you love me.
Pour s'en tenir à ce 45 tours, les deux faces sont énergiques et rythmées. La B, I know you, a un chant décidément trop Beatles, mais de bons riffs de guitare et d'orgue. Le tube Glad all over s'éloigne du canon Beatles et, sans avoir un son garage ni tutoyer Louie Louie, il vaut par sa rythmique, batterie lourde (le batteur est le leader Dave Clark, dont l'instrument était placé en avant sur scène) et saxophone bien gras, avec un orgue agréable juste derrière. Ça ne va pas chercher midi à quatorze heures, mais ce titre, sorti un an avant les premiers Kinks à riff, est trop souvent oublié des anthologies sixties.
La réputation posthume du Dave Clark Five n'a pas été favorisée par la jalousie suscitée par le sens du business de Dave Clark, qui a notamment conservé les droits sur ses enregistrements, ce qui lui a permis d'éditer de juteuses compilations, et acquis ceux de l'émission sixties de la BBC Ready Steady Go !, dont les rediffusions et éditions en vidéo des années 80 comportaient presque systématiquement, comme c'est étrange, une prestation du Dave Clark Five. On n'est jamais aussi bien servi que par soi-même...

1 commentaire:

Anonyme a dit…

dave clark five illustre parfaitement le pourquoi de la déferlante rock anglaise en france à l'époque, même des groupes de deuxième main comme DCF avait de la tenue, du rythme et de la suite dans les idées, en france on avait eu les chaussettes noires et chats sauvages à 100 balles, des objets fabriqués sans vision rock.DCF a eu un énorme succès aux USA, allemagne, GB etc...
ph

LinkWithin

Linkwithin