25 avril 2010

TOPLESS WOMEN TALK ABOUT THEIR LIVES


Acquis chez Parallèles/Gilda à Paris à la fin des années 1990
Réf : FNCD402 -- Edité par Flying Nun en Nouvelle-Zélande en 1997
Support : CD 12 cm
14 titres

Topless women talk about their lives. Voilà un titre accrocheur, et trompeur également puisqu'on ne trouve aucune femme topless sur la pochette de CD et je suis à peu près sûr qu'elles ne sont pas particulièrement nombreuses non plus dans le film dont ce disque constitue la bande originale.
A l'origine, Topless women talk about their lives était une série télévisée, lancée quasiment sans budget avec des acteurs non payés et des histoires largement improvisées. 41 épisodes de 4 minutes ont ainsi été diffusés.
Au bout de dix mois, l'actrice Danielle Cormack s'est retrouvée enceinte. Elle s'attendait à voir son personnage disparaitre de la série. Au lieu de ça, l'auteur-réalisateur Harry Sinclair a écrit tout un script autour de sa grossesse, a trouvé les financements et en 1997 la série est devenue le film Topless women talk about their lives.
La musique joue un rôle central dans la série et dans le film et, comme tout cela se passe en Nouvelle-Zélande, chaque épisode de la série utilisait un titre du catalogue Flying Nun, une pratique qui s'est poursuivie et amplifiée au moment du passage au long métrage.
Quand il s'est agi de sortir un disque de la bande originale, Harry Sinclair a tenu à faire une sélection la plus cohérente possible parmi tous les titres utilisés. Mission accomplie, avec 14 titres qui constituent un mélange équilibré de classiques du label du début des années 80 et de productions plus récentes des années 1990.
Evidemment, comme il s'agit de la cinquième compilation Flying Nun dont j'ai fait l'acquisition, il y a quelques doublons avec mes précédents disques. Ce n'est pas un hasard si seuls d'excellents titres sont concernés : North by North des Bats, She speeds des Straitjacket fits, Anything could happen et Point that thing somewhere else de The Clean et Not given lightly de Chris Knox, qui a sur ce titre un jeu de guitare à la Stuart Moxham que je n'avais pas repéré la dernière fois.
Parmi les titres que je n'avais pas déjà, il y a d'excellents classiques du label, comme I love my leather jacket des Chills et surtout l'excellent instrumental Fish de The Clean, la face A d'un maxi au titre à rallonge de 1982, Great sounds great, good sounds good, so-so sounds so-so, bad sounds bad, rotten sounds rotten!!, qui, avec ses guitares influencées par les Byrds psychédéliques, montre une fois plus que les groupes de débuts de Creation et de Flying Nun écoutaient les mêmes disques chacun à un bout du monde. Pour ce qui concerne les jeunes pousses des années 90, ma préférence va à 3Ds, le seul groupe qui a droit à trois titres, mais un seul suffit à gagner mon vote, celui qui ouvre le disque, Hey seuss, avec un chant fortement influencé par celui de Black Francis. Buddy de Snapper et Saskatchewan de Superette sont également excellents.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin