26 février 2010

STAN RIDGWAY : End of the line


Acquis à Reims le 10 janvier 1988
Réf : 14.162 -- Edité par Carrere en France en 1987
Support : 45 tours 17 cm
Titres : End of the line -/- Love theme "Terminus"

Johnny dans Blogonzeureux! Enfin, presque, et indirectement puisque ce 45 tours est extrait de la bande originale d'un film, Terminus, dont Johnny est l'acteur principal.
Je n'ai pas vu ce film, et je n'ai aucune intention de le voir, mais il y avait dans l'équipe des gens qui avaient un bon goût prononcé pour la musique.
Des preuves ?
- Ils n'ont pas fait appel au talent du plus grand rocker national
- Ils ont demandé à Stan Ridgway, l'ex-chanteur de Wall of Voodoo, de composer une chanson spécifiquement pour ce film d'action
- Ils ont confié le reste de la musique (que je n'ai jamais entendue) à David Cunningham, l'homme des Flying Lizards, mais aussi le producteur de This Heat ou Michael Nyman.
Comme Stan Ridgway l'explique lui-même, il a été contacté par l'équipe du film lors de sa première tournée solo, qui suivait la sortie de son excellent premier album The big heat, et qui s'est arrêtée pour deux soirs au New Morning à Paris.
Le projet l'a intéressé. Une fois rentré à la maison, il a composé cette chanson. Parfait, sauf qu'entre-temps le projet initialement intitué End of the line est devenu Terminus. Pas grave, un détail.
End of the line est une chanson que j'aime bien. Elle n'aurait pas déparé du tout sur The big heat, les ingrédients étant grosso modo les mêmes : la voix de Ridgway, bien sûr, la boite à rythmes et autres percussions, la guitare twang, l'harmonica, l'ambiance épique façon musique de western... C'est bien meilleur que ce que je connais du second album, Mosquitoes, sorti en 89. Partyball, le troisième album, peut-être un peu plus synthétique, est sûrement plus intéressant.
La face B, par contre, est des plus anecdotiques. Ce thème instrumental pour la scène d'amour de Terminus est lent et longuet (4'30). Il y a de la boite à rythmes aussi, mais l'ambiance est à la muzak. On reconnait dans la mélodie des tics tout à fait à la Ridgway, mais c'est au ralenti et sans intérêt.

End of the line a été réédité en 2002 sur Holiday in dirt, une compilation de titres inédits ou rares, toujours disponible.



2 commentaires:

Charlie Dontsurf a dit…

J'ai du l'acheter dans un Continent de Caen, à sa sortie. Enfin, p'tet bin qu'oui, p'tet bin qu'non. De toute façon, un Stan Ridgway en tête de gondole avec Johnny sur la pochette, quel choc ! Ca ne valait pas Big Heat, quand même. Que devient-il, le Stan ?

Pol Dodu a dit…

Salut Charlie,
Le Stan a l'air de suivre son bonhomme de chemin, même si les nouveaux albums s'espacent. Il tourne régulièrement aux Etats-Unis et vient de sortir un DVD live.

LinkWithin

Linkwithin