27 mars 2009

TWISTED CHARM : Boring lifestyles


Acquis chez O'CD à Lille le 20 mars 2009
Réf : Because0133 -- Edité par Because Music en France en 2007 -- Promo use only. Not for sale
Support : CD 12 cm
Titres : Boring lifestyles -- Whore -- Twisted ambulance -- Happy alone -- Boring lifestyles (South Central remix)

Si on cherche autre chose que des disques neufs au prix fort, ça devient difficile de faire son marché dans les centre-villes. A Lille, j'ai trouvé la boutique Oxfam, dont le nom et les étiquettes rappellent aux habitués les "charity shops" anglaises, sauf qu'il s'agit bien là d'une bouquinerie, très sympathique et avec un excellent choix de polars, mais avec juste quelques petites dizaines de disques de tous formats.
Ces derniers jours, je me demandais justement si la chaîne O'CD existait toujours. Eh bien la réponse est positive, puisque je suis ensuite tombé sur l'une de leurs boutiques, mais je présume que si ces boutiques ont survécu, c'est plus grâce aux DVD et aux jeux vidéos que grâce aux CD...
En tout cas, ils avaient un bac de CD en promo, assez chers (5 €), mais dans le tas il y en avait quelques-uns, surtout des maxis, à cinquante centimes. A ce prix-là, je suis reparti avec trois disques, de Rainer (une édition promo de Nocturnes), des Hoodoo Gurus (un CD single) et ce promo de Twisted Charm.
Outre le prix, j'ai trouvé trois bonnes raisons d'acheter ce disque : sa pochette plutôt sympathique, le nom du groupe bien trouvé et le fait qu'il soit édité par Because Music, label français actuel de Pascal Comelade.
Etant donné que je ne connaissais pas du tout ce groupe, j'ai décidé d'aller jusqu'au bout du truc et ma première écoute s'est faite complètement à l'aveugle, sans chercher aucune information sur eux au préalable qui aurait pu m'influencer.
Verdict ? Boring lifestyles est un titre complètement rétro, mais qui se réfère à une période que j'adore, la new wave : chant entre Slits et The Fall, saxophone à la Lora Logic, bordel ambiant façon Piranhas, c'est suffisamment frais et la chanson a suffisamment de qualités intrinsèques pour avoir plus d'effet que simplement me donner l'envie de ressortir mes 45 tours Rough Trade de 1979-1980.
Parfait, sauf que ce petit miracle ne se répète pas sur les trois titres suivants, qui gardent le son rétro sans la petite étincelle supplémentaire, et qui sont donc sans intérêt (exemple du niveau, le refrain du second titre, "Little girl, be my whore"). Et ne parlons pas du remix par South Central qui clôt le disque et qui réussit parfaitement en près de 7 minutes à annihiler complètement sous des tonnes de sons rétro-house le charme fragile de Boring lifestyles, qui dure à l'origine à peine plus de 2 minutes !
Il semble que Twisted Charm a rencontré un succès d'estime, principalement en France, où ils ont notamment fait la première partie de leurs compagnons de label Rita Mitsouko. Leur premier et probablement unique album, Real fictional, est sorti peu de temps après ce single, mais j'ai l'impression que le groupe a dû se séparer dans la foulée car les dernières informations publiées sur leur site officiel remontent à la fin 2007.

L'histoire devait s'arrêter là, sauf que tout à l'heure, en recherchant sur mon ordinateur la pochette du disque que j'avais copiée dimanche dernier, j'ai découvert que j'avais le MP3 de Boring lifestyles sur mon iTunes depuis juin 2007 ! J'ai copié le titre depuis une compilation des Inrocks et, comme je dois avoir près de 6000 morceaux sur mon ordi, dont la majorité n'a été écoutée qu'une fois, on peut comprendre que j'ai complètement oublié et le groupe et sa chanson.
Sauf que, sauf que, ce titre m'a suffisamment plu pour que je le mette début août 2007 sur l'une de mes compilations mensuelles, ce qui signifie que j'avais dû écouter cette chanson au minimum cinq ou six fois avant d'acheter ce disque la semaine dernière !
Alors, comment expliquer que rien ne me soit revenu, ni au moment de l'achat ni au moment de l'écoute du disque ? Mes neurones dégénèreraient aussi vite que ça ? Je ne le pense pas (je ne l'espère pas en tout cas !). Le fait que je n'ai pas reconnu du tout la chanson elle-même peut s'expliquer par le fait que, même si elle est très sympa, elle manque complètement d'originalité. Et pour le nom du groupe et le titre de la chanson qui n'ont pas du tout fait tilt, je crois que l'explication est très simple : je ne connaissais qu'un MP3. Si j'avais eu le disque du groupe, même si je ne l'avais écouté qu'une seule fois avant de le ranger, je suis bien certain que j'aurais reconnu la pochette au premier regard. Voilà un des avantages du disque...


Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin