03 février 2008

DEVO : Snowball



Acquis aux enchères par correspondance aux Etats-Unis en janvier 2008
Réf : WBS 49621 -- Edité par Warner Bros aux Etats-Unis en 1980 -- Promotion -- Not for sale
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Snowball -/- Freedom of choice

Ces temps-ci, je me replonge pas mal dans mes disques new wave, en prévision de la conférence que je vais donner le 14 mars prochain à la médiathèque d'Epernay sur le thème Back to 78 - l'année new wave. Parce que oui, les Sex Pistols se sont séparés en janvier 1978, et oui, l'âge d'or de la new wave a commencé il y a trente ans. Et il y a une chose que je peux affirmer sans hésitation, même sans jouer mon Orson Welles, c'est que trente ans ça peut passer très vite !
Donc, l'autre jour, je venais de réécouter Recombo DNA, une double compilation de raretés de Devo sortie par Rhino Handmade en édition limitée et je me suis dit : "Tiens, je vais aller sur eBay me payer un disque de Devo". Dans l'instant qui a suivi, je me suis dit, "T'es con, tu as déjà tous les disques de Devo susceptibles de t'intéresser. A moins de payer un prix fou, tu ne trouveras rien pour toi."
Et bien, coup de bol ou pressentiment, mais en moins de cinq minutes javais trouvé ce 45 tours promo de 1980, avec une pochette que je ne connaissais pas, à un prix défiant toute concurrence (genre 3 € et quelques port compris depuis les Etats-Unis), et en plus il ne restait que quelques heures à attendre avant la fin des enchères !
Le lendemain matin au réveil, j'avais remporté l'enchère, je payais et moins de deux semaines plus tard j'avais reçu ce 45 tours extrait du troisème album de Devo, indispensable comme les deux premiers (et il y a d'excellentes choses dans les deux suivants).
Freedom of choice est un album qui est globalement assez synthétique, mais qui a la double qualité d'être pêchu (batterie et guitares, mêmes aux sons trafiqués, sont bien présentes) et, ceci expliquant peut-être cela, de ne pas sonner aseptisé. Et surtout, c'est un album qui comporte plein de bonnes chansons !
Parmi celles-ci, Snowball a toujours été l'une de mes préférées. Avec Don't you know, It's not right et Cold war, c'est l'une des excellentes "chansons d'amour" qui parsèment le disque, chose assez rare chez Devo. La référence n'est pas explicitement donnée, mais les paroles font un parallèle entre la relation amoureuse et le mythe de Sisyphe avec son rocher ! : le gars voit sa chérie remonter leur amour le long d'une colline comme une boule de neige, qui grossit au fur et à mesure, tellement qu'elle finit à chaque fois par lui échapper et retomber.
Pour cette sortie en single, le titre a été remixé. Heureusement, Ian Taylor, qui s'est attelé à la tâche, n'a pas bousillé la fragile alchimie de ce morceau, se contentant juste de mettre plus d'emphase sur le rythme. L'un des gimmicks les plus réussis de Snowball est d'ailleurs dû au batteur qui, sauf erreur de ma part (je n'y connais rien en solfège), joue le 4e temps de la mesure à contre-temps. Ce truc-à, ça m'accroche toujours très fort.
La chanson Freedom of choice sur l'autre face fait, elle, partie des chansons "politiques" de Devo. Là encore, ils montrent qu'ils ont des lettres en faisant référence à un poème latin, mais le truc le mieux vu, c'est à la fin, quand, en changeant un seul mot, ils modifient complètement le sens d'une expression : "Freedom of choice is what you got, Freedom from choice is what you want". Je suis incapble de donner l'équivalent français en si peu de mots, mais grosso modo ça donne "La liberté de choix, vous l'avez, la liberté de ne pas avoir à choisir, c'est ce que vous voulez vraiment".
Ce 45 tours n'est sorti qu'aux Etats-Unis, où il a succédé à Whip it, le plus grand "succès" de Devo dans les charts (14e), et il semble que Warner a vraiment eu du mal à exercer sa liberté de choix de la face A et la face B, à tel point que de nombreuses discographies listent ce titre comme la face A. Sur la pochette de cet exemplaire promo, des cases à cocher nous laisse le choix de décider quel titre est en face A ou B (même si le pliage de la pochette désigne clairement Snowball comme la face A), et le clip qui a été réalisé l'a été pour Freedom of choice (les photos de la pochette en sont tirées).

Les éditions Au diable vauvert ont choisi un moyen efficace de faire la promotion de l'édition française de Babylon's burning : du punk au grunge, le livre de Clinton Heylin qu'elles viennent de sortir : un blog qui proposera à terme 100 billets avec à chaque fois un court extrait du livre et une vidéo en lien avec l'extrait piochée chez YouTube.
Magazine, Wire, Costello, Talking Heads sont déjà au programme, et la semaine dernière Devo a également eu les honneurs de ce blog, avec un excellent choix de vidéo : la version live de Mongoloid interprétée au Théâtre de l'Empire à Paris par Devo pour l'émission Chorus en 1978, soit la première fois que j'ai vu Devo filmé sur scène.

4 commentaires:

Pitseleh a dit…

Les Buggles ! Les Buggles ! Les Buggles !

Pol Dodu a dit…

Euh, Pitseleh, qu'est-ce qui t'arrive ?
Un gros coup de nostalgie pour "Video killed the radio star" ??

Pitseleh a dit…

Entre autres. "The Age Of Plastic" est à mon sens un fort bel exemple de ce que la new wave a pu offrir en terme de distraction bien fichue... avant que les garçons-coiffeurs n'enterrent cette bonne volonté sous des tonnes de gel.

Perros a dit…

heloo
Des conférences sur la new-wave à Epernay ...ouah !! On est pas encore le premier avril.

LinkWithin

Linkwithin