31 mars 2006

TAXI-GIRL : Jardin chinois


Acquis La Clé de Sol à Châlons-sur-Marne en 1981
Réf : 2 C 008 - 72417 -- Edité par Pathé Marconi EMI en France en 1981
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Jardin chinois (Nouvelle version) -/- Jardin chinois (Version III, Mix : D'JS)

"Jardin chinois" est depuis longtemps mon titre préféré de Taxi-Girl, c'est pourquoi j'ai choisi ce 45 tours où cette chanson est en vedette plutôt que l'excellent second maxi du groupe où il cotoie "Cherchez le garçon" et "V2 sur mes souvenirs".
Après le succès de "Cherchez le garçon", Pathé Marconi a sorti une compilation des deux maxis, puis ce 45 tours, leur dernière cartouche avant que Taxi-Girl les quitte pour signer chez Virgin et créer son son sous-label Mankin.
La pochette est naze, mais ce n'est pas surprenant car c'est une photo qui a été prise pour le magazine "Salut les copains". Sur cette photo, le groupe a un look de jeunes gens modernes propres sur eux, du genre de ceux dont le magazine Actuel faisait la promotion à l'époque, mais c'est le dernier disque avec leur batteur Pierre Wolfsohn, qui est mort quelques mois plus tard à vingt ans de causes liées à la drogue.
La chanson fonctionne très bien, et les paroles surtout sont excellentes. Je ne sais pas si c'est une histoire complètement originale, ou si Daniel Darc s'est inspiré d'un roman ou d'un film, mais le récit est très évocateur, avec suffisamment de trous pour laisser vagabonder l'imagination de l'auditeur :
"J’attends tout seul dans le jardin. Je cueille des fleurs, que tu ne verras jamais.
Je te tuerai, je te tuerai, lentement. Le temps est si lent. Pourquoi nous presser ?
Ton corps est si doux à déchirer, Dans ce jardin chinois. Pour la dernière fois."
La version du maxi se suffisait à elle-même et c'est la seule qui compte. Sur ce 45 tours, on trouve deux nouvelles versions, un peu plus courtes et un peu plus rapides, qui n'apportent rien strictement rien à l'originale, même si, heureusement, elles ne bousillent pas la chanson. A tout prendre, c'est la face B que je préfère...

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin