08 mai 2019

PROFESSIONAL UHURU DANCE BAND : The best of Uhuru


Offert par Philippe R. à Nantes le 27 janvier 2019
Réf : 6361 008 (PL) -- Édité par Philips West African Records au Nigeria en 1971
Support : 45 tours 17 cm
12 titres

L'autre jour, il m'a pris l'idée de classer mes disques enregistrés dans mon compte Discogs en fonction de leur prix moyen de vente. Parmi ceux qui se sont vendus le plus chers, il y en a une majorité que je me serais attendu à y trouver, mais il y en a quelques-uns dont la présence m'a surpris : le 45 tours promo de Depeche Mode acheté 50 centimes en 2017, avec un titre très courant et une pochette sans intérêt qui reproduit le logo du label; le premier album de Slowdive Souvlaki en 33 tours, alors que l'album en général n'est pas rare du tout et qu'il a été réédité en CD (y compris avec plein de bonus) et même en vinyl; le 45 tours du groupe belge The Cousins trouvé sur un vide-grenier en 2015, dont l'un des quatre titres est certes une pépite jamais rééditée, mais de là à payer 120 € pour l'acheter ?
La seule conclusion à en tirer c'est que le prix de vente de ces disques rares n'est pas strictement corrélé à la rareté de la musique qu'ils contiennent, ni à sa qualité.
Toujours dans le haut de cette liste, on trouve plusieurs disques que Philippe m'a offerts, comme la compilation 25 cm de Felt et le 45 tours de Yesterday's Children. En première place, on trouve cette compilation de The Professional Uhuru Dance Band avec une pochette au graphisme réussi, crédité à Ebele et Chinye, dont un exemplaire a été vendu 500 € l'an dernier et un autre exemplaire est actuellement mis en vente à 310 €.
Là, ce qui peut expliquer le prix de ce disque, c'est effectivement sa rareté. Il s'agit d'une compilation de 45 tours parus en Afrique de l'Ouest. Les 45 tours sont tous très rares et les deux CD de ce groupe édités par la suite, où l'on ne trouve que quelques titres de cet album, sont eux-mêmes très difficiles à trouver.
The Uhuru Dance Band a été formé en 1964 au Ghana. Le groupe s'appelait auparavant, depuis 1958, The Broadway Band. Ebo Taylor, musicien ghanéen réputé, en a été membre pendant un moment. Un de ses meneurs est Stan Plange, mort en 2015.
The Professional Uhuru Dance Band est un groupe de Highlife du Ghana, exactement comme The Ramblers Dance Band, dont j'ai trouvé un album il y a juste quelques mois.
Dans mon esprit, le Highlife était une musique où les guitares dominent, et ce fut bien le cas tardivement, mais initialement, dès les premières décennies du vingtième siècle, le Highlife était joué par de grands orchestres de danse, des big bangs de jazz où les cuivres dominaient, qui animaient les bals et les soirées dansantes des hôtels et de la bonne société.
C'est ce son très jazz et cuivré qui domine sur cet album, dont les titres ont dû être enregistrés tout au long des années 1960. Ça peut être très bien, comme avec Nkrobo, Foot esia et Ewu ngyadze le montrent, mais initialement ça m'a déçu.
Mais les choses ont évolué au fil des années. Dans le chapitre 12 de son livre Musicmakers of West Africa (1985), l'auteur John Collins s'entretient avec Stan Plange : "A l'époque, les musiciens des orchestres de danse regardaient de haut les musiciens des groupes à guitare car ils pensaient qu'ils étaient d'une catégorie inférieure de musiciens. J'ai essayé de rassembler les deux et j'ai utilisé des utilisé des musiciens de danse et des guitaristes pour l'enregistrement.".
Dans le livre, Stan Plange fait référence à Eno brebre, un 45 tours paru vers 1970 et crédité au Stan's Experimental Chorus, mais cette intégration de la guitare s'entend déjà ici sur mes titres préférés, Wobekumi (avec une partie solo de guitare qui remplace le solo de cuivre de la version 45 tours de 1966 disponible sur YouTube), Wobe tomino et surtout Eben asem na ommba da, où la guitare et les chœurs dominent, sans que les cuivres soient présents.
En tout cas, si vous avez des disques rares que vous souhaitez placer dans une bonne maison, faites comme Philippe, n'hésitez pas à me les offrir !

A écouter
Professional Uhuru Dance Band : Eben Asem Na Ommba Da

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Ah Ah , moi j'aimerais bien savoir comment ce disque se trouvait sur cette broc d'un village de champagne et qui est cette personne qui a eu le goût d'acheter ce disque dans les 70.ouf toute la champagne ne se résume pas à ses bulles!ph

Pol Dodu a dit…

Et moi qui croyait que tu l'avais trouvé à Nantes, comme le coffret Folklore taïtien, même pas encore référencé chez Discogs, et donc encore moins vendu et absent de ma liste. Merci encore !

LinkWithin

Linkwithin