16 mai 2014

LEWIS FUREY - CAROLE LAURE : Fire


Acquis par correspondance via PriceMinister en avril 2009
Réf : PB 40171 -- Edité par RCA / Saravah en France en 1985
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Fire -/- Angel eyes

Pour marquer la parution de mon livre Lewis Furey : Joue-moi un tango, j'entame aujourd'hui une série de cinq chroniques de disques de ou avec Lewis Furey.
On commence avec ce 45 tours, qui est le dernier disque paru avant que Lewis Furey arrête de se produire comme chanteur sous son nom pendant une très longue période : jusqu'à ce qu'il entame sa série de récitals Selected songs en 2008.
Ces deux titres sont pris de la bande originale du film Night magic, le premier réalisé par Lewis Furey. Il est le fruit d'une collaboration avec Leonard Cohen remontant à l'hiver 1981-1982. Cohen a écrit le livret et les paroles, Furey la musique, pour une oeuvre conçue comme un opéra pop pour des voix d'acteurs, dans le style de Brecht et Disney. Le projet initial était de l'éditér sous la forme d'un vidéo-disque, l'un des premiers supports multi-médias, qui venait d'être mis sur la marché. Carole Laure et Lewis Furey ont créé trois des chansons en 1982 (Slowly, I married her en face B du 45 tours I should have known better; I've counted what I have et Wishing window lors de leur spectacle au Théâtre de la Porte Saint-Martin). Le projet de vidéo-disque  n'a pas abouti et Night magic est donc devenu un film musical, sorti en 1985, avec Carole Laure et Nick Mancuso.
En 1980, le film Fantastica de Gilles Carle, avec Lewis Furey et Carole Laure, était déjà un film avec de très nombreuses séquences musicales (l'excellente bande originale a été éditée en 33 tours simple). La différence pour Night magic (que je n'ai jamais vu, mais dont on peut voir en ligne un extrait de cinq minutes), c'est qu'il s'agit vraiment d'une comédie musicale, dans laquelle les acteurs ne s'expriment qu'en chantant (Nick Mancuso s'exprimant avec la voix de Lewis Furey). Du coup, la bande originale est presque aussi longue que le film, avec certaines pièces en plusieurs mouvements, et elle a été éditée sous la forme d'un double 33 tours.
Fire est le seul 45 tours qui en a été extrait. Je ne pense pas qu'il s'est beaucoup vendu et je ne me souviens pas l'avoir beaucoup vu en rayon à l'époque (je ne l'aurais de toute façon pas acheté car les deux titres sont sur l'album).
Fire est à part dans la production de Furey : je pense qu'il s'est rarement autant approché d'un son pop-rock classique. Pour tout dire, la chanson s'ouvre avec un riff de guitare électrique et la façon dont cet instrument est utilisé par la suite me fait toujours immanquablement penser à Dire Straits ! Et la partie finale de la chanson fait la part belle à un saxophone. L'autre particularité de Fire, c'est que Lewis Furey la chante, seul, avec une voix assez grave et une façon d'énoncer les mots particulière qui fait que c'est le seul moment du film où l'on se prend à imaginer ce que pourrait donner une interprétation par Leonard Cohen lui-même.
Angel eyes est une autre des chansons plutôt courte du film. C'est un duo Carole Laure - Lewis Furey, avec aussi un choeur d'anges très présent. On est dans la lignée des précédents duos du couple, avec une belle mélodie, récompensée en 1986 par l'attribution du prix Génie (équivalent canadien des César) de la meilleure chanson originale.

Night magic a été édité en vidéo dans les années 1980, mais jamais en DVD je crois. Par contre, la bande originale a été rééditée plusieurs fois en CD et est actuellement disponible.


Lewis Furey, Fire, en concert au Théâtre de la Chapelle à Montréal le 13 février 2011. Cette version sans guitare est très différente de la version de la bande originale du film.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin