06 janvier 2013

BRIGITTE FONTAINE ET ARESKI : Ça va faire un hit


Acquis chez Dorian Feller à Villedommange le 30 décembre 2012
Réf : 129 052/529 052 -- Edité par Byg en France en 1974
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Ça va faire un hit -/- Quand les ghettos brûleront

Comme pour le 45 tours d'Ultravox!, je suis retourné fouiller dans les cartons que Dorian Feller prépare en vue de futurs vide-greniers ou bourse aux disques et j'ai été très content d'y trouver cette pépite de Brigitte Fontaine et Areski qu'il avait en double. Mine de rien, ils ont essaimé quelques simples comme celui-ci au fil du temps, souvent avec des titres hors album, mais ces disques ne courent pas les rues et je suis bien content d'avoir celui-ci, même s'il n'est pas tout à fait aussi exceptionnel que, par exemple Le goudron / Les beaux animaux.
En 1974, pour se prouver qu'ils conservaient leur indépendance vis-à-vis de Pierre Barouh et Saravah, Fontaine et Belkacem ont signé avec Jean Karakos et Byg, chez qui ils ont sorti deux disques, ce 45 tours, avec une pochette signée Brigitte Fontaine, et l'album L'incendie.
Les arrangements de ce disque sont signés Jean-Claude Vannier, avec qui Brigitte Fontaine avait déjà travaillé en 1968 pour l'album Brigitte Fontaine est... ?. Ils ont à nouveau collaboré en 2006 sur l'album Libido.
Dans le livre de Benoît Mouchart Brigitte Fontaine : Intérieur / Extérieur, Brigitte Fontaine explique : "Aussi incroyable que cela puisse paraître, oui, nous étions persuadés que ça allait faire un hit !". Evidemment, Ça va faire un hit n'en a pas du tout été un, de hit. Pourtant, c'est sûrement ce que le duo Fontaine/Areski a enregistré de plus heavy, de plus directement rock. L'intro est excellente, une guitare rythmique saturée qui, bizarrement me fait un peu penser aux Residents, une guitare électrique solo façon heavy metal et de la batterie. Il y a matière à faire un bon sample. Ensuite, ça se gâte car la guitare vraiment seventies et le son heavy rock l'emportent. Il y a même des choeurs sur le refrain, et le tout est beaucoup trop normal.
De toute façon, ce titre avait peu de chance de faire un succès car le simple fait de l'annoncer dans les paroles crée une distance qui l'éjecte de la sphère pop. Avec un refrain bien niais, ca avait peut-être une petite chance de fonctionner.
Brigitte Fontaine ne semble pas garder un excellent souvenir de ce 45 tours puisque, toujours dans le livre de Benoît Mouchart, elle dit à propos de la face B Quand tous les ghettos brûleront : "Je n'aime pas le militantisme relou, et cette chanson s'inscrit, hélas, dans cette catégorie.".
Pour le coup, je la trouve un peu sévère. Certes, cette chanson n'est pas tout à fait du calibre de certains autres de leurs titres qu'on pourrait pourtant qualifier de "politiques", comme Moi aussi ou Le 6 septembre, mais, cette fois-ci en conservant leur son et les influences orientales et avec un rythme très enlevé, ce court duo chanté par Brigitte et Areski est malgré tout un titre d'excellente facture.
En attendant que je trouve leurs autres 45 tours (on peut rêver...), je vous propose de vous faire une idée des fameuses prestations en public de Brigitte Fontaine et Areski en regardant un extrait d'une émission presque contemporaine de ce 45 tours, La rose rouge (1973).

--
Les deux faces de ce 45 tours figurent en titres bonus sur la réédition toute récente de L'incendie, disponible uniquement en téléchargement.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

La vidéo montre bien toute la complexité du personnage. Du coup j'ai regardé d'&utres vidéos avec Brigitte et il y en a deux qui m'ont tué: la symphonie pastorale avec pierre lapointe, et celle ci: énorme avec arthur H.,sur scène je t'aime moi non plus. C'est spectaculaire, ils sont incroyables.Ph

LinkWithin

Linkwithin